Saint-Étienne
lundi 20 mai 2024
05:51
Soutenez IF

Casino annonce la suppression d’un tiers des postes au siège de Saint-Etienne

0
4347 vues

Des informations sur la restructuration de ce qui reste de Casino – le périmètre dit de proximité – étaient attendues pour ce mercredi. Bien qu’encore incomplètes, elles sont tombées en préalable de la convocation ce 24 avril aussi, de l’ensemble des instances du « périmètre historique » : les comités sociaux et économiques centraux (CSEC) de Distribution Casino France (DCF) et d’Easydis. Au sein du siège de Saint-Etienne, le groupe annonce 554 suppressions nettes de postes sur les « 1 564 actuels »…

Le siège de Casino à Saint-Etienne, quartier de Châteaucreux. ©If Saint-Etienne

Le Nouveau Casino engage son projet de transformation. C’est le titre du communiqué du groupe publié ce matin. A la suite du feu vert accordé par le Tribunal de commerce fin février, du Plan de sauvegarde accélérée, faisant toutefois l’objet d’un appel non suspensif de la part des représentants des salariés du CSEC de Distribution Casino France, le consortium mené par Daniel Kretinsky et Marc Ladreit de Lacharrière (Fimalac) est aux manettes depuis fin mars. Ce qui reste de Casino, la plupart de ses supermarchés et hypermarchés ayant été cédés à Auchan et Intermarché ? Son petit empire dit de « proximité ». Offre à propos de laquelle le nouveau DG du groupe nommé par les acquéreurs, Philippe Palazzi a annoncé l’ambition d’être « les meilleurs ».

Le périmètre du groupe concerne donc désormais les enseignes, dans une très grande proportion franchisées, que sont Monoprix, Franprix, Naturalia, Casino proximités. S’ajoutent Cdiscount mais aussi les quelques hypermarchés et supermarchés non concernés par un accord de cession à ce jour au nombre de 26. Après la publication de résultats annuels marqués « par une perte nette particulièrement élevée et dans un environnement de marché difficile, Casino Guichard-Perrachon (« Casino ») s’engage aujourd’hui dans un projet de transformation visant à adapter son organisation au nouveau périmètre (…) et à mettre en place un fonctionnement destiné à partager les savoir-faire entre les enseignes et à améliorer l’efficacité globale. Ce plan permettrait d’assurer la pérennité du groupe et de gagner progressivement en agilité pour renouer à terme avec la croissance et devenir le leader du commerce de proximité en France », introduit le communiqué publié ce matin.

Une suppression nette de 1 293 à 3 267 postes

Ce mercredi 24 avril, l’ensemble des instances du « périmètre historique », c’est-à-dire les comités sociaux et économiques (CSEC) de Distribution Casino France (DCF) et d’Easydis (entrepôts logistiques) était convoqué pour que leurs directions respectives leur remettent des documents relatifs à la nouvelle organisation des entreprises qui composent le nouveau périmètre. Cela en vue d’une réunion prévue le 6 mai au cours de laquelle leur sera présenté ce projet de transformation et sera initiée une procédure d’information ; consultation préalable à la mise en œuvre d’un projet de plan de sauvegarde de l’emploi. Mais le communiqué publié ce matin donne déjà des grandes lignes dont plusieurs informations capitales très attendues. « Ce projet de plan de sauvegarde de l’emploi s’inscrit dans un large plan de transformation devenu indispensable pour assurer la pérennité du groupe et le redresser. Sa mise en œuvre impliquerait la suppression nette de 1 293 à 3 267 postes au maximum », informe-t-il.

Ce projet de plan de sauvegarde de l’emploi s’inscrit dans un large plan de transformation devenu indispensable pour assurer la pérennité du groupe.

Groupe Casino

L’impact final en termes de suppression de postes dépendra en effet de la capacité de Casino à trouver des repreneurs pour les hypermarchés et supermarchés et les plateformes logistiques non cédés faisant l’objet d’un projet de fermeture totale ou partielle. 26 hypermarchés et supermarchés ne sont en effet pas repris – selon les syndicats 18 d’entre eux auraient cependant reçu une marque d’intérêt – parmi les centaines assurément vendues à Auchan, Les Mousquetaires et dans une moindre mesure Carrefour (au moins 25 et jusqu’à 31 enseignes). Idem pour 8 des 12 entrepôts logistiques, quatre d’entre eux allant connaître une suite selon des informations datant de début février (dont, dans la Loire, celui de Cdiscount et celui d’Easydis de Saint-Bonnet-les-Oules, racheté par une société tiers travaillant pour Intermarché). A défaut de leur trouver des repreneurs, la fermeture de la totalité des magasins hypermarchés et supermarchés et de certaines plateformes logistiques restant amènerait la suppression de 1 974 postes au maximum.

