Saint-Étienne
mardi 16 avril 2024
00:22
Soutenez IF

Intersyndicale Casino : FO claque la porte, rien ne va plus ?

0
2857 vues

Lundi 25 mars, nous apprenions que FO avait claqué la porte de l’intersyndicale la semaine dernière. En cause, des divergences de stratégies concernant les négociations annuelles obligatoires, mais surtout un accord de méthode non signé par deux organisations syndicales, le rendant ainsi caduc. Le tout, alors que la nouvelle direction sera présente au siège stéphanois jeudi. Explications.

©JT/ If Saint-Etienne.

« C’est une décision qui a été mûrement réfléchie », nous précise Nathalie Devienne, secrétaire générale SNTA FO Casino, et porte-parole de l’intersyndicale jusqu’à il y a encore une semaine. Seulement voilà, après deux déconvenues, elle a choisi de claquer la porte. Mais d’abord, elle tient à rappeler que la constitution de l’intersyndicale a permis de faire un focus sur le volet social dans le Plan de sauvegarde accéléré. « Nous avons alerté le gouvernement, nous avons fait entendre ces arguments au tribunal, nous avons rencontré le consortium, etc. Ça a tenu du mois de novembre, jusqu’au 12 mars ». et de préciser qu’elle reste membre du comité central car il y a encore des échéances à venir.

Faites vos jeux

La 12 mars était le jour des Négociations annuelles obligatoires en entreprise (NAO) chez Casino. Une obligation qui permet aux syndicats et à la direction de fixer les augmentations de salaire ou autres avantages sociaux. Cette année, la direction a proposé une hausse de 1,8 % des salaires de DCF (Distribution Casino France). « C’est un peu la dernière enveloppe étant donné le contexte. Seuls FO et la CFE-CGC avons signé cet accord, qui devait obtenir 50 % pour être valide, explique Nathalie Devienne. Il nous a manqué 1 % pour le valider alors que nous avions obtenu que cette hausse de salaire soit rétroactive au 1er janvier. Ça fait au total 1 million d’euros qui ne seront pas redistribués aux salariés ».

Insuffisant pour Frédéric Buisson, délégué adjoint Unsa de Casino qui pointe une inflation de 4,9 % et atteignant les 10 % sur l’alimentaire. « La direction nous a proposé d’abord 1,6 % d’augmentation, puis 1,8 %. Sauf qu’en même temps, trois membres du comex partaient avec 10 millions d’euros. Vous comprenez bien que quand on nous dit qu’il n’y a plus d’argent après… Il y avait un sujet par rapport à la rétroactivité, oui ». De fait. Les salariés toucheront bien les 1,8 % d’augmentation… au 1er mars.

Coup de poker

Vient ensuite le 22 mars. Depuis le début, l’intersyndicale avait demandé un accord de méthode pour les salariés qui seront licenciés. Il permet de définir un certain nombre de dispositions, le cas échéant dérogatoires, en cas de projet de licenciement collectif. Après six réunions concernant cet accord, Nathalie Devienne estime que 99 % des revendications des syndicats avaient été obtenues, dont des indemnités supra légales. A deux reprises, les autres organisations syndicales lui assurent signer l’accord. « Sauf la CGT qui ne signe jamais rien, c’est une posture, mais peu importe, nous étions suffisamment nombreux pour que ce soit validé. Au dernier moment deux organisations syndicales, la CFDT et l’Unsa, ont fait volte-face, expliquant que Casino nous avait trahi, que cela ne compensait pas. Mais dans un accord, on ne met pas de ressenti ».  Pour elle, certaines organisations syndicales se montrent aujourd’hui trop gourmandes. Une accusation dont se défend le délégué adjoint Unsa qui pointe de son côté les manquements de la direction.

Faites vos jeux

 « Aujourd’hui, on ne connaît pas les montants des indemnités supra légales dont on nous parle. Nous avons été plusieurs organisations syndicales à ne pas signer cet accord qui n’a en conséquence pas été validé. Maintenant, on va rentrer dans la négociation du PSE qui aura un impact sur des milliers de familles. FO a fait le choix de quitter l’intersyndicale, mais nous sommes toujours quatre organisations membres. Ça commence maintenant », assure Frédéric Buisson. Car la partie est loin d’être terminée. Lundi, le groupe Casino annonçait l’augmentation de son capital par les candidats à la reprise, réduisant de manière manifeste la part des actionnaires dans le groupe. Par ailleurs, Philippe Palazzi et son nouveau comité exécutif devraient se rendre ce jeudi 28 mars au siège stéphanois et rencontrer certains salariés… sans que nous ayons pu obtenir davantage d’informations sur la teneur de ce qui leur seront communiquées.  

Partagez
Signaler une erreur

    Signaler une erreur

    J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

    Laisser un commentaire
    Recevoir la newsletter
    IF Saint-Étienne