Saint-Étienne
samedi 26 novembre 2022
09:36
Soutenez IF

LR/UDI : se refaire après la présidentielle

0
1457 vues

Dans le cadre de la campagne des élections législatives (et devant la difficulté de traiter de manière globale l’ensemble des candidatures pour chaque circonscription de la Loire), la rédaction de If Saint-Étienne a fait le choix de se concentrer sur les principaux courants/partis présents. Zoom sur la situation du côté des LR/UDI.

Jean-Pierre Taite, maire de Feurs et président Les Républicains dans la Loire est candidat LR/UDI dans la 6e circonscription de la Loire

Le résultat obtenu à la dernière élection présidentielle aura-t-il un impact sur le scrutin de ce week-end du côté de la droite « classique » ? Si l’on en croit le sondage dévoilé par franceinfo hier concernant le premier tour, oui. Les LR couplés à l’UDI, ne récolteraient que 11% des intentions de vote dimanche selon cette enquête d’Ipsos Sopra Steria pour France TV et Radio France. Des résultats fictifs qui n’ont pourtant pas de quoi inquiéter en local. Jean-Pierre Taite, président Les Républicains dans la Loire, ne se formalise pas. « Il est très difficile de dire si le résultat de la présidentielle aura un impact ou pas sur celui des législatives », tempère ce dernier qui revient volontiers sur l’échec de son parti à la dernière présidentielle. « J’ai toujours pensé que pour construire une ou un président de la République, il fallait 15 à 20 ans de travail. Ce n’est pas en six mois que Valérie Pécresse pouvait se préparer. Malgré ses qualités, elle n’a pas su rencontrer le peuple. Après les premiers sondages, elle s’affichait à 18 % d’intentions de vote. Sur son premier meeting, elle fait un peu une caricature et commence à s’effondrer dans les sondages jusqu’au scrutin. Son image n’a jamais fonctionné et nous sommes dans une société qui porte une grande importance à cette dernière. Je pense que la droite et le centre, nous avons fait de très bons scores aux élections régionales, aux départementales, municipales. Beaucoup d’élus locaux sont ancrés dans leur territoire. Autant sur une élection présidentielle, vous comparez des personnalités nationales autant sur une élection comme les législatives, l’impact des personnalités locales joue. Je pense que notre score sera meilleur qu’à la présidentielle. »

J’ai toujours pensé que pour construire une ou un président de la République, il fallait 15 à 20 ans de travail. Ce n’est pas en six mois que Valérie Pécresse pouvait se préparer.

Jean-Pierre Taite, président Les Républicains dans la Loire

Valse de candidats dans la première et la seconde circonscriptions

Côté investitures, si, dans la troisième, cinquième et sixième circonscriptions, les candidats (Axel Dugua, Antoine Vermorel-Marques et Jean-Pierre Taite) avaient été rapidement connus, tout comme dans la quatrième où le sortant Dino Cinieri a dévoilé ses intentions de briguer un cinquième mandat successif à la suite des résultats de la présidentielle, les LR/UDI ont mis plus du temps à dévoiler les candidats de la première et seconde circonscriptions. Des difficultés à se décider entraînant une succession de changements. Dans la première circonscription, d’abord investie, Marie-Camille Rey est remplacée par Gilles Artigues. Ce dernier jetant l’éponge début mai, c’est Alexia Ostyn, collaboratrice du groupe UDI, qui est dépêchée pour reprendre le flambeau. Dans la seconde, Laura Cinieri abandonne fin avril la course aux législatives, et c’est Marie-Camille Rey qui est finalement de retour. Des bouleversements que commente sans faux-fuyant le président des Républicains dans la Loire. « Concernant la première circonscription, elle était réservée à l’UDI. Ils n’ont pas réussi à investir quelqu’un avec un ancrage local, regrette Jean-Pierre Taire. Au départ, nous pensions que Gilles Artigues pourrait se positionner sur cette circonscription. » Un choix dicté notamment par la volonté de l’édile stéphanois selon l’élu forézien. « Pour la première et la deuxième circonscriptions, le maire de Saint-Etienne a un rôle important à jouer pour désigner les candidats, souligne l’élu. A priori, il n’a pas souhaité que Gilles Artigues parte sur la première circonscription. Donc l’UDI a trouvé une autre candidate. Sur la seconde, nous avions positionné Laura Cinieri qui s’est également retirée, je pense à la demande de son maire. Donc, nous avons investi Marie-Camille Rey, qui a été élue régionale et municipale. Elle connaît bien cette circonscription pour y vivre et Saint-Etienne est sa ville de naissance. »

Oui, c’est toujours un risque d’envoyer des jeunes candidats. Après, il faut travailler et les électeurs choisiront.

