Saint-Étienne
dimanche 26 mai 2024
05:18
Soutenez IF

Marrel joue dans la cour des grands

0
2609 vues

Il y a 104 ans, Antoine Marrel créait son entreprise en inventant la benne à câble. Depuis, la structure a évolué, notamment en devenant une filiale du groupe Fassi en 2013. Elle a désormais pour objectif de pouvoir proposer ses équipements de levage hydraulique sur véhicules industriels dans le monde entier. Afin de compléter son offre, sa holding vient de faire l’acquisition de Forez-Bennes.

Marrel
C’est en 2019 que Marrel a construit ses nouveaux bureaux à Andrézieux-Bouthéon ©JT/ If Saint-Etienne.

Le 3 août dernier, le groupe italien Fassi, fabricant de grues auxiliaires, faisait l’acquisition de Forez-Bennes. La société ligérienne rejoint ainsi les autres entités du groupe, à savoir Fassi France (distributeur des produits Fassi et Marrel), Marrel (concepteur, fabricant et assembleur de composants et d’équipements hydrauliques) et les carrosseries industrielles Miltra Paris Nord, Miltra Provence et Decauville. Une façon d’étoffer l’offre du groupe en France, en proposant les trois principaux équipements de levage sur camion : grues auxiliaires, bennes et bras hydrauliques. Arnaud Thieulin, directeur général de Marrel, y voit la possibilité de se positionner sur les appels d’offres et avis de marchés de l’Ugap (Union des groupements d’achats publics). L’entreprise, installée à Andrézieux-Bouthéon, mise aussi beaucoup sur l’international.

Développer l’export

Aussi, l’entreprise a récemment agrandi son usine de production avec un nouveau bâtiment, pour un investissement total de 10 millions d’euros, auquel la Région a participé à hauteur de 500 000 euros. « Aujourd’hui, notre objectif est d’être proposés partout dans le monde à travers le réseau de distribution de notre actionnaire, explique Arnaud Thieulin. Pendant longtemps, le marché français a représenté 75 à 80 % de notre activité. Aujourd’hui, il représente 45 % car nous avons augmenté la partie export ». Une évolution notamment rendue possible via la filiale américaine de la société, qui représente son deuxième marché après la France, suivi du Chili. Marrel distribue également ses produits militaires dans six pays, fort d’un contrat avec l’armée française signé en 2010 et dans le contexte géopolitique actuel.

Pendant longtemps, le marché français a représenté 75 à 80 % de notre activité. Aujourd’hui, il représente 45 % car nous avons augmenté la partie export

Arnaud Thieulin, DG de Marrel
Arnaud Thieulin, directeur général de Marrel, et Stéphanie Pernod, 1ere vice-présidente de la Région, lors de sa visite du site. ©JT/ If Saint-Etienne.

Un fabricant

Car le directeur général aime à le préciser, la force de Marrel est d’être un fabricant, et non uniquement un assembleur. « Nous faisons tout sur place et nous-même, sauf l’électronique, précise Arnaud Thieulin. Pendant la crise Covid, nous avons été d’autant plus contents d’avoir fait ce choix de fabriquer ». Aujourd’hui, Marrel c’est donc 30 000 mètres carrés d’usine à Andrézieux-Bouthéon, 238 salariés, et 42,5 millions de chiffre d’affaires en 2022, 50 millions avec sa filiale aux Etats-Unis. L’entreprise vise les 60 millions de CA d’ici 2026 ainsi que 150 recrutements en trois ans, dont la moitié sur de nouveaux postes. « C’est un vrai challenge de recruter dans l’industrie, reconnaît le directeur général. Nous travaillons beaucoup avec les écoles pour y parvenir ». Car la structure fait aussi de l’innovation un atout majeur, avec notamment 25 à 30 salariés dédiés à la R&D. Une façon de rivaliser avec sa centaine de concurrents à l’échelle mondiale, qui proposent eux aussi des solutions de levage à bras hydrauliques allant de 3 à 28 tonnes.

Partagez
Signaler une erreur

    Signaler une erreur

    J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

    Laisser un commentaire
    Recevoir la newsletter
    IF Saint-Étienne