Saint-Étienne
jeudi 29 février 2024
09:17
Soutenez IF

Terrenoire : « Mettre notre énergie et notre créativité au profit des nôtres »

0
3628 vues

Le groupe Terrenoire, mené par les frères Raphaël et Théo Herrerias, a annoncé la tenue du premier Festival de Terrenoire les 16 et 17 septembre 2023 dans le parc du château de la Perrotière. Un événement familial et populaire mêlant musique et sport. Nous avons discuté avec Raphaël de ce projet afin d’en savoir un petit peu plus.

Terrenoire © Pierre-Emmanuel Testard

Pourquoi vouloir monter un festival dans le parc du Château de La Perrotière à Terrenoire, dans votre quartier ?

« Le Château de La Perrotière et son parc constituent notre terrain de jeu d’enfant. Nous avons grandi à côté, nous étions à l’école de La Perrotière. Nous avons tourné nos premiers petits films là-bas… C’était notre coin et notre forêt. Au début de notre projet Terrenoire, nous avons beaucoup investi cet endroit en tournant un live en 2018 sur place, en y tournant des clips, la pochette de notre premier EP est une photo d’une course dans le parc du Château, on parle du « Château » dans le titre Jusqu’à mon dernier souffle… C’est un peu un fil rouge dans notre vie et notre projet musical. C’est aussi notre rêverie de gamin ce lieu. Il n’y avait pas grand monde qui y allait et c’était le lieu où vaguait notre imaginaire. Il faut bien dire qu’il est beau ce parc, il est sublime. De plus, ce Château est lié à l’histoire de notre quartier. Aujourd’hui, je trouve magnifique que ce lieu constitue le parc des enfants, que les 77 écoles de Saint-Etienne y viennent pendant l’année. Ca fait que ce Château rappelle des souvenirs d’enfance à de nombreux Stéphanoises et Stéphanois. Donc quand nous avons cherché un lieu pour créer un événement à Saint-Etienne, ce parc nous est apparu comme idéal. On devait monter ce projet avant le Covid, mais ça a été retardé logiquement. Désormais, on a un peu de temps entre deux albums, c’est le moment pour l’organiser. »

Vous aviez également déjà joué un live public dans le parc du Château ?

« Oui, pour les 90 ans de l’Amicale laïque de Terrenoire. Ce fut une version bêta du festival. On a vu que c’était trop bien de travailler avec le quartier et les gens d’ici. Et en plus, ça fonctionne, le lieu est magique. On a vu de nombreuses personnes proches venir nous voir, cela nous a beaucoup touchés. Toutes les dates et concerts ne se valent pas, il faut bien l’avouer. Et parfois, la magie est en bas de chez soi. C’est très important que les chansons que l’on écrit en pensant à chez nous, reviennent sonner sur place. Monter un festival à Terrenoire c’est mettre notre énergie et notre créativité au profit des nôtres, tout simplement. Nous avons monté une association Les Enfants de Terrenoire pour mettre en place l’événement. C’est donc à but non-lucratif, nous ne ferons pas un euro sur ce festival. C’est hors de question. C’est une ville et quartier que l’on aime, nous appartenons à cet endroit. C’était une promesse de ne jamais couper le lien et de venir réenraciner à Terrenoire toute l’énergie que nous avons emmagasiné au cours des concerts en France entière et à l’étranger. C’est hyper émouvant d’avoir des réunions avec le centre social, de travailler avec les enfants, les Stéphanois, des associations locales, des artistes locaux ou encore le musée d’Art et d’industrie, musée de la Mine. Personnellement, je suis parti il y a 10 ans de ma ville et j’ai aujourd’hui un regard neuf sur elle et je l’aime d’autant plus. »

C’est très important que les chansons que l’on écrit en pensant à chez nous, reviennent sonner sur place.

C’est un moment aussi un peu particulier pour le groupe Terrenoire ?

« Oui, nous sommes entre deux albums, dans un moment de cycle très important pour Terrenoire. La dimension d’engagement est déterminante. Ce projet va nous nourrir. Il faut remettre de la noblesse sur ces projets que l’on monte avec le cœur, qui ne sont pas des événements « mondialisés ». Aller faire des Bercy, je m’en fous. Tout le monde est en train de changer. »

Côté programmation, quelle est la ligne directrice ?

« L’idée est de s’entourer de gens que l’on apprécie et qui font du bon boulot comme par exemple Gio Garcia qui sera le régisseur général de l’événement et qui est incontournable. Mais voilà, on veut travailler avec des copains de Saint-Etienne mais au-delà, de France entière. Côté musical, on a demandé à des artistes qu’on a croisés, qu’on apprécie ou que l’on connaît bien*. On veut qu’ils apportent leur énergie et qu’ils construisent un lien avec le territoire s’ils n’en ont pas déjà. Nous n’avons pas monté une programmation « stratégique ». Nous voulons créer des passerelles entre les gens, un moment beau et poétique et pas un festival démago. »

Nous n’avons pas monté une programmation « stratégique ». Nous voulons créer des passerelles entre les gens, un moment beau et poétique et pas un festival démago.

Est-ce que vous avez senti, dans les échanges que vous pouvez avoir à l’extérieur de la Loire, une évolution de l’image qu’ont les gens sur Saint-Etienne ?

« Il y a quelque chose d’assez extraordinaire car il commence à y avoir beaucoup d’artistes qui sortent de la ville. Cela n’est plus dû au hasard. Les Brique Argent, Fils Cara, Zed Yun Pavarotti… Il y a quand même une école stéphanois qui se fortifie. Je pense aussi au Fil qui est au milieu de tout cela et qui a aidé, accompagné tous ces projets. Je reviens à l’idée de collectif. Ici, les gens comprennent fondamentalement qu’on est plus fort ensemble, en s’entraidant, plutôt que de rester seul dans son coin. Saint-Etienne a cela de commun avec d’autres villes de France. Autour du festival de Terrenoire, on va travailler ensemble, en solidarité. Les temps sont durs et il y a ce sens de l’équipe qui est une grande chance. Il faut se fédérer le plus possible, mutualiser les forces du territoire. Le festival est né de cette volonté. »


*Le Festival de Terrenoire a dévoilé sa programmation musicale ce week-end avec la présence de November Ultra, Terrenoire, Fils Cara, Enchantée Julia, Brique Argent, Nayra, Felower et Grande Fête (Dj set).
Réservations et billetterie sur cette page.
Le festival recherche également ses bénévoles, rendez-vous ici pour en savoir plus.

Partagez
Signaler une erreur

    Signaler une erreur

    J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

    Laisser un commentaire
    Recevoir la newsletter
    IF Saint-Étienne