Une série de candidats LR/UDI avec des profils plutôt jeunes (Alexia Ostyn a 27 ans, Axel Dugua également, Antoine Vermorel-Marques affiche 28 ans et Marie-Camille Rey 34 ans). Une caractéristique qui ne fait pas partie des points faibles selon le responsable LR, qui admet tout de même une certaine incertitude. « Oui, c’est toujours un risque d’envoyer des jeunes candidats. Après, il faut travailler et les électeurs choisiront. »

« Plus l’air de « has been » que de candidats à des législatives »

Lorsqu’on évoque les ralliements d’Emmanuel Mandon (ex-UDI) pour le Modem (parti de la majorité présidentielle) accompagné par François Rochebloine (ex-député centriste de 1988 à 2017) et se présentant face à Axel Dugua dans la troisième circonscription, le responsable départemental LR n’hésite pas à appuyer. « Je pense que ce sont deux caricatures de la politique. Je connais bien Emmanuel et François, depuis de nombreuses années, mais là, ils ont plus l’air de « has been » que de candidats à des législatives. Pour ma part, j’ai toujours eu une colonne vertébrale dans mes engagements et toujours été à droite et au centre. Emmanuel Mandon était sur notre liste aux élections régionales. Pour moi, c’est assez incompréhensible qu’on puisse changer de convictions de cette manière, pour des objectifs électoraux. Quant à François Rochebloine, c’est un député apprécié, mais son rôle, désormais, est de s’occuper de ses petits-enfants et de donner l’expérience à son territoire d’une autre façon. » Concernant M. Le Jaouen, Jean-Pierre avoue ne pas le connaître et « ne pas avoir d’avis sur sa candidature », préférant rappeler « les dix ans de travail effectué sur le terrain » par Axel Dugua, actuel adjoint d’Hervé Reynaud à la Ville de Saint-Chamond.

Une campagne au contact, avec un programme sur plusieurs axes

Concernant la campagne, Jean-Pierre Taite aime rappeler qu’il est un « besogneux ». « J’ai lancé ma campagne électorale le 26 avril. J’ai toujours pensé qu’il faut aller chercher les choses, que rien n’était acquis d’avance. Cela est valable que l’on soit de droite ou de gauche. » Le candidat LR est donc parti à la rencontre de tous les maires de sa circonscription, qui compte 122 communes.

Il faut remettre la valeur travail au centre de la société.

Un marathon électoral qui lui a permis d’aborder les différents thèmes de campagne importants selon lui, à savoir d’abord « remettre la valeur travail au centre de la société ». Ce premier point passant par une « modération de l’assistanat ou en tout cas, une adaptation aux situations nécessitant réellement une solidarité ». Ensuite, une volonté de travailler sur la « qualité de vie et la sécurité », Jean-Pierre Taite expliquant que « la répression n’est pas assez forte sur les faits de délinquance. Notre société devient de plus en plus violente. On ne voit pas une semaine sans qu’un homme ne frappe une femme, qu’un fonctionnaire soit agressé… La seule chose qui peut arrêter cette violence selon moi, ce sont des sanctions judiciaires plus fortes. » L’élu forézien avance également la question du pouvoir d’achat, « comme tout le monde en parle en ce moment » commente-t-il. « La première chose devrait être la baisse par l’Etat de la taxe à 66 % sur les énergies ou encore la revalorisation des retraites qui devrait se faire sur le coût de la vie et non pas tous les cinq ans. » Enfin, les LR souhaitent avancer sur le thème de la santé, qui doit être « une priorité de travail », notamment sur les « inégalités » notamment entre les territoires ruraux et urbains.


