Saint-Étienne
dimanche 19 mai 2024
22:19
Soutenez IF

Geoffroy Guichard : un stade plus écolo pour les J.O

0
1401 vues

Le stade Geoffroy Guichard accueillera six rencontres dans son enceinte dans le cadre des Jeux olympiques 2024. Pour ça, il doit répondre à un cahier des charges précis, qui l’oblige actuellement à réaliser quelques travaux pour réduire son empreinte carbone.

Le stade accueillera six rencontres durant les J.O. ©JT/ If Saint-Etienne

Samedi, l’AS Saint-Etienne défie l’US Concarneau dans sa course à la montée en Ligue 1. Pour l’occasion, le stade Geoffroy Guichard pourrait même battre son record d’affluence de la saison. Cela sera également l’une des dernières rencontres où il utilisera son groupe électrogène. Car en effet, s’il est raccordé au réseau pour les usages courants, les soirs de matchs, le stade doit utiliser un groupe électrogène pour répondre à ses besoins en énergie. La pratique est courante dans les stades et dans l’événementiel plus généralement. « Depuis la phase de candidature, Paris 2024 s’est engagé à réduire l’empreinte carbone de 50 % par rapport aux jeux de Londres », explique Sébastien Dupland, manager énergie pour le comité Paris 2024. En clair, pour pouvoir accueillir les jeux, il faudra jouer le jeu…

Un stade plus vert

Pour ce faire, Saint-Etienne métropole a dû investir 1,4 million d’euros. Les ouvriers d’Enedis sont déjà à pied d’œuvre dans des tranchées aux abords du stade pour raccorder ce dernier à un réseau électrique plus puissant. « Cela va permettre d’économiser l’équivalent de 35 allers-retours Paris-Marseille à chaque match, pointe Augustin Montoussé, directeur Loire d’Enedis. C’est l’équivalent de 12 tonnes de CO2. Quand on pense que Geoffroy Guichard, ce sont des rencontres quasi hebdomadaires… ». Le groupe électrogène ne sera utilisé qu’en cas secours, en cas de panne sur le réseau par exemple. Par ailleurs, le comité rapporte qu’à Geoffroy Guichard, comme sur tous les sites de compétition des J.O, l’énergie utilisée sera renouvelable à 100 %, avec même une garantie d’origine, pour savoir d’où provient l’électricité utilisée au stade.

Un précurseur

Côté transition énergétique, le stade Geoffroy Guichard n’est pas en retard, et Sylvie Fayolle, présidente de Saint-Etienne métropole par intérim, a tenu à le rappeler. « La particularité de Geoffroy Guichard est déjà d’être un stade intra-muros, desservi par les transports en commun. Il dispose de panneaux photovoltaïques sur son toit, ainsi que d’une cuve de récupération d’eaux de pluie de 450 mètres cube pour arroser la pelouse ». La tonte de la pelouse est également ramassée pour être donnée au Campus Montravel pour en faire du compost pour les communes avoisinantes. Enfin, il est aussi éclairé par des leds. Les travaux de raccordement menés par Enedis devraient prendre fin le week-end des 8 et 9 juin, afin d’être opérationnel pour le passage de la flamme olympique.

Partagez
Signaler une erreur

    Signaler une erreur

    J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

    Laisser un commentaire
    Recevoir la newsletter
    IF Saint-Étienne