Saint-Étienne
dimanche 23 juin 2024
12:47
Soutenez IF

La Région suspend ses subventions à la Cité du design

1
6227 vues

En mai dernier, la Région Auvergne Rhône-Alpes donnait ses orientations concernant les subventions culturelles, lors de sa commission permanente. Toutefois, plusieurs structures n’étaient toujours pas fixées sur leur sort, dont l’EPCC Cité du design. L’exécutif de Laurent Wauquiez ne maintiendra pas son enveloppe de 300 000 euros à la structure, tant que la lumière ne sera pas faite sur la gestion de sa filiale, Cité Services…

La Cité du design avec La Platine au premier plan. ©Saint-Etienne Métropole

Nous vous en parlions fin mai. Lors de sa commission permanente, la Région Auvergne Rhône-Alpes avait donné ses premières orientations concernant les subventions culturelles, avec, comme en 2022, une tendance à la baisse. Dans la Loire, sur 35 structures, 21 avaient vu leur enveloppe maintenue à l’identique, et quatre enregistraient une hausse du montant qui leur était attribué.

Toutefois, neuf étaient restées sans décision les concernant. Entre temps, il a été décidé que Jazz au sommet verrait sa subvention de 2 000 euros maintenue, et Nomade in France percevra 20 000 euros, soit la moitié de l’enveloppe qui lui était consacrée en 2022. Ainsi, en juillet, sept structures espèrent toujours que leur sort soit fixé sur l’exercice 2023.

Le cas Cité du design

Lors d’un échange en commission permanente, qui s’est tenu après l’Assemblée plénière, le conseiller régional Johann Cesa est donc intervenu pour savoir ce qu’il en était de ces oubliés, en citant notamment le festival Paroles & Musiques. « Laurent Wauquiez m’a simplement répondu que les associations qui ne figurent pas dans ce rapport n’auront pas de subventions cette année. Aucun rattrapage ne sera prévu pour elles ». Une décision qui tombe en plein milieu d’exercice et qui préoccupe. Car, parmi les structures concernées, on trouve l’Etablissement public de coopération culturelle (EPCC) Cité du design – École supérieure d’art et design, qui regroupe la Cité du design et l’École supérieure d’art et design de Saint-Étienne (Esadse). La Région en est pourtant l’un des membres fondateurs.

« Il y a quelque chose d’irrationnel dans cette décision qui est extrêmement grave, car elle touche à l’école »

Marc Chassaubéné, président de la Cité du design.

Un potentiel détournement sur la table

Interrogée par la rédaction de If Saint-Etienne, la Région précise, concernant cette décision, avoir « pris connaissance en novembre 2022 du signalement effectué par le président de la Cité du design de Saint-Etienne auprès du procureur de la République de la ville au titre de l’article 40 du Code de procédure pénale. Ce signalement, concernant des faits particulièrement graves s’ils étaient avérés, portait sur la gestion de la Cité du design de Saint-Etienne. Sans nouveaux éléments portés à sa connaissance depuis, la Région maintient la suspension de l’intégralité de ses aides et tout paiement à cette structure ». Un argument contesté par Marc Chassaubéné, président de la Cité du design.

Cité Services en cause ?

Au mois de novembre dernier, il avait effectivement déclaré avoir signalé au procureur un détournement présumé d’un peu moins de 30 000 euros, concernant Cité Services, une filiale de l’EPCC, ainsi que son fonctionnement qu’il jugeait opaque. Ainsi, pour lui, cet argument ne tient pas. « Il n’y a eu aucun détournement au sein de la Cité du design et nous avons eu l’occasion de l’expliquer à plusieurs reprises aux représentants de la Région, c’est la gestion de Cité Services qui est en cause, explique Marc Chassaubéné. Le financement ne concerne pas l’EPCC, il y a donc quelque chose d’irrationnel dans cette décision qui est extrêmement grave, car elle touche à l’école. »

Par ailleurs, il indique qu’une discussion a été entamée autour d’un pacte financier afin de réviser les statuts qui empêcheraient de nouvelles dérives. Il ajoute qu’en Conseil d’administration de préparation du budget, il avait été confirmé que la Région reconduirait son financement à la même hauteur que l’an dernier.

cité du design

300 000 euros de moins jusqu’à nouvel ordre

Car l’an dernier déjà, avant même que des soupçons ne pèsent sur la gestion de Thierry Mandon, l’EPCC avait vu son enveloppe baisser de 600 000 euros, dont 180 000 de moins pour la seule Cité du design, portant la totalité des subventions versées à la structure à 300 000 euros pour 2022. « Les élus avaient voté le budget prévisionnel, et on a attendu… sans jamais avoir de réponse, rapporte Marc Chassaubéné. Jusqu’à que l’on comprenne que la baisse serait de 600 000 euros, en recevant la confirmation de subvention. Même les élus membres du Conseil d’administration de la Cité du design n’étaient pas au courant. » Bien évidemment, le président de la Cité du design se dit conscient des restrictions budgétaires à opérer dans le contexte actuel, mais ne comprend pas la méthode.

Quid des autres structures ?

« On ne comprend pas. Sur la Ville, aussi nous devons parfois prendre ce genre de décision, mais nous accompagnons les structures. Là, on apprend les choses en cours d’exercice et justifiées par des mensonges », ajoute le président de la Cité du design. Quant à l’argument du « rééquilibrage territorial », il ne s’applique pas à la structure selon Marc Chassaubéné, à moins d’en construire une en milieu rural. Aux côtés de l’EPCC, ce sont Superstrat*, le festival Curieux Voyageurs, BWd12, Paroles & Musiques, l’Ecole de l’oralité et le Centre culturel du château de Goutelas qui n’ont toujours aucune visibilité concernant les subventions 2023. Aucune d’entre elles n’a pourtant affaire à des accusations de détournements de fonds. Du côté de la Région, on assure que d’autres commissions permanentes auront lieu dans l’année, et qu’elles pourraient statuer sur ces structures.

*Superstrat nous a précisé après publication de cet article avoir « eu la confirmation au mois de mai 2023 du vote de la subvention régionale à son même niveau que les années précédentes », tout en ajoutant : « nous n’avons donc pas perdu la totalité de notre subvention et ne manquons pas de visibilité sur celle-ci ». [mise à jour du 26/07/2023]


A la suite de cet article, Sophie Rotkopf, vice-présidente de la Région Auvergne Rhône-Alpes déléguée à la culture et au patrimoine a souhaité réagir. L’entretien est à retrouver ici.

Partagez
Signaler une erreur

    Signaler une erreur

    J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

    1 commentaire
    Laisser un commentaire
    Recevoir la newsletter
    IF Saint-Étienne