Plus de 1 000 postes conservés au siège sur 1 564

« Les recherches de repreneur pour ces différents sites vont se poursuivre activement durant le processus d’information-consultation des représentants du personnel, avec pour objectif de réduire au maximum le nombre total de postes supprimés dans les magasins et entrepôts concernés. » En attendant, « il est tout d’abord vital pour le groupe d’adapter la taille de ses fonctions supports dans ses différents sièges ainsi que son réseau logistique ». Aussi, comme attendu, il souhaite « mutualiser un certain nombre de fonctions qui ne sont pas en contact direct avec les clients dans les magasins, tout en renforçant l’identité propre de chacune de ses marques. Cela se traduirait par une organisation plus intégrée grâce à la mise en commun de fonctions support transverses de manière à partager les savoir-faire entre les enseignes et à améliorer l’efficacité globale. Les marques pourraient demain mieux travailler ensemble, innover et adopter les meilleures pratiques de chacune ».

Il est tout d’abord vital pour le groupe d’adapter la taille de ses fonctions supports dans ses différents sièges ainsi que son réseau logistique.

Groupe Casino

Le projet de nouvelle organisation des activités de siège a été conçu, argue la communication du groupe, « de manière équilibrée entre les différents sites et enseignes du Groupe avec, comme principe, la préservation d’un maximum d’emplois à Saint-Étienne, comme la nouvelle direction du groupe Casino s’y est engagée ». Le projet de réorganisation prévoit ainsi 1 293 suppressions nettes de postes au sein des fonctions sièges du Groupe (dont 554 à Saint-Étienne), incluant la création ou la mutualisation de plus de 200 postes à Saint-Étienne, dont une partie est liée à la ré-internalisation de certaines activités. « Le siège du groupe de Saint Etienne conserverait ainsi 1 010 postes sur 1 564 actuels ». C’est la première fois qu’un chiffre est donné sur le nombre de postes perdus au siège stéphanois (il est inférieur aux pires craintes émises) et même, sur le nombre exact de personnes y travaillant jusque-là. Interrogés à ce sujet il y a quelques mois, les syndicats avaient donné à If le chiffre de 1 400 personnes y travaillant concrètement auxquelles s’ajoutaient 400 autres salariés « rattachés » mais exerçant en réalité leur métier ailleurs en France.

1,2 Md€ pour moderniser les magasins d’ici 2028

Au-delà des dispositifs de soutien et d’information sur chacun des sites concernés, « le groupe mettra en place un dispositif d’accompagnement afin que chaque collaborateur concerné puisse trouver une solution concrète adaptée à sa situation, qu’elle soit interne ou externe », commente le « Nouveau Casino ». Il proposera ainsi une phase de départs volontaires pour les salariés concernés par le plan de sauvegarde de l’emploi présentant un projet professionnel, « afin de limiter autant que possible le nombre de départs contraints ». La direction du groupe estime ainsi mettre en place « une nouvelle organisation cohérente avec son nouveau périmètre recentré sur la proximité et les réalités du marché. Une fois celle-ci mise en place, le Groupe serait plus agile pour répondre aux évolutions des attentes des consommateurs et réinvestir demain dans les points de vente et leur croissance (agencement, marques propres, produits locaux, image prix etc.). »

L’objectif à terme est de « restaurer la qualité de l’expérience client dans les magasins et de devenir le leader du commerce de proximité en France, grâce à ses franchisés et ses équipes intégrées ». Les partenariats aux achats seraient renforcés avec Intermarché et étendus à Auchan. Casino fera alors partie d’un ensemble d’alliances puissantes pesant près de 30 % de part de marché, couvrant un spectre large de gros fournisseurs (alimentaires, non alimentaires, MN, MDD) et pour une durée de dix ans. Ce partenariat serait opérationnel dès l’automne prochain pour la campagne de négociations 2024/2025. « Ce projet permettra au Groupe Casino d’améliorer sa compétitivité aux achats, malgré la réduction de sa taille. Ces partenariats ne portant que sur les gros fournisseurs, le groupe Casino gardera toute son agilité, pour développer une offre différenciée et innovante. » Il est également prévu d’investir 1,2 Md€ dans la modernisation des magasins à horizon 2028.

Partagez
Signaler une erreur

    Signaler une erreur

    J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

    Laisser un commentaire
    Recevoir la newsletter
    IF Saint-Étienne