Saint-Étienne
dimanche 14 avril 2024
04:32
Soutenez IF

Musée d’art moderne : visite de chantier avant agrandissement

0
1426 vues

Ses portes sont closes depuis le 10 avril dernier et ne rouvriront que cet automne. A mi-parcours, nous avons pu visiter le chantier du Musée d’art moderne et contemporain de Saint-Etienne Métropole. L’occasion d’évoquer son futur agrandissement…

Le musée ouvrira de nouveau ses portes à l’automne 2024. ©JT/ If Saint-Etienne.

35 millions d’euros. C’est ce que va coûter à l’Etat et à la métropole l’agrandissement du Musée d’art moderne et contemporain dans sa version la plus modeste. L’établissement est labellisé Musée de France, et en ce sens, comme l’explique Marc Chassaubéné, vice-président à la culture de Saint-Etienne Métropole, « on ne fait pas ce que l’on veut ». Il se trouve qu’en 2017, un rapport d’Etat pointait que le musée stéphanois était trop petit et mettait en avant des problématiques liées à la conservation répartie sur 3 sites : au musée, à la Cité du design et à Métrotech.

Pourtant, cette version la moins chère du projet d’agrandissement « ne laisserait que 10 ans de perspective d’agrandissement des collections, ce qui est peu », reconnaît Marc Chassaubéné qui assure que le sujet devrait être entériné d’ici la fin du mandat. « Pour l’instant, le projet n’est pas décidé, et on ne le fera pas tout seul ». L’ampleur de l’agrandissement devrait ainsi être proportionnelle au financement de l’Etat, tandis que la région avait décliné l’invitation à participer au travers du CPER.

Un bon dans le temps

Mais pour l’heure, c’est un premier chantier qui a débuté depuis la fermeture du MAMC+. Il est question de lourds travaux de rénovation, à hauteur de 3,5 millions d’euros et qui visent à réhabiliter ce bâtiment ouvert en 1987. « Depuis plus de 30 ans, rien n’avait été fait », a rappelé Sylvie Fayolle, présidente par intérim de Saint-Etienne Métropole, lors d’une visite du chantier. C’est dire s’il y avait à faire pour remettre le bâtiment aux normes, et l’optimiser pour pouvoir conserver des œuvres de façon optimale. « Nous avons achevé une phase de désamiantage des sols qui a pris beaucoup de temps, rapporte Gérard Privat, responsable des services techniques et de la sécurité. Nous avons des contraintes liées à l’hydrométrie et à la température pour la conservation des œuvres, ainsi qu’au développement durable et aux changements climatiques ». Pour faire patienter les métropolitains, l’équipe du musée et la métropole ont donc lancé les « Sept merveilles du MAMC+ ».

Aller vers

Parmi les 20 000 œuvres qui composent la collection du musée, sept seront exposées, chaque mois, au sein de sept communes de la métropole qui ont manifesté un intérêt pour le projet, et qui étaient en mesure de pouvoir se plier aux contraintes que représente cet accueil. Il s’agit de Saint-Genest-Lerpt, Rive-de-Gier, Roche-la-Molière, Saint-Maurice-en-Gourgois, Genilac, Villars et Chamboeuf. Ainsi, « la culture va même venir jusque dans les plus petites communes, précise Bernard Bonnet, maire de Saint-Maurice-en-Gourgois, qui exposera La Sirène, d’Alexandre Séon eu mai, à l’Hôtel de Ville. C’est l’essence même de la Métropole ». Pour certains, l’émotion était palpable, comme pour le maire de Génilac, Denis Barriol, ravi de pouvoir recevoir La déesse de la mort de Jean-Baptiste Carpeaux à la médiathèque Paul Rigaut. « Quand je l’ai su, j’ai dit à mes équipes ‘on va vraiment avoir un Carpeaux à Génilac’. Nous pouvons tous en être très fiers ». Une incitation à aller vers un public que le musée ne touche pas toujours, et que certains élus, comme Eric Berlivet, maire de Roche-la-Molière, aimeraient voir élargie aux 53 communes qui composent la métropole. Quant au MAMC+, il devrait rouvrir ses portes cet automne.

Partagez
Signaler une erreur

    Signaler une erreur

    J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

    Laisser un commentaire
    Recevoir la newsletter
    IF Saint-Étienne