L'actualité de Saint-Étienne et sa région

Le Château de Bouthéon revoit sa scénographie

0
975 vues

Nouvelle scénographie pour son espace d’accueil et son sous-sol, entièrement réaménagé en espace muséal autour de l’histoire de la marine de la Loire, exposition temporaire à base d’objets recyclés et boîtes de chocolat à son effigie… le Château de Bouthéon s’est renouvelé en 2021 et le fait savoir.

Une réplique taille réelle d’une ramberte a pris place dans les sous-sols du Château de Bouthéon © NB/ IF Saint-Etienne

Avec ses plus de 50 000 visiteurs par an, le Château de Bouthéon est un des sites les plus touristiques de la Loire. Avec une architecture qui reflète à elle seule huit siècles d’histoire, le monument, propriété de la Ville d’Andrézieux-Bouthéon depuis 1995, accueille aujourd’hui un centre d’interprétation du Forez, un parc animalier et botanique, des espaces d’expositions temporaires et un centre d’interprétation du Fleuve Loire.

Le Château de Bouthéon © NB / IF Saint-Etienne

Un nouvel espace consacré à l’histoire de la marine de la Loire

Mais ce n’est pas tout, puisque cette année le Château a vu arriver à terme des travaux importants permettant la création d’une nouvelle scénographie et le réaménagement de deux espaces intérieurs dont le sous-sol, présentant l’histoire du transport fluvial sur le fleuve Loire. « La nouvelle scénographie reprend l’histoire du château et du fleuve, explique Hélène Fabre, adjointe en charge des affaires culturelles à la Ville d’Andrézieux-Bouthéon. A l’époque du transport du charbon stéphanois sur le fleuve, la position de la commune a renforcé son importance. »

Georges Berne a travaillé pendant 150 heures pour réaliser cette maquette de ramberte © NB / IF Saint-Etienne

Dans ce sous-sol réaménagé, on retrouve une scénographie, pensée par l’atelier stéphanois Les Charrons, avec notamment des tablettes tactiles, la maquette d’une ramberte réalisée par Georges Berne et une autre, plus grande cette fois, constituant la pièce maîtresse de ce nouvel espace. Cette dernière étant une réplique d’une ramberte typique de 1844, longue de 16 mètres, dans laquellle le visiteur est invité à prendre place. Les rambertes étaient ces embarcations construites à Saint-Just Saint-Rambert et qui étaient destinées à transporter le charbon sur le fleuve ligérien au XIXe siècle. S’adjoint à cette ramberte une animation vidéo où un marinier fictif, Pierre, conduit le visiteur à le suivre dans une navigation jusqu’à Roanne. Une immersion qui rappelle les installations de l’Aventure du Train, toute proche. Comme le rappelle François Driol, maire d’Andrézieux-Bouthéon : « ces nouvelles installations possèdent un lien naturel entre elles ».

Des écrans tactiles ont pris place dans la nouvelle exposition permanente autour de la marine de la Loire © NB / IF Saint-Etienne

Un investissement total de 400 000 euros

Pour réaliser l’ensemble de ces nouveaux aménagements (sous-sol consacré à la marine de Loire et nouveaux aménagements de la salle d’accueil du rez-de-chaussée du Château), c’est une enveloppe de 400 000 euros qui a été investie.


Une expo « surcyclée » et des chocolats en bonus

A l’occasion de la présentation de ces nouveaux espaces de visite, l’équipe municipale en a profité pour mettre en avant deux points.

Tout d’abord, la nouvelle exposition temporaire, se tenant jusqu’au 31 décembre au dernier étage de la bâtisse, présentant trois artistes (Alexandre Faure, Bétina Broussaud et Richard Phalippon) qui utilisent des rebuts pour créer de nouvelles œuvres. Upcycle, c’est le nom de l’expo, permet de découvrir tantôt une petite grenouille et une tête de taureau composée de couverts en métal et de lames de tondeuses, tantôt des sculptures en bois flotté. Une expo d’artistes « surcycleurs » comme le précise Géraldine Barou, chargée des expositions au Château de Bouthéon, qui a également dévoilé la teneur des prochaines propositions du début d’année 2022, en premier lieu autour des Châteaux de l’industrie puis une exposition dans le cadre de la Biennale du design.

Enfin, le chocolatier et Meilleur ouvrier de France Philippe Bel, installé à Andrézieux-Bouthéon, était présent pour mettre en avant les boîtes de chocolat que lui et son épouse Cécile ont réalisé à l’effigie du Château de Bouthéon. Ces écrins s’inscrivent dans la collection initiée par l’artisan où l’on retrouve également la ville de Lyon et de Montbrison, les autres cités dans lesquelles le chocolatier possède des boutiques. Ces boîtes de chocolat sont d’ores et déjà disponibles à la vente dans chaque boutique Bel.

Le chocolatier Philippe Bel et sa femme Cécile (au centre) présentent les boîtes de chocolats à l’effigie du Château de Bouthéon, aux côtés, de gauche à droite, d’Hélène Fabre (adjointe à la Culture d’Andrézieux-Bouthéon), Carl Incorvaïa (adjoint au Commerce), François Driol, maire d’Andrézieux-Bouthéon et Olivier Rousseau (directeur du Château de Bouthéon) © NB/ IF Saint-Etienne

Rédacteur en chef
Partagez
Signaler une erreur

    Signaler une erreur
    J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

    Laisser un commentaire
    Sur Android
    Sur iOS
    S'inscrire à la Newsletter