Saint-Étienne
samedi 24 février 2024
00:47
Soutenez IF

Autoentrepreneurs au RSA : les artisans aideront le Département

0
706 vues

Le Département de la Loire vient de signer une convention annuelle de partenariat avec la Chambre des métiers et de l’artisanat (CMA) « relative à l’insertion socioprofessionnelle et l’accès à l’emploi des bénéficiaires du RSA et du dispositif Loire du Département de la Loire ». Objectif : renforcer l’accompagnement des projets d’autoentrepreneurs au RSA – ils sont environ 3 000 dans la Loire dans ce cas – en s’appuyant sur l’expérience des artisans.

Nadia Semache, v.-p. l’insertion et de l’emploi, Georges Ziegler, président du Département, Pascal Calamand, président de la CMA Loire, Marie-Jo Pérez, conseillère déléguée aux partenariats économiques. ©If Média/Xavier Alix

Les opportunités pour qu’ils sortent du dispositif par le haut ne manquent pas, suffisamment de marchés sont là, en quête de preneurs. C’est ce qu’assurent, de concert, Chambre des métiers et de l’artisanat (CMA) et Département de la Loire. Savoir, déjà, se servir de ses mains à bonne escient est ici une chose. Mener à bon port son entreprise sans sombrer dans les abysses « commercialo-administratifs » en est une autre. Tout aussi sine qua non, dès lors l’on est seul, qu’il s’agisse du terrain ou des commandes. Encore davantage lorsque la langue française n’est pas maîtrisée sans même parler d’aborder le jargon fiscalo-administratif. Or, dans la Loire, les dernières statistiques montrent la persistance d’un contingent de 3 000 bénéficiaires (qui cependant, entre entrées et sorties se renouvellent chaque année de 50 %) du RSA sous statut d’auto-entrepreneurs, de travailleurs indépendants.

En signant jeudi dernier, une convention de partenariat annuelle avec la Chambre des métiers et de l’artisanat, le Département de la Loire fait appel à cette dernière : 20 000 € lui sont accordés en échange d’un peu de son temps et de son savoir-faire pour renforcer l’accompagnement spécifique de la collectivité déjà existant. Au sein des services départementaux, 150 agents travaillent en effet à la direction emploi, encadrant entre autres le retour à l’emploi des bénéficiaires du RSA. Parmi eux, 15 personnes sont les référents des travailleurs indépendants sous ce statut. Pour rappel, ce sont les Départements qui portent et cofinancent avec l’Etat (dans une proportion toujours plus défavorable aux premiers) la compétence RSA depuis une quinzaine d’années. Et si le nombre d’allocataires – 18 000 – est stable sur un an au 31 décembre dernier (il est monté à plus de 21 000), il en coûte malgré tout quelques millions supplémentaires à la collectivité depuis les dernières revalorisations décidées par le gouvernement en 2022.

« Il y a de l’avenir dans l’artisanat »

Soit 107 M€ d’allocations sur 118 M€ consacrés par le Département de la Loire à l’ensemble du dispositif. « Normalement, c’est celui qui commande qui paie mais là… » La métaphore est du président Georges Ziegler qui, comme à son autre habitude, élargit le sujet : aider à ses yeux oui mais « tout mettre en œuvre pour faire retrouver un emploi aussi. On est bienveillant et optimistes mais pas dupes non plus », argue-t-il tout en rappelant qu’entre hausse continue des dépenses – le social en première ligne – et réductions des recettes, l’équilibre budgétaire devient un exercice chaque année plus ardu pour sa collectivité. « Nous sommes chefs de file de l’action sociale mais avec cette priorité du retour à l’emploi des bénéficiaires du RSA, l’appuie Nadia Semache, sa vice-présidente à l’insertion et l’emploi. C’est dans cette perspective que nous signons avec la CMA afin de renforcer un accompagnement qui a toutefois déjà ses réussites avec des indépendants. »

On parle beaucoup d’intelligence artificielle dans les entreprises actuellement. A ce stade, elle est encore très loin de remplacer les mains de nos artisans. 

Pascal Calamand, président de la CMA Loire

Ce dont témoigne aussi, Marie-Jo Pérez, conseillère déléguée aux partenariats économiques, heureuse de ces cas d’école « gagnants-gagnants », elle qui est directrice en Ressources humaines parallèlement à sa vie d’élue : « Il faut aider ces gens qui ont le savoir-faire et la volonté d’être leurs chefs d’entreprises mais n’ont pas les clés, pas les outils pour cela. » Heureux de signer cette convention de partenariat avec le Département – la première « mais certainement pas la dernière…. » -, le président de la Chambre des métiers et de l’artisanat (CMA) Pascal Calamand défend la volonté proactive de sa mandature pour le développement d’une activité, l’artisanat, qui compte près de 21 000 entreprises dans la Loire. « On parle beaucoup d’intelligence artificielle dans les entreprises actuellement. A ce stade, elle est encore très loin de remplacer les mains de nos artisans. Il y a de l’avenir dans l’artisanat et nos territoires en ont besoin. »

Partagez
Signaler une erreur

    Signaler une erreur

    J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

    Laisser un commentaire
    Recevoir la newsletter
    IF Saint-Étienne