Les candidats de LR/UDI circonscription par circonscription :

  • 1ère circonscription (cantons nord-est et nord-ouest de Saint-Etienne)

Alexia Ostyn (UDI/LR), suppléant : Aubin Fernex-Compeyron

  • 2e circonscription (cantons sud et sud-est de Saint-Etienne)

Marie-Camille Rey, (LR/UDI), suppléant : Daniel Oriol

  • 3e circonscription (cantons du Gier et de l’est stéphanois) 

Axel Dugua (LR/UDI), suppléant :  Maryline Marescal

  • 4e circonscription (cantons du Pilat, du haut Forez et d’une partie du Forez)

Dino Cinieri (LR/UDI), suppléante :  Sylvie Bonnet

  • 5e circonscription (cantons du Roannais)

Antoine Vermorel-Marques (LR), suppléante : Fanny Fesnoux

  • 6e circonscription (cantons du Forez)

Jean-Pierre Taite (LR/UDI), suppléant :  Jean-Yves Bonnefoy

Rédacteur en chef
Partagez
Signaler une erreur

    Signaler une erreur
    J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

    Laisser un commentaire
    19.06.2022 22:10

    C’est la fin de ce second tour

    La rédaction de If Saint-Etienne vous remercie d’avoir suivi ce live avec nous. Bonne soirée à tous et à bientôt !

    21:49

    Les LR retrouvent leurs sièges de 2012

    Les Républicains font un joli coup dans la Loire en remportant trois sièges à l’Assemblée nationale (Dino Cinieri dans 4e, Antoine Vermorel-Marques dans la 5e et Jean-Pierre Taite dans la 6e). Ils retrouvent ainsi les résultats des élections législatives de 2012, lors desquelles Dino Cinieri, Yves Nicolin, Paul Salen avaient respectivement remporté les 4e, 5e et 6e circonscriptions. C’était alors sous l’étiquette UMP.

    Lors de cette élection, François Rochebloine (à l’époque Nouveau Centre) avait remporté la 3e circonscription. La 1ere et la 2nde avaient été remportées par le Parti socialiste (Régis Juanico et Jean-Louis Gagnaire).

    21:41

    La défaite de Jean-Michel Mis confirmée

    Les résultats définitifs sont tombés dans la 2e circonscription de la Loire. C’est donc Andrée Taurinya qui l’emporte (50,63 %) devant Jean-Michel Mis (49,37 %). Seulement 263 voix séparent les deux candidats.

    21:39

    Bataillon (LREM) remporte la 1e circonscription

    Malgré un écart qui s’est resserré au fil du temps, c’est bien Quentin Bataillon, candidat de la majorité présidentielle, qui ira à l’Assemblée nationale. Il obtient 52,10 % des voix contre 47,90 % pour Laetitia Copin (Nupes). Soit un écart de 1 065 voix (13 231 voix pour Bataillon contre 12 166 pour Copin).

    21:29

    Jean-Michel Mis annonce sa défaite par communiqué

    Par communiqué de presse, le député sortant LREM de la 2e circonscription (Saint-Etienne sud), Jean-Michel Mis, annonce sa défaite. « Je remercie les Stéphanoises et les Stéphanois qui ont porté leur vote sur la candidature que j’avais l’honneur de défendre au nom de la majorité présidentielle. Les électrices et les électeurs de la 2eme circonscription, par leur vote ou leur abstention, ont fait le choix d’une opposition radicale au Président de la République et au Gouvernement. 
    J’en prends acte et fait mienne la responsabilité de ne pas avoir été à même de faire comprendre la force de mon bilan et la pertinence de mes engagements au service de l’intérêt général. »

    Pour l’instant, les résultats complets sur cette circonscription ne sont pas encore tombés.

    21:18

    A 93 % de saisie réalisée dans la 1ere circonscription, Quentin Bataillon (LREM) comptabilise 12 178 voix contre 11 121 voix pour Laetitia Copin (Nupes).

    21:09

    1ère circonscription : l’écart se resserre entre Bataillon (LREM) et Copin (Nupes)

    Les résultats partiels dans la 1ère circonscription de la Loire font toujours état d’une victoire de Quentin Bataillon (52,14 %), mais l’étau se resserre avec son adversaire Laetitia Copin qui enregistre désormais 47,86 % des voix. Match à suivre puisque les résultats sont toujours incomplets et calculés sur la base de 74,14 % des électeurs inscrits.

    21:08

    Mis et Taurinya au coude-à-coude dans la 2e

    Andrée Taurinya (Nupes) et Jean-Michel Mis (député sortant LREM) bataillent ferme dans la deuxième circonscription. Les résultats partiels, avec une saisie réalisée à 53,57 %, soit 49,68 % des inscrits prévus, annoncent Taurinya en tête avec 51,64 % des voix, mettant Mis à 48,36 %.

    Attention, ce ne sont que des résultats partiels.  

