Saint-Étienne
samedi 20 avril 2024
09:10
Soutenez IF

Volets roulants : Provélis se veut armée pour la suite

0
1411 vues

Filiale du groupe Estémi, Provélis se présente dans le top 3 régional de la conception/fabrication de volets roulants destinés aux pros et à la rénovation. La PME de Saint-Jean-Bonnefonds – un peu moins de 80 collaborateurs – revendique un créneau alliant sur-mesure, qualité et « made in France ». Avec le soutien de la Région, elle vient d’investir dans des process jusque-là sous-traités. Pas de trop vis-à-vis du retournement de conjoncture dans le BTP…

Selon Somfy, réputé fournisseur de Provélis, 85 % de la motorisation des volets roulants sera solaire en 2025. ©If Média/Xavier Alix

Quand vous faites + 5 % de CA alors que l’ensemble de votre marché fait + 15 %, il n’y a pas de quoi triompher. « Inversement, quand le marché tombe de 15 % et que vous ne chutez « que » de 10 %, il y a de quoi être fier. Mais convaincre tout le monde de cette logique n’est pas toujours évident. » Directeur général de Provélis depuis quelques mois, ingénieur de formation, Nicolas Herbivo a été placé cet automne à la tête de cette PME de Saint-Jean-Bonnefonds. Comme l’ensemble de son groupe – Estémi, spécialiste de la menuiserie en ouvertures et fermetures destinées aux pro (en « b to b ») du BTP – l’entreprise vient d’enchaîner, plusieurs années de croissance. Mais à l’image, ne serait-ce que de l’ensemble du secteur du bâtiment, il y aura sans doute un avant et un après 2023

Rachetée en 2014 par le groupe Ouvêo Menuiseries, devenu depuis Estémi, Provélis a été créée en 2002 par Gilbert Dépalle et Nicolas Masson à Saint-Etienne. Avant de devenir saint-jeandaire pour mieux dérouler son développement. Son intégration à ce qui est désormais le groupe Estémi répond à la constitution d’un petit groupe national se voulant référent, et de menuiserie (l’« ouverture » sous bannière Ouvêo) et de la fermeture (volets roulants) sur-mesure. Un ensemble fondé depuis le Sud-Ouest par Jean-Luc Nouveau et désormais composé de six filiales autonomes occupant six sites distincts maillant ainsi l’ensemble de l’Hexagone. Loubat Fermetures (Lot-et-Garonne), en 2021 et Beoplast (Saône-et-Loire) en 2023 sont les dernières intégrées. Le groupe pesait ainsi fin 2023, 115 M€ de chiffre d’affaires (+ 12,1 % vs 2022), 5 500 clients professionnels du BTP pour 256 000 produits installés par an et 540 collaborateurs.

Provélis a produit 65 000 volants roulants en 2022

Dont 76 CDI au sein de Provélis, qui travaille désormais beaucoup pour les filiales Ouvêo Menuiseries sinon, directement, sur un gros quart sud-est de la France. L’entreprise se dit dans le « Top 3 » régional de la conception/fabrication de volets roulants sur mesure vendus aux professionnels dans le segment de la rénovation. La société conçoit ses produits – son catalogue compte une dizaine de références – équipés des fameux moteurs Somfy dont elle est un client majeur. Elle les fabrique sur mesure, pour les adapter aux dimensions de chaque chantier. « Nous sommes surtout sur la rénovation et peu présents sur le neuf, univers davantage standardisé », précise Nicolas Herbivo. 65 000 volants roulants sont ainsi sortis de ses ateliers – son site, bureaux compris, compte deux bâtiments totalisant 8 500 m2 – pour être installés en 2022. Année où le chiffre d’affaires a atteint une pointe historique de 21,43 M€ (+ 25,4 % par rapport à 2023).

Les lames des volets de Provélis intègrent une isolation. ©If Média/Xavier Alix

Tout en maintenant une rentabilité confortable d’environ 5 %, il était déjà en repli en 2023 de 7,5 %. Il devrait l’être d’environ 10 %, au moins, en 2024 selon les estimations de Nicolas Herbivo. « Tout le monde est touché : le retournement de conjoncture est là, dans notre secteur et risque de se généraliser. Avec, on s’attend à une guerre des prix plutôt malsaine alors que, déjà, nos prix un peu plus chers ne sont pas toujours simples à faire valoir. Mais si nous le sommes, ce n’est pas pour rien, défend le DG. Outre la gestion humaine de nos collaborateurs, nous assumons une haute qualité de services, de livraison, avec notre propre flotte, nos propres chauffeurs, notre propre système d’emballage calibré et vérifié. Ce qui est crucial ne serait-ce qu’au niveau des délais. De la qualité bien sûr aussi au niveau des produits en soi : innovants, isolants, plus épais, plus résistants et fabriqués en France. Avec la capacité de nous commander des pièces de remplacement si besoin. Nous portons cette vraie différence, cette authenticité et entendons les maintenir. »  

800 000 € investis dans l’intégration de process

Pour se défendre au sein d’un marché qui se tend fortement, Provélis pourra bénéficier de deux investissements très récents – ils viennent ou sont sur le point d’être déployés – soutenus par la Région Aura dans le cadre de son dispositif « Pack Relocalisation ». Dispositif de soutien à l’investissement industriel contribuant, selon l’exécutif de la collectivité, à attirer sur son territoire 50 % des relocalisations industrielles françaises. En ce qui concerne Provélis, contre la promesse d’embauches (c’est le principe du dispositif, il devrait y en avoir autour d’une dizaine sur 3 ans dans ce cas) liées à ces investissements, elle a accordé 75 000 € sur 800 000 investis. Somme destinée à intégrer deux process sous traités. 100 000 € pour une machine de débitage de lames de portes de garages, jusque-là achetées en Espagne. Et 700 000 pour un système de laquage (qui permet d’obtenir un choix de plus de 20 coloris) confié il y a encore peu à un sous-traitant français. De quoi, finalement, contribuer à passer ce cap qui s’annonce difficile. Ne serait-ce qu’en permettant d’accentuer la promesse d’une livraison deux semaines après commande à 95 %.

Provélis vient d’investir 700 000 € dans l’intégration d’un système de laquage. ©If Média/Xavier Alix

« Contribuer » car Provélis assure ne pas manquer d’autres atouts. Entre potentiel de mutualisations internes au groupe, la dématérialisation de ses outils et interface ou encore le développement de nouveaux produits. A commencer par les portes de garage sur lesquelles la société s’est lancée il y a quelques années. Peut-être un peu trop tôt : « Le rapport qualité/prix était et reste très bon. J’y crois beaucoup mais notre outillage industriel, au départ, n’était pas suffisamment adapté. C’est le cas désormais. » La PME saint-jeandaire continuera à s’appuyer sur l’innovation : elle suit ainsi le rythme de Somfy sur la motorisation solaire. Selon son fournisseur, elle occupera, en 2025, 85 % du marché ! Elle compte, aussi, développer des gammes équipées de moustiquaires ou encore ces volets aux lames orientables vis-à-vis de l’ensoleillement. Économique ou météorologique, le climat a ses difficultés. Ses opportunités aussi.           

Partagez
Signaler une erreur

    Signaler une erreur

    J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

    Laisser un commentaire
    Recevoir la newsletter
    IF Saint-Étienne