Saint-Étienne
lundi 15 juillet 2024
23:31
Soutenez IF

Saint-Etienne : l’évolution du Soleil se défriche pas à pas

0
2548 vues

Nouveaux équipements, nouvel habitat revendiquant le verdoyant et d’être en mesure d’attirer « des classes moyennes », nouvelle école en conséquence, démolitions et aération et enfin, dernièrement, présentation de nouveaux aménagements sportifs et de loisirs : à la croisée d’investissements publics et privés, le Soleil voit peu à peu les pièces du puzzle de sa rénovation de long cours, présentées par la municipalité de Saint-Etienne.  

On continue à construire et on continue, aussi, à démolir au Soleil : ici des garages bientôt détruits boulevard Fauriat, en marge de l’ilot Beaunier. ©If Média / Xavier Alix

On appelle ça « un arbre à basket ». La structure présente, depuis son « tronc », différents paniers fixés à différentes hauteurs pour autant de différentes orientations. « Comme ça, il y a plusieurs terrains à la fois pour des pratiquants de tous âges et tous niveaux, explique Brigitte Masson, adjointe aux sports. Continuer à pratiquer le basket dans ce secteur (actuellement, deux paniers se font face sur un terrain classique au sol en goudron juste au nord du terrain de foot en stabilisé du Puits Thibaut, Ndlr), c’était une demande forte issue de nos réunions de consultation. Beaucoup plus que le foot d’ailleurs. » A voir si les fanas de Wembanyama préfèreront « l’arbre » au rectangle goudronné et ses limites un peu plus réglementaires. Il y a deux semaines, une nouvelle réunion publique était consacrée au projet urbain du quartier dit du « Grand Soleil », comme le désigne désormais la communication de la Ville pour marquer dans les esprits une vaste entreprise d’évolution inaugurée en force par l’arrivée de la 3e ligne de tramway il y a déjà plusieurs années.

Vue aérienne des aménagements de sports et loisirs présentés le 18 octobre. Visuel transmis par la Ville de Saint-Etienne.

Le lendemain, le promoteur du projet dit « Cœur Vert », Spirit, organisait sa cérémonie symbolique de pose de première pierre de son programme de logements. Des travaux lancés avec quelques mois de retard par rapport aux présentations de mars 2022. Un projet de logements doublé d’un autre, le voisinant juste au nord, jusqu’au boulevard du Colonel-Marey, là où passe désormais la ligne de tram : celui dit « In Wood » d’Ideom qui compte trois immeubles dont deux à ossature bois. A eux deux, les projets totalisent 137 logements répartis sur une partie du tènement libéré par la démolition des usines Rocher. Entre la nouvelle ligne de tram et la rue du Colonel-Marey, cette nouvelle offre d’habitat est annoncée comme une « cité jardin qualitative » assumant l’ambition d’attirer les classes moyennes dans le quartier. Deux programmes fers de lance de la création d’environ 450 nouveaux logements dans le quartier d’ici 2025. On construit mais on démolit aussi au Soleil, avec souvent le concours de la force publique, comme Epora. Exit ainsi aussi une part de cet enchevêtrement de logements, garages, ateliers, usines pour laisser place à de l’aération, des espaces verts et autres cheminements piéton.

Une nouvelle école pour 100 enfants attendus

A l’exemple actuellement de ce qui entrepris et peu s’observer actuellement autour de la Maison de quartier – qui sera, cependant, elle, conservée – rue Beaunier. Ou encore précédemment dans l’ilot Martin d’Aurec : 10 000 m2 mis à nu côté boulevard Jules-Janin qui accueilleront très probablement des logements neufs mixtes, privés, publics et semi-collectifs. Il faut ajouter au tableau, la future et désormais contestée patinoire métropolitaine à proximité de la fameuse « Cité jardin » ou encore la nouvelle caserne de gendarmerie, 40 logements compris. Une nouvelle population doit donc arriver – jusqu’à 1 500 personnes – et avec elle, des enfants déjà nés ou à venir. Il va falloir assumer. Alors que le gymnase du Puits Thibaud sera sérieusement toiletté au niveau de sa performance énergétique pour 1 M€ d’ici 2025 (le sol de la salle sera refait aussi), c’est carrément une nouvelle école primaire qui devrait être créée au sein d’un bâtiment désaffecté au nord du collège Jules-Vallès, lui-même bientôt flanqué d’un parvis de ce côté là.

Arbre à basket et piste de course : une partie des aménagements loisirs créés au centre de l’ilot Beaunier, à côté du gymnase du Puits Thibaud. Visuel transmis par la Ville de Saint-Etienne.

« Cela fait partie du programme d’investissements de 40 M€ pour les écoles. Pour 6 M€ de travaux, l’établissement devrait ouvrir à la rentrée 2027 afin de scolariser autour d’une centaine d’enfants selon nos estimations, le groupe scolaire voisin étant déjà très plein », précise Siham Labich, adjointe au maire chargée de la politique de la ville de l’éducation populaire et de la laïcité. Mercredi 18 octobre, cependant, ce sont les futurs aménagements d’espaces publics sports et loisirs liés à cette vaste évolution dans le secteur dit Beaunier qui faisaient l’objet d’une réunion publique de « restitution » (ce qui sera donc entrepris, décrit la mairie, à la suite des réunions de consultation et de l’intégration des avis exprimés par les habitants). En lieu et place de l’existant, entre le gymnase et jouxtant les bâtiments démolis, sur un total de 9 500 m2, c’est une piste dite « vélos jeux » qui sera ainsi livrée courant 2025 (concomitant avec la livraison en 2025/2026 des nouveaux logements au sud du boulevard Marey).

100 M€ d’investissements cumulés

Des aménagements qui entrent dans le cadre du projet Design actif JO 2024 et qui compteront, aussi, toujours à côté de l’arbre à basket déjà cité, des équipements de gymnastique et musculation. Ainsi qu’une autre, « de course » le long du vieux terrain de football stabilisé dont l’avenir reste, lui aussi, à déterminer. Mais ce ne sera pas une construction. « C’était tentant, très tentant, reconnaît Jean-Pierre Berger, adjoint à l’urbanisme. La demande des promoteurs pour des logements est très forte ici. Il y a un manque généralisé de foncier disponible : on aurait eu aucun mal à obtenir des projets. Mais nous nous sommes confortés à l’idée, c’est celle des habitants consultés depuis 18 mois maintenant sur l’ensemble, d’aérer, de créer des espaces végétalisés. Soulignons aussi que l’habitat ancien bénéficie d’un programme de rénovation important via le PIG. »

Les démolitions observables depuis la rue Beaunier vont bon train à côté de la Maison de quartier. ©If Média / Xavier Alix

Les aménagements présentés il y a 2 semaines – espaces jeux et multisport – ne devraient coûter qu’entre 150 et 200 000 € mais ils ne représentent qu’une petite partie de l’investissement spécifique de la Ville sur le Soleil. Celui-ci devrait approcher une note finale de 15 M€ entre la fin du mandat précédent et l’actuel. En y ajoutant, l’argent public mis dans les démolitions (comme via Epora) et par Saint-Etienne Métropole (ligne de tram, patinoire, réseaux de chauffage urbain, etc.) et enfin, ceux des promoteurs privés, ce sont environ 100 M€, souligne Jean-Pierre Berger, qui devraient avoir été consacrés au quartier dans le même laps de temps.

Partagez
Signaler une erreur

    Signaler une erreur

    J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

    Laisser un commentaire
    Recevoir la newsletter
    IF Saint-Étienne