Saint-Étienne
vendredi 21 juin 2024
02:23
Soutenez IF

La CGT Loire se dit dans les starting-blocks

0
1449 vues

Résignés les syndiqués ? Que nenni, clame, au moins, la CGT Loire. Son union départementale Loire organisait vendredi dernier, à l’issue de son AG, une conférence de presse de rentrée sur des thèmes généraux. Avec déjà, la déclinaison d’un rendez-vous national, international et intersyndicale déjà fixée au 13 octobre en attendant d’autres probables d’ici là.   

Lors de la 9e journée de mobilisation des retraites en mars, place de l’Hôtel-de-Ville de Saint-Etienne. ©If Média/Julie Tadduni.

Ils n’ont finalement pas honoré le rendez-vous que leur avait « donné » le Président jusqu’au 14 juillet. Après quasiment cinq mois consécutifs de lutte intersyndicale intense sur les retraites, cette dernière n’a pas repris son souffle après les dernières sorties de début juin. Mais… « c’est n’est qu’une bataille de perdue », avertit Mireille Carrot, secrétaire général de l’UD Loire pour qui, clairement la guerre continue : « Oui, la rentrée sera offensive ». Y compris au sujet des retraites : « La CGT continuera à se battre et a dénoncé son application depuis ce vendredi 1er septembre. » Hasard du calendrier, c’est ce même jour que se déroulait l’AG de l’union Loire de la CGT. 80 militants de la cinquantaine de syndicats spécifiques qu’elle fédère étaient présents. L’occasion d’analyser « ce qui a manqué pour faire plier un Président qui a passé outre les règles de la démocratie ».

Et de constater, affirme Mireille Carrot qu’après une période de repos nécessaire, l’état d’esprit des troupes n’est pas sûrement pas à la résignation face à ce qu’elles estiment être « une politique d’austérité qui va s’appliquer toujours plus dans un contexte d’inflation qui n’en finit pas et alimente toujours plus le capital au détriment des salaires et des investissements dans l’outil de production ». Côté effectifs, la CGT confirme un regain d’adhésions lié à ce premier semestre si particulier. D’une ampleur pas vue depuis au moins une quinzaine d’années, voire depuis le milieu des années 1990 : 600 ont été comptabilisées (40 000 à l’échelle nationale). Le nombre de syndiqués CGT dans le département était d’environ 8 000 en 2022 avant cela. « Il faudra attendre d’enregistrer les pertes d’adhésion (liées par exemple aux départs en… retraite) pour en déduire une augmentation de nos effectifs, tempère Mireille Carrot. Mais c’est très probable ».

Premier rendez-vous fixé le 13 octobre

L’intersyndicale historique du premier semestre aura au moins une prolongation le vendredi 13 octobre. ©If Média/Xavier Alix.

De nombreux combats attendent anciens et nouveaux adhérents, avertit l’UD CGT Loire. Pas de mouvement de masse à annoncer pour l’instant au sein du secteur de la santé et de l’accompagnement social pour succéder à celui sur les retraites dans le cadre d’une intersyndicale, comme la CGT l’avait plus qu’évoqué en juillet. Pas encore du moins. Car « cela reste en discussion ». La seule date fixée à l’agenda est européenne. Il s’agit du vendredi 13 octobre avec la promesse d’un écho local sérieux à cette mobilisation d’échelle nationale et donc internationale contre les politiques d’austérité, une meilleure répartition des richesses, pour une transition écologique juste la hausse des pensions et salaires et enfin l’égalité homme/ femmes à ce sujet. Mobilisation qui verra le prolongement de l’intersyndicale historique sur les retraites : la CFDT en sera – et c’est nouveau, dit la CGT Loire – comme la CFTC, l’UNSA, la CFE CGC et FSU aux côtés de Solidaires, la CGT et FO.

Les sujets de mobilisation plus précis ne vont pas manquer en France cet automne à lire le communiqué national commun à l’intersyndicale sur le 13 octobre : « Le projet de loi de finance (PLF) et le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) en cours de préparation doivent être à la hauteur des enjeux de la période et de demain. Pour nos organisations ces projets doivent être porteurs de justice sociale. Dans ce cadre, la conditionnalité des 150 à 200 milliards annuels d’aides aux entreprises doit être débattue. Le PLF et le PLFSS doivent renforcer nos services publics, à commencer par l’hôpital, l’école, l’enseignement supérieur et la recherche… »

« Faire appliquer la loi » 

Autre extrait : « Les négociations nationales qui vont se tenir, notamment en matière de retraites complémentaires et d’assurance chômage, dans les mois à venir seront capitales pour créer et renforcer les droits sociaux des travailleurs. Nos organisations réaffirment la nécessité de répondre aux aspirations démocratiques des travailleurs pour une meilleure représentation collective en revenant sur les ordonnances travail et la loi de transformation de la fonction publique. »

Ce ne sont pas les lettres de cadrage du gouvernement qui « contraignent les échanges à l’avance », ni même la perspective de la Conférence sociale sur les bas salaires – « Des heures et des heures de négociations pour simplement faire appliquer la loi dans toutes les branches, c’est-à-dire le respect systématique du Smic… Tant qu’on ne légifère pas, tant que l’on ne contraint pas… » – ne sont de nature à rassurer la CGT. A noter que la situation de la présence postale dans la Loire, avec la fermeture jugée scandaleuse, sur le fond et la forme, cet été du bureau stéphanois de La Métare pourrait faire l’objet d’une mobilisation spécifique très prochainement. If Saint-Etienne reviendra sur ce sujet.    

Partagez
Signaler une erreur

    Signaler une erreur

    J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

    Laisser un commentaire
    Recevoir la newsletter
    IF Saint-Étienne