Saint-Étienne
lundi 4 juillet 2022
14:33
Soutenez IF

La révolution du padel se joue dans la Loire, du côté de Montverdun

0
815 vues

Denis Joandel, entrepreneur à la tête du groupe JDM Expert dont le siège se situe à Montverdun, vient de lancer Le Padel Français, la première marque de terrains de padel* 100 % made in France. Un concept de construction innovant car il utilise un revêtement perméable et possédant une empreinte carbone cinq fois moins importante que le béton de fondation utilisé traditionnellement.

Le padel est un sport de raquette dérivé du tennis se jouant sur un court plus petit que celui du tennis, avec des balles à la pression légèrement inférieure © BR/If Saint-Etienne

« Je vais écrire l’histoire ! ». Denis Joandel croit dur comme fer à son nouveau concept et sa marque attenante, Le Padel Français. Et pour cause, le fondateur de JDM Expert, entreprise située à Montverdun dans le Forez et spécialisée dans le revêtement perméable de sols extérieurs, avec sa solution Hydro’Way, s’attaque à un marché en pleine expansion, celui du padel, ce sport de raquette dérivé du tennis en France. Avec quelque 50 000 pratiquants en France, ce dernier attire chaque jour de nouveaux adeptes grâce à son accessibilité et son côté ludique. Denis Joandel a bien saisi l’enjeu entourant la croissance de ce sport dans l’Hexagone. Et après quelques recherches, il s’est rendu compte que sa solution Hydro’Way pourrait largement remplacer le béton de fondation traditionnellement utilisé pour la construction des terrains de padel. « J’ai découvert le padel en rencontrant quelqu’un lors d’un achat d’une voiture pour un de mes commerciaux, explique naturellement le dirigeant. Ce monsieur était vendeur d’articles pour padel, je me suis alors intéressé à ce sport et à la conception des terrains. J’ai vu que du béton poreux était disposé sous la pelouse synthétique des terrains. L’idée a germé de mettre mes sols à la place de ce béton, sachant que l’HydroWay possède une empreinte carbone cinq fois moins importante et qu’il met 10 heures à sécher, là où le béton met 30 heures… » Une alternative qui, d’après Denis Joandel, ne change absolument rien au ressenti de jeu une fois le terrain bâti, précisant que « lors du lancement du Padel Français, ce 31 mai, Jessica Ginier, championne était présente et a pu tester notre terrain installé sur notre site. Elle a trouvé les sensations de jeu sur notre installation très bonnes ».

L’idée a germé de mettre mes sols à la place de ce béton, sachant que l’HydroWay possède une empreinte carbone cinq fois moins importante et qu’il met 10 heures à sécher, là où le béton met 30 heures…

Assurer un suivi là où les Espagnols sont aux abonnés absents

Le chef d’entreprise ligérien fait parallèlement le constat que ce sont des entreprises espagnoles qui détiennent en très grande majorité le marché des terrains de padel à travers le monde, et notamment sur le sol français. Avec parfois quelques difficultés rencontrées dans le suivi du service après-vente par les structures ou collectivités ayant fait le choix de faire appel à ces entreprises étrangères. « Une fois les terrains construits, les clients se retrouvent souvent seuls lorsqu’un carreau est cassé ou qu’un autre élément est à remplacer, explique le dirigeant. Chez Le Padel Français, d’une part nous garantissons nos ouvrages, mais nous apportons aussi des contrats d’entretiens. » Un argument massue allant de pair avec le « circuit-court » permis par les 12 agences appartenant à JDM Expert et qui auront toutes des installateurs formés à la pose des terrains du Padel Français, pour davantage de proximité.

Lorsqu’on évoque le coût d’un terrain estampillé Le Padel Français, la réponse de l’entreprise est précise et en toute transparence. « En raison notamment des coûts de main d’œuvre, il est aujourd’hui impossible d’être moins cher qu’un padel espagnol. Mais, cela dit, nous ne sommes pas situés bien loin, tempère Denis Joandel. Actuellement, un padel espagnol revient environ à 65 000 euros, les nôtres sont aux alentours de 70 000 euros mais avec le service en plus, avec une fabrication 100% française. » Un service qui comprend aussi de la technologie comme l’expérience NGTV, une technologie avec une caméra 4k installée dans le terrain qui permet aux joueurs de « buzzer » sur un bouton afin d’enregistrer un bon coup qu’ils viennent de réaliser et de télécharger par la suite la vidéo. Une offre qui devrait être compléter par la possibilité offerte aux collectivités d’installer sur le toit du terrain de padel des panneaux photovoltaïques afin de produire de l’électricité. Un argument supplémentaire afin de séduire les décideurs et acteurs économiques, étant déjà au nombre de 22 dans le Sud-Loire à avoir sollicité les équipes de Denis Joandel pour établir un devis, alors que la marque vient d’être lancée. La route du succès est peut-être déjà tracée. Un chemin qui pourrait s’accompagner d’un développement parallèle d’une branche d’activité entièrement dédiée aux revêtements de terrains de sport.

Rédacteur en chef
Partagez
Signaler une erreur

    Signaler une erreur
    J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

    Laisser un commentaire
    Sur Android
    Sur iOS
    S'inscrire à la Newsletter