Saint-Étienne
vendredi 24 mai 2024
18:44
Soutenez IF

Qualité de l’air : accompagner plutôt que sanctionner

0
941 vues

Mardi 4 avril, le 3e Plan de protection de l’atmosphère a été signé par les responsables de Saint-Etienne Métropole, de Loire Forez Agglomération, et par le préfet. Un programme qui concerne l’air respiré dans 140 communes ligériennes, contre 55 auparavant.

Un troisième plan qui se veut plus ambitieux que le précédent. ©JT/If Saint-Etienne

« La qualité de l’air est un enjeu de santé bien sûr, mais c’est aussi celui de la biodiversité », a déclaré Alexandre Rochatte, préfet de la Loire, ce 4 avril. Ainsi, mardi, il s’est réuni avec Hervé Reynaud, vice-président de Saint-Étienne Métropole et Marie-Gabrielle Pfister, vice-présidente de Loire Forez Agglomération déléguée à l’environnement. Les trois représentants ont signé le 3e Plan de protection de l’atmosphère, qui définit les mesures mises en œuvre dans les différents secteurs concernés (transports, agriculture, industrie, habitation et tertiaire) et ce sur une durée de cinq ans. Pour mettre au point de programme, différentes études ont été menées, permettant d’identifier les enjeux suivants : les particules fines, les oxydes d’azote, l’ammoniac, les composés volatiles, les oxydes de soufre, et l’ozone. Par ailleurs, contrairement au plan précédent qui s’étendait sur 55 communes, le périmètre de ce troisième volet recouvre 140 communes, soit plus de 500 000 habitants.

Aller plus loin

Au programme, beaucoup de sensibilisation et d’accompagnement. En effet, parmi les mesures prises, on trouve notamment « accompagner et booster l’amélioration de la performance énergétique des sites industriels », « accompagner et soutenir les travaux de rénovation énergétique des bâtiments », ou encore « sensibiliser et former à la qualité de l’air dans le milieu agricole ». Si le programme a une volonté davantage pédagogique et d’accompagnement, plutôt que répressive, on y trouve cependant des mesures plus contraignantes. Ainsi, il stipule d’ « interdire l’installation et l’usage de certains appareils de chauffage au bois non-performant », ou encore d’ « éradiquer les appareils de chauffage au fioul ».

Accompagner les agriculteurs

Avec un périmètre largement étendu aux zones rurales, le plan souhaite voir plus loin. « C’est vrai que chez nous, la qualité de l’air est bonne, souligne Marie-Gabrielle Pfister, vice-présidente de Loire Forez Agglomération déléguée à l’environnement. Mais le PPA va nous permettre de la maintenir à un bon niveau, et de mieux comprendre d’où viennent nos sources de pollution ». Cela implique notamment, sur ces territoires, d’accompagner les agriculteurs vers de nouvelles pratiques, moins polluantes, le secteur représentant 97 % des émissions d’ammoniac. Rappelons par ailleurs que la pollution de l’air est responsable de 40 000 décès chaque année, dont 4 300 en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Partagez
Signaler une erreur

    Signaler une erreur

    J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

    Laisser un commentaire
    Recevoir la newsletter
    IF Saint-Étienne