Saint-Étienne
lundi 4 juillet 2022
01:27
Soutenez IF

Eludice repart, Kryptex se lance : à Saint-Etienne, l’escape game a des airs de Grand jeu

0
1346 vues

Référence nationale dans la conception d’escape games, Eludice, avait mis la clé sous la porte à la fin de l’été dernier, placée hors-jeu par le Covid. Elyst Consulting spécialisée dans le « développement de solutions informatiques sur mesure », annonce avoir repris le fonds de commerce. Une société francilienne qui devrait rapidement relancer l’activité d’Eludice à Saint-Etienne. Mais, parallèlement, le groupe Échappe-toi vient de lancer « Kryptex »… avec des ex d’Eludice et sur le même créneau.

Les ateliers d’Eludice à Saint-Etienne. Capture d’écran d’une vidéo de l’entreprise.

Cela s’est sans doute joué à un – gros – client près. L’été dernier, la survie d’Eludice était liée de très près à une commande d’une société souhaitant reproduire une sorte de Fort Boyard à Deauville. De quoi permettre à Eludice de surmonter la tempête et de mener à bien un plan de restructuration douloureux qui amenait à se séparer d’une dizaine de salariés sur les 35 que comptait la société. Mais le client potentiel n’a pas réussi à obtenir le site où il prévoyait de s’installer. Et Eludice a été liquidée… Jusqu’à la pandémie, l’histoire était pourtant belle.

Créée en 2015 par David Reiss-Zajtman à Saint-Etienne, Eludice était devenue la spécialiste reconnue au niveau national de la conception d’escapes games  – des scenarios jusqu’aux décors – au point de quitter ses locaux de la rue de la République pour s’installer au pied de la colline de Montreynaud. Elle y possédait, entre autres, son atelier de décors de plus de 600 m2. En 6 ans d’existence, elle a développé 250 projets dont 150 pour des salles d’escape game. De quoi revendiquer une place de leader et de se diversifier sans cesse avec une orientation sur le virtuel, les jeux vidéo et le recrutement de développeurs. Eludice atteindra les 1,2 M€ de chiffre d’affaires en 2019, espérant réaliser 1,6-1,7 M€ pour assumer son développement en 2020.

Elyst Consulting suit Eludice depuis des années

La vagues successives de Covid l’en empêcheront bloquant l’activité des salles et les investissements. La société plonge dans des difficultés financières qui aboutissent à sa liquidation mi-septembre 2021. L’activité d’Eludice et sa renommée, Elyst Consulting les avait repérées bien avant que le virus n’entre en jeu. Cette société de Palaiseau (Hauts-de-Seine) au sud-ouest de Paris, n’est à l’origine pas du même monde. Mais un prestataire informatique spécialisé dans le « développement de solutions sur mesure ». « Nous sommes venus à travailler pour le secteur de l’escape game petit à petit, en commençant par les systèmes de domotique et robotique du réseau John Doe Escape game », explique sa présidente Jessica Solo, contactée par If Saint-Etienne.

Escape Mind a suivi à Hénin-Beaumont puis d’autres acteurs encore via « le bouche-à-oreille », au point où à la veille de la pandémie, 10 à 15 % du chiffre d’affaires d’Elyst Consulting (1 M€ pour cinq salariés) venait des escape games. « En développant cette activité, nous avons pu apprécier le savoir-faire d’Eludice. Nous nous sommes dits que nous pouvions, par contre, leur amener beaucoup avec le nôtre et songions sérieusement à leur proposer une collaboration à la veille du Covid », assure Jessica Solon. Mais là encore, la pandémie refroidit les intentions. « Lorsque que nous avons appris leur redressement, nous nous sommes à nouveau manifestés. Mais ils pensaient s’en sortir avec leur client sur Deauville. Quand il leur a fait faux bond, il était trop tard : il aurait fallu monter un dossier en une semaine. »

« Nous allons démarrer avec 5 à 10 salariés »

Le savoir-faire cumulé par les ex employés d’Eludice est un précieux atout pour Elyst consulting et Kryptex. Capture d’écran d’une vidéo de l’entreprise.

En revanche, Elyst Consulting sera de la vente aux enchères – qu’elle va remporter en décembre – pour reprendre le fonds de commerce, le matériel, le bail et la marque d’Eludice. Et pour cause : l’entreprise francilienne annonce vouloir relancer l’activité de l’entreprise stéphanoise, en conservant son nom et son implantation à Saint-Etienne. « Il y a un savoir-faire reconnu que nous ne souhaitions pas voir disparaître. Nous allons maintenir les activités ici, sur le même créneau, en reprenant des anciens employés. En revanche, 35 personnes, c’est trop, surtout pour repartir. Nous allons démarrer avec 5 à 10 salariés en commençant doucement sur la réalisation de boxs, la conception de serious games. »

Il y a un savoir-faire reconnu que nous ne souhaitions pas voir disparaître. Nous allons maintenir les activités ici, sur le même créneau.

Jessica Solon, présidente d’Elyst Consulting

Elyst Consulting pense pouvoir enrichir l’activité via ses compétences propres : gamification, quizz en ligne, applis mobiles, réalité virtuelle ou augmentée, jeux digitaux personnalisés. Ainsi que par ses contacts liés à son activité principale pour obtenir davantage de débouchés à l’international. Objectif : atteindre les 1,7 M€ en 2024 ou 2025 avec une vingtaine de salariés. En revanche, « les locaux actuels et les ateliers ne sont pas adaptés. Nous travaillons à un déménagement sur Saint-Etienne ou ses environs immédiats ». Eludice 2.0, version Elyst Consulting, aura cependant un concurrent : le même auquel l’entreprise de Palaiseau a été confrontée en décembre lors de la vente aux enchères qu’elle a remportée.

Kryptex, le concurrent d’Eludice issu… d’Eludice

Il s’agit de l’entreprise Kryptex lancée par le groupe canadien Échappe-toi avec… l’ex directeur général et artistique d’Eludice Bruno Pouget à la tête de son équipe de création. « Souhaitant se développer en Europe, ils m’ont contacté deux jours avant la liquidation pour lancer ce projet sur Saint-Etienne, explique-t-il à If Saint-Etienne. Celle-ci a été prononcée le 15,  j’ai été embauché le 20, ça a été très vite. » D’où l’intérêt très logique d’Échappe-toi (environ 60 collaborateurs, détenteur de salles à Montréal et Bordeaux) aussi pour le fonds de commerce d’Eludice.

« Je n’étais personnellement pas à cette vente aux enchères, assure Bruno Pouget. Mais mon groupe n’a pas voulu surenchérir face aux offres d’Elyst Consulting. Nous sommes donc partis avec un nouveau matériel. » Mais pas totalement de zéro puisque la dizaine d’employés de Kryptex qui a déjà commencé ses activités vient d’Eludice. La société s’est d’ailleurs installée la semaine passée dans des locaux de 400 m2 dans le quartier stéphanois de Bellevue. Bref, la partie peut (re) commencer, que le meilleur gagne. Et, d’ailleurs, pourquoi pas les deux ?

Partagez
Signaler une erreur

    Signaler une erreur
    J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

    Laisser un commentaire
    Sur Android
    Sur iOS
    S'inscrire à la Newsletter