Saint-Étienne
dimanche 27 novembre 2022
10:05
Soutenez IF

Le Fil : l’insouciance, la musique et la fête

0
495 vues

La salle de musiques actuelles de Saint-Etienne, le Fil, lance une nouvelle saison qui essaie de tordre le cou à la morosité ambiante et proposer à tous les publics de trouver leur compte dans une programmation éclectique.

Le Fil, salle inaugurée en janvier 2008 © NB/If Saint-Etienne

Après une saison 21/22 ayant apporté une bonne dose d’optimisme, notamment en terme de fréquentation*, le Fil repart pour un exercice complet en proposant d’ores et déjà 35 dates en automne/hiver. Un cru 22/23 emmené par sa nouvelle directrice, Ludivine Ducrot, arrivée en septembre 2021 et qui a cœur de redonner le goût du live aux Ligériens. « Nous reprenons dans une ambiance assez pesante avec une succession de crises diverses et la « fin de l’insouciance », explique cette dernière. Mais, de notre côté, c’est justement vers l’insouciance que nous allons aller. Notre objectif reste de faire vivre à tous les publics des moments exaltants. » Une orientation qui se traduit via l’ensemble des propositions affichées.

Ludivine Ducrot (au micro), directrice du Fil depuis septembre 2021 © NB/ If Saint-Etienne

Les femmes à l’honneur

Plusieurs fils rouges viennent caractériser cette première mi-saison 22/23. Parmi ceux-là citons tout d’abord la place faite aux artistes et groupes où les femmes sont aux commandes. Un choix logique pour Ludivine Ducrot. « C’est une vraie volonté de faire monter les femmes sur scène, explique la directrice. Il demeure une surreprésentation des hommes sur scène dans les musiques actuelles, donc faire jouer ces artistes engagées, féministes est important à nos yeux. » En observant de plus près les différentes dates fixées sur le calendrier du Fil, on observe notamment la venue le 6 octobre du Star Feminine Band, groupe de jeunes Béninoises âgées de 10 à 17 ans et véritable « coup de cœur de la rentrée » selon Ludivine Ducrot. A leurs côtés, de nombreuses signatures notamment Chilla (07/10), les Stéphanoises Cœur (07/10) et Rosemarie (10/11), Aloïse Sauvage (20/10) ou encore Wejdene (21/10). Ce dernier choix de programmation, pouvant paraître de prime abord assez étonnant pour une scène telle que le Fil, est justifié simplement par sa directrice : « nous n’avons pas de frein envers certains artistes. Le Fil n’est pas une scène institutionnalisée mais veut accueillir tous les types de public, donc j’assume totalement le choix de faire jouer Wejdene. »

Vitalic, L’Entourloop ou Kyo

Au sein des autres points saillants de la programmation, une partie de cette dernière s’oriente vers le retour d’artistes ayant déjà foulé la scène stéphanoise tels que Ange (24/11), Cascadeur (10/11), Vitalic (16/12) ou Les Wampas (15/12). Notons aussi une carte blanche au duo stéphanois L’Entourloop (10/12), une soirée métal pour la Sainte-Barbe avec notamment Benighted (03/12), le trash doux-amer de GiédRé (08/12) ainsi que des soirées spéciales en partenariat avec le Rhino Jazz(s) Festival ou le N.N.Y. Fest.

Si le public adulte pourra s’en donner à cœur joie, les plus jeunes, dès 3 ans, auront aussi de quoi se faire plaisir avec huit propositions, mises en avant dans une plaquette dédiée au jeune public. Au calendrier, un théâtre musical de jazz « Mission Dizzy 3021 » le 31 janvier 2023 ou encore « La Boum des Boumboxeurs » le 6 juin 2023. Danse, musique, interactivité, conte musical,… il y en aura pour toutes les petits curieux.

L’accompagnement et les actions culturelles en travail de fond

Les équipes du Fil, au-delà de l’aspect concert visible directement par le public, opèrent différentes actions tout au long de l’année. Tout d’abord un accompagnement pour les artistes du coin mais pas seulement. Une « fusée à trois étages » comme l’explique Grégory Aliot, responsable des studios, en charge des résidences, avec trois dispositifs disponibles : les « Infiltrés » pour les groupes débutants, les « Profilés » pour une résidence plus longue et un travail plus intense étalé sur quatre à six jours dans les studios du Fil et enfin « Filières », un programme dédié aux groupes et artistes en voie de professionnalisation. Le dernier pan d’action mis en oeuvre par les équipes correspond à l’action culturelle. Celle-ci revêt différents projets menés en parallèle. Après plusieurs grands projets d’une durée de six à huit mois destinés aux scolaires ou aux publics dits « empêchés » comme Baratin (travail sur l’éloquence) ou Ca scratche, le Fil lance cette année des concerts directement dans les écoles, tout en poursuivant son travail d’école de musique, intitulé « Looping » et entamé depuis trois ans.

Programmation complète à retrouver sur cette page.

*Sur 10 mois, 31 500 spectateurs (dont 40% de nouveaux publics) ont poussé les portes de la salle stéphanoise. Une donnée qui demeure 13 % en deçà du résultat obtenu lors de la saison 18/19, dernière avant la crise liée à la Covid.

Quelques chiffres sur le Fil :

  • Le Fil est composé d’une grande salle pouvant accueillir jusqu’à 1 260 spectateurs (en configuration debout) et d’une salle plus réduite, le « club » d’une capacité de 300 places debout.
  • Il dispose de trois studios de répétitions et d’une régie d’enregistrement
  • L’équipe du Fil est composée de 18 salariés et devrait accueillir cette saison deux personnes supplémentaires : un apprenti sur le volet technique et un autre sur le pôle accompagnement
Rédacteur en chef
Partagez
Signaler une erreur

    Signaler une erreur
    J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

    Laisser un commentaire
    Sur Android
    Sur iOS
    S'inscrire à la Newsletter