Saint-Étienne
dimanche 25 février 2024
12:55
Soutenez IF
Brèves

RN7 : le député Antoine Vermorel-Marques entend maintenir la pression

0
595 vues

Après des décennies d’attente, le Roannais n’est sans doute plus à ça près. Mais comme on pouvait s’y attendre, les annonces au sujet du financement et donc du lancement des travaux de déviation de la RN7 qu’aurait promis le gouvernement ne sont pas tombées en avril comme espéré en mars… Le transfert de compétence, acté pour au moins 8 ans, à la Région Aura de cet axe, jusque-là aux mains de l’Etat vient-il compliquer la donne ? Une décision en tout cas dénoncée par les élus d’opposition au conseil régional qui arguent l’éparpillement de l’exécutif sur des compétences qui ne sont pas les siennes, à l’instar de la sécurité, au détriment du financement des secteurs culturels ou de l’enseignement/formation…

Un paramètre supplémentaire donc qui se double d’un autre : la volonté d’intégrer le projet de déviation de la RN7 dans le « volet infrastructures » désormais distinct et voulu par Elisabeth Borne des Contrats plan Etat Région (CPER) 2021-2027. En Aura, leur « volet territorial » vient à peine d’être adopté avec plus de 2 ans de retard (!) alors que les CPER conditionnent de manière cruciale les investissements, en particulier intercommunaux, des plans de mandat conduits par des majorités déjà à mi-parcours… Or, les préfets de Région, sur ce volet infrastructures (dossiers de mobilité essentiellement) n’ont, à cette date, toujours pas reçu leur mandat de négociation ! « Au mieux, ce volet devrait donc être signé cet automne », conclut auprès de If Antoine Vermorel-Marques.

Une résolution spécifique déposée à l’Assemblée nationale

Collectionnant courriers particuliers et cosignés, sinon suscités, une initiative cherchant le buzz en janvier ou encore les rencontres et échanges médiatisés ou non avec le ministre des Transports Clément Beaune, le jeune député LR du Roannais est depuis son élection très actif sur le dossier de la déviation de la RN7, du moins sa partie susceptible d’avancer, c’est-à-dire au niveau de Mably. Un peu plus de 7 km allant de la banlieue de Roanne à Saint-Germain-Lespinasse. Le coût de doublement des voies sur ce parcours est estimé entre 70 et 85 M€. Hier, Antoine Vermorel-Marques a ainsi fait part du dépôt ce vendredi, à son initiative, d’un projet de « résolution » spécifique à l’Assemblée nationale.

Suivant le même cheminement parlementaire qu’un projet de loi (avec examen sénatorial donc), ce dispositif est à nouveau autorisé par la Constitution depuis 2008. « Il s’agit d’inviter le gouvernement à faire quelque chose mais même adoptée, la résolution n’a pas de valeur obligatoire, bien entendue ». Un moyen de pression de plus donc qui ne pourra cependant pas être examiné avant décembre au Parlement. La lutte pour obtenir cette déviation n’est sûrement pas dans sa dernière ligne droite.  

Partagez
Signaler une erreur

    Signaler une erreur

    J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

    Laisser un commentaire
    Recevoir la newsletter
    IF Saint-Étienne