Saint-Étienne
lundi 15 juillet 2024
22:45
Soutenez IF

La Loire a-t-elle grillé une opportunité monstre avec le projet Carbon ?

0
8431 vues

Non car sa création dans la Loire relève de l’anecdote administrative. Mais sa domiciliation est passée de Roche-la-Molière à Lyon fin 2022. Cela nous a interrogé. La start-up qui porte le fameux projet d’une gigantesque usine de panneaux photovoltaïques au process intégré – 6 Md€ à investir à terme ! – a répondu volontiers. Et si le département n’avait sans doute pas les atouts pour accueillir cette implantation monstre, désormais actée à Fos-sur-Mer, d’autres opportunités « collatérales » sont possibles dans les années à venir en région Aura. A condition d’avoir le terrain…   

Le projet d’usine de production à Fos-sur-Mer doit aboutir d’ici 2026. ©Carbon

Elle était encore qualifiée de « ligérienne » il y a un an par l’AFP, lors de l’entrée du groupe isérois ECM dans son capital. Les articles qui parlent de la start-up Carbon et de ses ambitions dans la production d’énergie solaire en 2022 évoquent tous cette appartenance géographique. Mais à partir de 2023, elle devient « lyonnaise » avec un établissement principal, désormais implanté 4 rue de la République non loin de l’hôtel de ville de la capitale régionale. L’adresse de Roche-la-Molière – boulevard Sagnat au cœur d’une zone d’activités où se concentrent de nombreuses entreprises et pas des moindres, comme le site de Safran – est fermée depuis décembre 2022 après avoir été le siège à sa création en mars 2022.   

Pourquoi ce déménagement ? Y avait-il une chance de créer la « giga factory » dans la Loire ? « Déjà, il n’y a pas de logique d’identité territoriale arrêtée chez Carbon, si ce n’est bien sûr, sa volonté de créer une production industrielle dont la France et même l’Europe est dépourvue. Question de souveraineté, au cœur du projet, explique Etienne Roche, directeur de cabinet de la présidence de Carbon en charge, entre autres de sa communication directe et par ailleurs Ligérien d’origine. Certes, on peut parler d’une articulation à partir d’Auvergne-Rhône-Alpes au regard de fondateurs ou de nouveaux investisseurs mais nous avons aussi désormais des bureaux à Bruxelles correspondant à des investisseurs belges. Carbon est le fruit d’un consortium d’industriels, d’experts de l’énergie solaire, et l’est toujours même si le capital ou encore la présidence ont déjà évolué. »

« Carbon n’était pas spécialement une start-up ligérienne »

Or, poursuit Etienne Roche, « l’un des entrepreneurs fondateurs, Philippe Rivière, d’ACI groupe, a l’un de ses sites situés à Roche-la-Molière (Comefor, usinage de précision ; M. Rivière selon nos informations ne fait plus partie de l’aventure Ndlr). Il a été, au départ, décidé de domicilier officiellement Carbon à cette adresse. Mais cela aurait pu être ailleurs et il ne s’agissait sûrement pas de créer un siège administratif classique ex-nihilo avec tous ses services supports et ses employés. On n’en était pas là. En 2022, nous avions d’ailleurs essayer en vain de faire comprendre que Carbon n’était pas spécialement une start-up ligérienne mais, disons, « aurhalpine ». A ce titre et avec l’évolution du projet (cofondateur, Pierre Emmanuel Martin est aujourd’hui président et a d’autres sociétés dans le centre de Lyon aussi, Ndlr), il était devenu plus logique de déménager le siège à Lyon. Nous n’avons jamais eu d’activités réellement opérationnelles dans la Loire.»

Au départ, nous avions une quinzaine de terrains potentiels dans toute la France. Un premier filtrage nous a amené à en retenir sur cinq.

Etienne Roche, directeur de cabinet de Carbon

Avec déjà plusieurs levées de fonds conséquentes à son actif, certaines à trois chiffres, et d’autres à venir, Carbon compte actuellement une soixantaine de salariés répartis donc sur divers bureaux. Dont une filiale désormais – Carbon Sud – créée en avril dernier à Marseille qui encadre la création de la fameuse usine de production de panneaux photovoltaïques et de modules en processus intégré*, censé employer dans un premier temps, d’ici 2026, déjà 3 000 personnes sur ses 60 ha. Ce sera donc à Fos-sur-Mer pour 1,5 Md€ avec l’appui public financier. Forcément : un projet aussi monstrueux (on parle, à terme de 6 Md€ d’investissements) réclame une quête foncière à sa hauteur. Fatalement : plus que d’avoir un embarras du choix au milieu d’une foule de territoires aptes, la rareté de la faisabilité – sur des critères économiques croisés avec ceux administratif – des lieux visés contraint même à l’échelle du pays. « Au départ, nous avions une quinzaine de terrains potentiels. Un premier filtrage nous a amené à en retenir sur cinq : ils étaient en Occitanie, Haut de France, Grand Est, Nouvelle Aquitaine et donc Sud Paca avant de passer à trois », explique Etienne Roche.  

De probables autres prospections

Carbon veut exister dans un marché où l’Europe, 2e continent consommateur, est absente d’une production tenue à 70 % par la Chine. ©Carbon

Fos-sur-Mer a finalement été retenue. Son écosystème local et ses capacités de connexions maritime, fluviales ont bien sûr été des arguments de poids dans la balance. « Auvergne-Rhône-Alpes et sa forte attractivité a été explorée au départ mais je ne crois pas que la Loire l’ait été. » Peu de chances que notre département ait de toute façon un écrin apte, à commencer par la superficie. Cependant, vis-à-vis de Carbon, le solide tissu industriel ligérien aura peut-être une carte à jouer. Car, souligne Etienne Roche, « notre développement progressif futur implique différentes chaînes de valeur et donc de possibles créations de sites supports secondaires. » Bref, sans compter les opportunités en tant que sous-traitants, il y aura de probables autres prospections. Peut-être qu’il reste à se faire une place à se faire au soleil, malgré tout.

* La fabrication de panneaux photovoltaïques va du lingot (de poly silicium, annoncé importé d’Europe) jusqu’aux panneaux en passant par les briques, wafers et cellules.  

Partagez
Signaler une erreur

    Signaler une erreur

    J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

    Laisser un commentaire
    Recevoir la newsletter
    IF Saint-Étienne