Saint-Étienne
mardi 16 avril 2024
01:01
Soutenez IF

Assurance-chômage : au Département, on craint une répercussion sur le RSA

0
1170 vues

Mercredi soir sur TF1, le Premier ministre Gabriel Attal a confirmé sa volonté de réformer l’assurance-chômage, face à un déficit qui atteint 5,5 % du PIB. Parmi les pistes évoquées, une réduction de l’indemnisation de plusieurs mois. Au Département, on craint que cette mesure n’engendre une hausse des recours au RSA, dans un contexte déjà très difficile financièrement

©If Média/Xavier Alix

107,14 millions d’euros. C’est la part que représente le RSA dans le budget primitif 2024 du Département de la Loire, avec une hausse de 1,3 million d’euros par rapport à 2023. Pour l’instant…

Hier soir, sur TF1, Gabriel Attal a confirmé qu’une réforme de l’assurance-chômage aurait bien lieu cette année, et dont il présenterait les contours dès cet été. Une réduction de la durée d’indemnisation serait actuellement à l’étude, « mais je ne pense pas que nous irons en dessous de 12 mois », a-t-il précisé. Des déclarations qui n’ont pas manqué de faire réagir Georges Ziegler, président du Département de la Loire, qui rencontrait la presse ce jeudi matin en amont de l’assemblée départementale. Avec justement à l’ordre du jour, la présentation du budget primitif 2024, et un équilibre de plus en plus complexe à trouver…

Piocher dans les économies

Un budget conforme à ce qui avait été annoncé lors du Débat d’orientation budgétaire du mois dernier, et que nous avions eu l’occasion de détailler. « Nous dépendons de recettes reversées par l’Etat, notamment d’une fraction de TVA, explique Jérémie Lacroix, vice-président du Département aux finances. Or, lorsqu’il y a une crise, il y a moins de dépenses, donc moins de TVA ». Sauf qu’en parallèle, les dépenses subies par le Département, elles, augmentent. « L’Etat nous demande d’en faire toujours plus, peste Georges Ziegler. Moi, je ne suis pas contre, mais il faut que l’on nous en donne les moyens. Le gouvernement impose, mais ne finance pas. Contrairement à l’Etat, nous, nous ne pouvons pas vivre au-dessus de nos moyens ». Une situation propre à de nombreux autres départements français cette année, conséquence directe d’un marché de l’immobilier au ralenti. Heureusement pour la Loire, en 2022, une réserve de 15 millions d’euros de Droits de mutation à titre onéreux (DMTO) avait été réalisée dans un contexte de ventes record. Deux ans plus tard, 10 millions seront prélevés sur cette réserve, pour faire face aux dépenses sociales.

Un équilibre difficile à atteindre

Des dépenses qui représentent désormais 66,8 % du budget total annuel du Département, soit 520 millions d’euros. Ainsi, 133,9 millions seront dépensés en faveur de l’autonomie des personnes âgées, 140,8 millions d’euros serviront à accompagner les personnes en situation de handicap, 123,3 millions afin de protéger les enfants et leurs familles, 117,1 millions dans la lutte contre l’exclusion, la pauvreté et favoriser le retour à l’emploi, et enfin 29,9 millions d’euros pour contribuer au SDIS. A noter une hausse significative de la Prestation de compensation du handicap (PCH) de 25,3 % par rapport à 2023, soit 7,7 millions d’euros supplémentaires. Et le président de rappeler : « La Loire n’est pas un Département très riche. D’autres, de taille équivalente, ont pu mettre beaucoup plus de côté fin 2022. Vous connaissez le prix de vente au mètre carré à Courchevel ou dans certaines communes des Alpes-Maritimes par rapport à Saint-Etienne ? ».

Sylvie Genebrier nommée conseillère départementale du canton de Montbrison

Lors de l’assemblée départementale de ce jeudi 28 mars, Sylvie Genebrier est officiellement devenue conseillère départementale du canton de Montbrison, en binôme avec Jean-Yves Bonnefoy. Elle succède ainsi à Annick Brunel, à la suite de son décès survenu le 6 mars dernier.

« C’est avec une profonde émotion que je siège aujourd’hui, pour la première fois, dans cet hémicycle, a-t-elle déclaré. Jamais je n’aurais imaginé ce scénario. Annick Brunel était une femme de cœur, une femme courageuse, une élue toujours à la recherche du consensus, engagée de tous les instants pour le bien commun. Je lui dois maintenant, par la confiance qu’elle m’avait accordée, de continuer son travail, son action qu’elle menait pour rendre le lendemain meilleur que le jour présent. Vous pouvez compter sur toute mon implication pour servir les intérêts du canton de Montbrison et du Département ».

Partagez
Signaler une erreur

    Signaler une erreur

    J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

    Laisser un commentaire
    Recevoir la newsletter
    IF Saint-Étienne