Saint-Étienne
lundi 20 mai 2024
04:24
Soutenez IF

Crimson Train sort les riffs

0
2358 vues

Dorian Chamoin et Pierre-Yves Peyron forment Crimson Train, un groupe de blues rock avec des influences comme Tom Waits ou encore Les Stones. Le premier, guitariste chanteur, vit à Saint-Bonnet-le-Château. Le second, à la batterie, habite Saint-Bonnet-le-Courreau. C’est donc un premier album 100 % ligérien qu’ils ont sorti sur toutes les plateformes le vendredi 12 avril. Explications avec Dorian Chamoin.

Comment est né Crimson Train ?

Pierre-Yves et moi, on s’est rencontré il y a environ cinq ans. On a commencé à jouer ensemble et tout de suite, on a eu envie de faire des concerts. Lui avait déjà joué avec des groupes de la Loire, et moi, je m’y suis installé il y a sept ans. Je suis originaire de Langres, en Haute-Marne. Entre temps, j’ai aussi vécu à Dijon, Nancy où je travaillais à la Music academy international. J’avais fondé un duo de reprises à l’époque. Ensuite, j’ai sorti un premier album Of Hivory and Horn, qui avait pas mal tourné et j’avais fait la première partie d’Emilie Simon et d’Ibeyi. C’était il y a environ dix ans. Je travaillais au conservatoire de Châlon, puis de Lyon et j’ai reçu des propositions par des écoles de musique de la Loire. Puis j’ai sorti un album en français, Un mur d’oiseaux. J’ai rencontré Pierre-Yves ensuite et ça fait cinq ans qu’on tourne avec Crimson Train, et c’est donc notre premier album.

Pourquoi un album maintenant ?

On a tardé à faire cet album, qui en fait est un EP, au niveau de la consommation de musique, c’est un format court, plus adapté, qui comporte sept titres. Il y a eu le Covid et puis un coup de boost l’an dernier avec une vingtaine de dates et le Tremplin des grosses guitares, donc c’était le moment.

Vous avez donc lancé une campagne de crowdfunding ?

Oui, on a fait une campagne Ulule qui a bien fonctionné. Parmi les contributeurs, il y avait bien sûr des gens qui suivent le projet, d’autres qui suivaient ce qu’on faisait avant, et puis aussi des personnes qui découvrent. Cet album, c’est une carte de visite, l’idée c’est justement de faire découvrir notre musique. C’est quelque chose de plus abouti dans le son, dans la distribution. On a travaillé sur le mix avec Benjamin Jouve, l’ingé son de la Dub Inc, et puis Frédéric Peyron qui est leur clavier, nous a aussi donné des conseils. Pour la suite, on a quelques dates qui se profilent à droite à gauche. L’avantage est que notre formation est taillée pour tous types de lieux, le rock blues peut se jouer dans des salles comme dans des bars, ça s’adapte partout, c’est assez festif.

Justement, pourquoi avoir opté pour ce style musical ?

Mon essence musicale, c’est la guitare et le chant. Dans le blues rock, on s’éclate complètement. On peut aller sur des sons très tordus, très électriques. C’est une musique dans laquelle on peut mettre de soi, il y a beaucoup de possibilités d’expression artistique. On a l’impression que la guitare a été fabriquée pour ça, on est donc vachement plus libéré.

Partagez
Signaler une erreur

    Signaler une erreur

    J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

    Laisser un commentaire
    Recevoir la newsletter
    IF Saint-Étienne