L'actualité de Saint-Étienne et sa région
S'inscrire à la Newsletter
S'inscrire à la Newsletter

Carrot, l’incontournable carrossier stéphanois

• 24 juillet 2020 • Emilie Massard
0
1297 vues

L’entreprise, présente dans la région stéphanoise depuis plus de 170 ans, compte dans ses rangs la sixième génération du même nom. Au fil des années, elle a su s’adapter aussi bien à ses clients qu’aux évolutions technologiques des véhicules entre débosselages, redressages et autres remodelages.

Jean-Pierre Carrot et ses enfants, Marie et Pierre-Louis, représentent la cinquième et la sixième génération dans l’entreprise familiale © Émilie Massard / If Média

« Avec Carrot, gardez le sourire ». Le slogan est bien connu dans la région stéphanoise. Et pour bon nombre de Stéphanois, il s’accompagne généralement du jingle musical qui ponctue les publicités du carrossier sur les radios locales. Certains pourront même vous citer le numéro de téléphone par cœur. Trois fois 93, année d’installation à Saint-Etienne, il faut dire que ça reste en tête. Et si ça ne vous dit rien, l’enseigne du bâtiment de 3 000 m² situé en bordure de l’autoroute A72, entre Montreynaud et Molina, vous est sûrement familière. Autant dire que la carrosserie Carrot fait partie des meubles à Saint-Étienne. C’est peu dire pour une entreprise qui a vu le jour en 1847. À l’époque, les voitures étaient plutôt des calèches et le métier oscillait entre le forgeron et le charron.

« Je n’aime pas mon métier, je l’adore »

Jean-Pierre Carrot, dirigeant de l’entreprise Carrot

Plus de 170 ans après, l’entreprise n’a bien évidemment plus rien à voir avec celle de ses débuts. Une chose, toutefois, n’a pas changé : la famille Carrot. Louis, Maryse, Jean-Pierre, Sophie, Pierre-Louis, Marie… En 2020, les conducteurs malchanceux qui passent la porte de la carrosserie ont toutes les chances de croiser l’un d’entre eux. Aujourd’hui, c’est Jean-Pierre qui dirige l’entreprise, la cinquième génération. Louis et Maryse, ses parents, ont passé la main, mais ne sont jamais bien loin. « Je n’aime pas mon métier, je l’adore », répète à qui veut l’entendre le dirigeant. Lorsqu’il parle de son métier et de son entreprise, Jean-Pierre Carrot est intarissable. Des bureaux à l’atelier en passant par les cabines de peinture, il maîtrise son sujet. L’entreprise Carrot propose désormais six activités : de la carrosserie à la réparation de véhicules de location avant restitution en passant par le remplacement et le traitement des pare-brises , le traitement de la carrosserie et la location de véhicules sans permis.

La qualité de service comme leitmotiv

« L’entreprise a traversé trois siècles et nous sommes pleinement entrés dans le 21e siècle », se félicite Jean-Pierre Carrot. En quelques photos, chaque véhicule qui entre dans les ateliers est identifié précisément et les échanges avec les experts se font en quelques clics. Mais l’aspect sur lequel l’entreprise souhaite se différencier, c’est le service. Un leitmotiv pour Jean-Pierre Carrot. « Nos concurrents sont des mastodontes. Nous n’avons donc pas d’autre choix pour nous démarquer que d’offrir une réelle qualité de service à nos clients. Et ceux-ci nous le rendent bien, puisque notre taux de fidélité est élevé. Pour être performant, il faut être à l’écoute, agile, souple et réactif. C’est indispensable dans un métier comme le nôtre ». Chez Carrot, une attention particulière est donc apportée à l’accueil des clients, souvent désemparés lorsqu’ils arrivent avec leur véhicule accidenté, et à leur accompagnement tout au long du processus. Et le même respect est accordé aux collaborateurs comme aux fournisseurs, partenaires quotidiens de l’entreprise.

Si Jean-Pierre a baigné dans la carrosserie dès sa naissance, il a bien vite transmis le virus à son fils, Pierre-Louis. Avec papa à l’atelier et maman à l’accueil, il a été à bonne école et n’a jamais envisagé une autre voie que l’entreprise familiale. Aujourd’hui, il est responsable de la gestion des clients et de l’atelier et de la relation avec les experts. Il n’est pas resté seul longtemps, puisqu’il y a un an, Marie, sa sœur, a rejoint l’effectif. De son côté, après être allée se frotter au domaine bancaire, elle a pris en charge l’administratif chez Carrot. Jean-Pierre Carrot prépare donc une « transmission intelligente » avec ses enfants dont il ne doute pas un seul instant de leur capacité à poursuivre la saga familiale.


Carrot en quelques chiffres :

  • Créée en 1847
  • 6 générations
  • 6 activités
  • 15 salariés
  • 3 000 m² au bord de l’A72
  • 45 véhicules de remplacement (dont des utilitaires et une auto-école)
  • 3 cabines et 1 laboratoire de peinture
Partagez
Signaler une erreur

Signaler une erreur
J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

Laisser un commentaire
Sur Android
Sur iOS