Saint-Étienne
dimanche 23 juin 2024
20:40
Soutenez IF

Les anciens Véliverts seront recyclés via l’Afpa

0
2018 vues

En attendant d’observer leur rythme de croisière, le démarrage des nouveaux modèles électriques s’avère excellent selon les premiers bilans communiqués. Pour ce qui est des Véliverts ancienne version, le conseil de Saint-Etienne Métropole a voté hier soir un projet de recyclage avec l’Afpa donnant lieu à une nouvelle formation professionnelle au sein de l’agence. Avant un appel à manifestation d’intérêt pour une distribution aux communes et aux associations d’insertion.  

Anciens vélos mais aussi les éléments de leur station seront recyclés. ©Saint-Etienne Métropole

Ils partirent 360. C’était en 2010. Ils arrivèrent 200, en bout de course. C’était en 2023. Et c’est à l’entreprise Fifteen, déjà embauchée par Saint-Etienne Métropole pour le déploiement de ces Véliverts mécaniques et première génération de leur trouver une seconde vie. Car cela faisait partie du marché obtenu par la société basée à Oullins dans le Rhône, pour passer à la seconde génération, celle électrique qui a commencé à être mis en service il y a déjà un mois. Pour rappel, l’offre publique métropolitaine de vélos en libre-service vient ainsi de passer dans une autre dimension. Les Véliverts 2.0 seront d’ici quelques mois déployés à 1 050 exemplaires – quelques-uns ont déjà été détruits lors des violences urbaines de cette fin de semaine – au sein de 105 stations (contre 32 auparavant) desservant 21 communes* contre seulement Saint-Etienne auparavant après l’abandon de celles de Saint-Chamond et Firminy en raison de leur manque d’utilisateurs dans ces deux communes.

L’électrification, bienvenue dans un territoire métropolitain uniformément vallonné, vise une rupture sur ce manque de fréquentation hors de Saint-Etienne ainsi qu’à intensifier celle constatée dans la capitale de la Loire. Un pari à 5 M€ pour la Métropole, qui a bénéficié du soutien de l’État à hauteur de 800 000 € sur ce projet. S’il ne pourra donner un bilan très détaillé des premiers bilans de fréquentation avant la rentrée, et plus précisément en attendant le retour des étudiants, Luc François, vice-président de Saint-Etienne Métropole en charge des transports et des mobilités avait tout de même quelques chiffres à jour à donner en amont du conseil communautaire hier après-midi. Ils sont très bons : « Mercredi, on avait dépassé les 100 000 km parcourus en moins d’un mois, plus de 3 800 trajets effectués pour environ 10 000 heures d’utilisation, énumère-t-il. On est sur une moyenne de 800 utilisateurs par jour effectuant 3 km en moyenne en 16 min avec 83 % de satisfaction. »

« Une émulsion autour du vélo en général »

Le démarrage du service électrique est très bon. ©Saint-Etienne Métropole

Par rapport à l’ancien système, le nombre d’abonnés a été multiplié par 4, le nombre de trajets par 5. A voir si l’effet « nouveauté » sera surmonté sur du plus long terme et si, cette fois, l’ambition d’étendre, beaucoup plus largement d’ailleurs, le service hors de Saint-Etienne sera justifié. Aucun doute pour l’exécutif de la Métropole qui n’a pas encore de chiffres à donner sur les communes périphériques desservies. « Comprenez que l’on continue à caler les choses. Toutes les stations n’ont pas encore été déployées. Il faut observer les premières utilisations pour régler notre logistique, savoir quand et où réapprovisionner en vélos celles déjà bien fréquentées, explique Luc François. Mais nos impressions, nos premiers retours, c’est que oui, on s’en sert en dehors de Saint-Etienne. Je le constate personnellement dans ma commune de Grand-Croix : la station devant la mairie ne sert déjà pas à rien. D’autre part, cette opération semble provoquer une émulsion autour du vélo en général. Nous poursuivons notre politique avec le plan Vélo 2019/2029 et la création de nouvelles infrastructures. »    

Les ex Véliverts et les éléments des anciennes stations démontés, eux, n’iront pas rouiller dans des hangars de stockage ou grossir les volumes des déchetteries. Le conseil de Saint-Etienne Métropole a en effet voté hier soir un projet de recyclage avec l’Afpa donnant lieu à une nouvelle formation professionnelle au sein de l’agence. C’était donc une prise en charge incluse dans le marché. Le gagnant, Fifteen, a proposé un projet complet de recyclage, « respectueux de l’environnement ». Le recyclage des stations composées essentiellement de métaux auprès de la société Derichebourg, spécialiste de ce type d’activité. La revalorisation de la flotte de vélos et des pièces de rechange, elle, sera effectué auprès de l’Agence nationale pour la formation professionnelle des adultes (Afpa) de Saint-Etienne, premier organisme de formation de France.

Que deviendront les vélos rénovés ?

Le projet propose de mettre à profit la revalorisation par deux actions concrètes et visible : « créer un chantier d’insertion à destination de jeunes éloignés de l’emploi souhaitant se former au métier de vendeur-mécanicien cycle en utilisant les vélos » ; « permettre à des personnes d’accéder à la mobilité cyclable grâce au don des vélos reconditionnés au travers d’acteurs locaux ». 6 à 10 personnes en réinsertion par session pourront bénéficier de cette formation qualifiante à partir de la rentrée avec le soutien, de principe à ce stade, financier de Pôle Emploi. L’Afpa pourra compter aussi sur des partenaires comme l’association Ocivélo et le lycée Etienne-Mimard. La formation utilisera donc les ex Véliverts et doit s’étaler sur 200 heures et avoir lieu au sein du « Village des Solutions » qui rassemble d’autres services pour les personnes en recherche d’emploi.

L’appel à manifestation d’intérêt sera ouvert aux communes et aux associations d’insertion. Les projets proposés devront porter sur la facilitation et le développement de l’usage du vélo en ville.

Saint-Etienne Métropole

Saint-Etienne Métropole, Fifteen et l’Afpa mettront en place l’ensemble des conventions permettant la remise gracieuse des vélos à l’Afpa et la sortie d’inventaire du système VéliVert des biens de Saint Etienne Métropole cet été pour leur transfert dans les locaux de l’organisme de formation. Une fois rénovés, que deviendront ces vélos ? C’est le sujet d’un AMI, « Appel à manifestation d’intérêt », voté aussi hier. « Cette démarche sera ouverte aux communes et aux associations d’insertion. Les projets proposés devront porter sur la facilitation et le développement de l’usage du vélo en ville. Pour les structures retenues, la distribution des vélos rénovés se déroulera au cours de l’année 2024. »

* Andrézieux-Bouthéon, Firminy, Fraisses, La Fouillouse, La Grand-Croix, La Talaudière, La Ricamarie, Le Chambon-Feugerolles, L’Etrat, L’Horme, Lorette, Rive-de-Gier, Roche-La-Molière, Saint-Chamond, Saint-Étienne, Saint-Genest-Lerpt, Saint-Jean-Bonnefonds, Saint-Priest-en-Jarez, Sorbiers, Unieux, Villars.

Partagez
Signaler une erreur

    Signaler une erreur

    J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

    Laisser un commentaire
    Recevoir la newsletter
    IF Saint-Étienne