    20:57

    1ère circonscription : Bataillon en tête selon les premières estimation

    Les résultats partiels dans la 1ère circonscription de la Loire placent Quentin Bataillon, candidat de la majorité, en tête des suffrage (58,69 %), devant la candidate Nupes Laetitia Copin (41,31 %). Tout n’est pas terminé cependant puisque les résultats restent incomplets et calculés sur la base de 41 % des électeurs inscrits. Rappelons que la semaine dernière, la candidate de gauche avait réalisé une remontada spectaculaire.

    20:34

    Participation en hausse par rapport à 2017

    On ne peut pas parler de regain démocratique, mais néanmoins, dans le département, la participation s’élève à 44,21 %, soit plus de 3 points de plus qu’en 2017.

    20:34

    Coup de Taite dans la 6e

    Jean-Pierre Taite, président Les Républicains dans la Loire, ramène une troisième circonscription à son parti en remportant la mise dans la 6e (Forez) face au député sortant Julien Borowczyk. Le maire de Feurs, qui récolte ce dimanche 55,74 % des voix, était arrivé en seconde position la semaine dernière, pour le premier tour, avec 25,36 % des voix contre 26,43 % pour Borowczyk.

    20:24

    Antoine Vermorel-Marques (LR) renverse Nathalie Sarles, députée sortante LREM, dans la 5e

    Les LR remportent une seconde circonscription dans la Loire en l’occurrence la 5e dans le Roannais. Antoine Vermorel-Marques, 28 ans, conseiller départemental, déjà en tête au premier tour avec 25,77 % des voix, remporte haut la main ce second scrutin. Il récolte 61,72 % des voix exprimés, dans une circonscription qui affiche un taux de participation de 44,03 %.

    20:11

    Ensemble l’emporte dans la 3e circonscription

    Le candidat de la majorité Emmanuel Mandon représentera la Loire à l’Assemblée nationale. Il remporte ce second tour avec 57,32 % des voix. Dans cette circonscription, le taux de participation a été de 42,8 %.

    20:10

    Dino Cinieri dans un fauteuil

    Dans la 4e circonscription, Dino Cinieri (LR) enchaînera un cinquième mandat de député. Ce dernier s’impose avec 61,61 % des suffrages devant Bernard Paemelaere (Nupes) qui récolte 38,39 %. Le taux de participation pour cette circonscription s’élève à 46,06 %.

    20:04

    Il est 20 heures. Les résultats viennent de tomber. Au niveau national, la majorité n’obtient qu’une majorité relative avec 224 sièges.

    La Nupes devient ainsi la deuxième force politique avec 149 sièges. Le RN réalise quant à lui une performance historique en obtenant 89 sièges, devant  les LR et leurs 78 sièges, selon une première estimation Ipsos-Sopra Steria.

    17:06

    À 17 heures, la Loire enregistre un taux de participation de 39,04 %. C’est presque 4 points de plus que pour le second tour de 2017 à la même heure.

    Il y a une semaine, la Loire enregistrait une participation de 42,05 % à 17 heures. Le taux de votants ligériens reste toujours plus élevé qu’au niveau national, où il s’élève à 38,11 %.

    12:06

    Dans la Loire à midi, le taux de participation s’élève à 21,35 %. C’est 1,22 point de plus qu’au premier tour à la même heure.

    Au niveau national, 18,99 % des électeurs inscrits se sont déplacés pour voter. Il y a une semaine ils étaient 19,24 %.

    10:29

    Gaël Perdriau a voté. Rappelons que le maire de Saint-Etienne avait déclaré espérer que  « la Nupes ne remporte pas la moindre circonscription de la Métropole »tandis que la Ville est embarquée dans un conflit juridique avec la candidate Nupes de la 1ere circonscription de la Loire.

    8:01

    Il est 8 heures. Les bureaux de vote ouvrent dans toute la Loire. La majorité fermera à 18 heures, tandis qu’il sera encore possible de voter jusqu’à 19 heures à Saint-Etienne.

    Selon plusieurs sondages, Ensemble devrait arriver en tête ce dimanche, sans garantie toutefois d’obtenir la majorité absolue. L’abstention s’annonce quant à elle encore importante.

    18.06.2022 22:26

    Et c’est reparti pour un tour !

    Bienvenue sur le live de la rédaction de If Saint-Etienne dédié au second tour des élections législatives 2022 dans les six circonscriptions de la Loire. Rendez-vous dès dimanche 19 juin à 8h.

    Sur Android
    Sur iOS
    S'inscrire à la Newsletter