Saint-Étienne
mercredi 22 mai 2024
07:25
Soutenez IF

IML : nouveaux locaux et autopsies 2.0

0
1537 vues

Ce jeudi 26 janvier, le CHU de Saint-Etienne inaugurait le nouveau plateau technique de l’Institut médico-légal. Un dispositif moderne qui devrait réduire les délais de traitements, améliorer la prise en charge des victimes et de leurs ayants droit, mais aussi du personnel. Désormais, les magistrats et forces de l’ordre pourront également suivre les autopsies à distance…

Au total, l’Institut réalise entre 300 et 350 autopsies chaque année. ©JT/ If Saint-Etienne

400 000 euros. C’est le coût de l’investissement réalisé par le CHU de Saint-Etienne pour moderniser son Institut médico-légal et lui faire faire un bon de 1994 à 2023. Un travail en collaboration avec la Justice, la police, ainsi que la gendarmerie. « La salle d’autopsie est intégralement réorganisée et rééquipée, détaille Olivier Bossard, directeur du CHU de Saint-Etienne. Et au-delà même des installations techniques, nous veillons à ce que l’IML prenne en charge les victimes et leurs familles dans les meilleures conditions possibles. »

Autre avantage et pas des moindres, ces aménagements permettent de faciliter le travail du personnel, notamment avec une table d’autopsie dont la hauteur est réglable. « Il s’agissait de moderniser un outil qui n’était pas exactement aux normes, explique David Charmatz, procureur de la République de Saint-Etienne. Il est maintenant beaucoup plus performant et va offrir la possibilité aux médecins légistes de travailler dans de bonnes conditions. Il va aussi permettre d’attirer de nouveaux médecins vers la médecine légale. » L’une des grandes nouveautés de cette modernisation, outre le changement de table et un meilleur éclairage, réside dans l’installation vidéo.

« Ça ne doit pas être l’alpha et l’oméga de l’autopsie, mais cela va permettre de gagner du temps »

David Charmatz, procureur de la République de Saint-Etienne.

Entre 300 et 350 autopsies chaque année

Car l’IML réalise au total entre 300 et 350 autopsies chaque année. Bien sûr, toutes n’interviennent pas forcément dans un contexte criminel, et la majorité consiste en fait à confirmer une mort naturelle. C’est pourquoi ce système d’autopsie réalisée en visioconférence avec les policiers, les gendarmes ou encore les magistrats, va pouvoir révolutionner leur travail. « Cela va changer leur quotidien, assure le directeur du CHU. Une autopsie dure en moyenne trois heures. Pour un policier qui doit venir de Privas ou même du nord du département, cela fait un déplacement long et mobilise beaucoup de son temps. »

Un gain de temps possible depuis la loi du 23 mars 2019, autorisant les médecins légistes à placer des prélèvements sous scellés. « Je me réjouis de la visio autopsie, ajoute le procureur. Ça ne doit pas être l’alpha et l’oméga de l’autopsie, mais cela va permettre de gagner du temps ».

Développer la médecine légale de proximité

En parallèle de ces innovations, le CHU de Saint-Etienne vient d’obtenir d’un budget de 320 000 euros, auprès du ministère de la justice. L’objectif ? Investir davantage dans la médecine légale du vivant et de proximité. « Les moyens étaient insuffisants et à cause de cela les délais s’allongeaient, explique le procureur. Désormais, les victimes trouveront plus facilement un rendez-vous, et seront reçues par des spécialistes de la violence ».

C’est pourquoi le choix a été fait de développer une prestation de médecine légale dans les Unités médicaux judiciaires de Roanne, ainsi que du Puy-en-Velay, en renforçant les équipes de ces sites dès 2023. Les différentes parties espèrent aussi que grâce à cela, les victimes seront davantage préservées.

Partagez
Signaler une erreur

    Signaler une erreur

    J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

    Laisser un commentaire
    Recevoir la newsletter
    IF Saint-Étienne