L'actualité de Saint-Étienne et sa région
S'inscrire à la Newsletter
S'inscrire à la Newsletter

France Relance va déjà générer 373 emplois industriels dans la Loire

• 13 avril 2021 • Xavier Alix
0
663 vues

Il agit parallèlement au plan de soutien d’urgence. Objectif : permettre à l’économie de surmonter la tempête Covid. Le plan de soutien national France Relance a été présenté en septembre. Depuis, dans la Loire, pour le seul secteur industriel, 16 projets ont été sélectionnés.

Le soutien à l’investissement par l’Etat, objet de France Relance, s’est traduit dans la Loire par la sélection, entre autres, de 16 projets industriels (débloqués ou initiés) à ce jour. Ils devraient déboucher sur la création de centaines d’emplois. Ici dans les ateliers de Sam Outillage. © IF Saint-Etienne/Xavier Alix

Elles se tiennent tous les mois. Il s’agissait là de la cinquième. Vendredi, derrière les murs de Sam Outillage, une nouvelle réunion de suivi du plan France Relance a eu lieu. Et pour cause, le producteur d’outils à main haut de gamme (170 salariés) est l’un des nouveaux lauréats industriels du dispositif dans la Loire. Aux côtés d’une autre entreprise stéphanoise : Neyret textile.

Une sélection que les deux PME doivent à des projets innovants générateurs d’emplois. Il faut dire que « l’écosystème ligérien est favorable pour répondre aux nombreux appels à projet de France Relance », constate la préfète Catherine Séguin. Le plan soutient des investissements, d’ailleurs souvent envisagés avant le Covid mais grippés par le virus (c’est le cas de Sam Outillage par exemple). Il prend en charge un certain pourcentage du montant financier. Au-delà, il vise à participer « à l’objectif de transformation économique sur le long terme », insiste Catherine Séguin.

France Relance sélectionne aussi des projets de collectivités

Le 9 avril, la présence de la préfète au sein de Sam Outillage n’était donc pas justifiée par une cérémonie de remise de label. Mais bien par une séance de travail autour du sujet. Chacune réunit les organisations patronales, les syndicats, chambres consulaires, ordres (avocats, architecte, notaires…), banques, services d’État, collectivités locales, associations… Une quarantaine de Ligériens, à chaque fois, pour la plupart en distanciel évidemment.

If Saint-Etienne avait déjà suivi un premier bilan en décembre. La préfecture n’a pas communiqué, vendredi, sur l’ensemble des nombreux projets lauréats. Basée sur la création d’emplois, l’innovation, France Relance peut très bien sélectionner des projets associatifs. Comme celui d’insertion de Loire service environnement à Saint-Jean-Bonnefonds (dont nous reparlerons sur If). Ou encore de collectivités locales.

Charlieu-Belmont communauté a été par exemple sélectionnée pour son fonds d’aide à la mobilité des actifs autour du vélo. Et Saint-Étienne Métropole, comme six autres intercommunalités de la région, pour son projet alimentaire territorial (PAT), qui vise à renforcer la vigueur des circuits courts entre producteurs et consommateurs.

10 M€ accordé pour 45 M€ investis par les entreprises

En revanche, un bilan niveau de l’activité industrielle a été précisé. 16 projets ont été retenus à ce jour dans le département. 10 M€ leur ont été ou leur seront accordés. Pour 45 millions investis par les entreprises. De quoi non pas sauver mais générer 373 emplois, assure la préfecture. Qui ajoute : « Nous devrions annoncer d’autres bonnes nouvelles dans les semaines à venir. »

À l’échelle régionale, c’est un total de 190 projets industriels qui avaient été examinés fin mars pour 67 lauréats. 208 restaient à instruire. La fin de l’ensemble de l’appel à projets a été fixé au 1er juin. Le Plan de France Relance, c’est, à l’échelle nationale, 100 milliards d’euros déployés autour de trois volets principaux : l’écologie, la compétitivité et la cohésion.

France Relance ne se confond pas avec le plan d’urgence

Il ne faut pas le confondre avec le plan de soutien d’urgence aux entreprises : activité partielle, fonds de solidarité et reports de charge et PGE (prêts garantis par l’État). Sur le premier dispositif, dans la Loire, 3 000 entreprises ont été bénéficiaires pour les seuls mois de janvier et février pour 14 000 salariés.

Le fonds de solidarité, depuis sa mise en place a totalisé dans le département 182,5 M€, dont 30 M€ supplémentaires le mois dernier. 20 000 entreprises sont concernées. Dans la Loire enfin, les reports de de charges depuis le début de crise ont cumulé 505 M€. Enfin, 8 720 entreprises y ont fait appel au PGE pour un total d’1,260 milliard d’euros.

Partagez
Signaler une erreur

Signaler une erreur
J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

Laisser un commentaire
Sur Android
Sur iOS