Saint-Étienne
dimanche 16 juin 2024
17:15
Soutenez IF

Axel Dugua est officiellement le 46e maire de Saint-Chamond

0
2232 vues

Le conseil municipal de Saint-Chamond a désigné hier, comme prévu et sans le coup de théâtre qu’aurait pu être la candidature de l’adjoint à l’urbanisme Jean-Luc Degraix, le désormais ex adjoint aux sports Axel Dugua. Il était aussi le choix d’Hervé Reynaud. Ce dernier avait décidé de quitter son poste de maire en vue de sa plus que probable élection au Sénat, effective fin septembre. Plus qu’une frustration résignée, cette succession annoncée, au processus préalable jugé abusif par l’opposition, laissera-t-elle des traces dans la majorité ?

Président le début de séance en tant que doyen de l’assemblée, François Morange a précisé qu’Alex Dugua, 28 ans, est le 46e maire couramiaud depuis 1790. Capture d’écran Youtube de la séance.

Sans l’appui rendu public du désormais ex-maire de Saint-Chamond et son influence certaine sur – au moins – une partie de sa majorité en aurait-il été autrement ? L’adjoint couramiaud à l’urbanisme Jean-Luc Degraix serait-il désormais le maire de la deuxième ville de la Loire ? Ce dernier n’avait pas répondu à nos sollicitations à la suite de la conférence de presse de la majorité municipale le 9 octobre. Elle venait d’annoncer qu’elle présenterait Axel Dugua, jusque-là adjoint aux sports. Cela, à la suite d’un vote interne à la majorité, deux jours auparavant, désignant ce dernier conformément au souhait d’Hervé Reynaud. Au détriment de Jean-Luc Degraix, l’autre candidat déclaré jusqu’au bout. Un vote à bulletin secret à sa demande – ce qui sous-entend des doutes quant à la liberté totale d’un positionnement exposé aux yeux de tous – qui avait donné lieu à un écart « significatif ». « Par plus d’une voix d’écart », s’étaient contenté de répondre le 9 octobre les élus présents – Hervé Reynaud, Axel Dugua et Régis Cadegros, 1er adjoint – à notre demande de précision.

Hier soir, le conseil municipal de Saint-Chamond était ainsi consacré à l’élection officielle du nouveau maire par l’ensemble des élus, oppositions comprises. Axel Dugua était donc le candidat de la majorité. Les écologistes et les élus de gauche ont symboliquement présenté Patricia Simonin Chaillot (EELV) comme candidate commune. Personne en revanche n’a été désigné du côté de l’extrême droite, menée par Isabelle Surply. Les groupes d’opposition ont toutefois réitéré leurs critiques sur le cheminement qu’ils jugent plus que cavalier et autoritaire pris par Hervé Reynaud et sa majorité aboutissant à la désignation d’Axel Dugua, 28 ans. La gauche et les écologistes estimant même que l’intérêt général des Saint-Chamonais n’est pas respecté avec un nouveau maire qui se « destinait, il y a peu, à des fonctions nationales » (allusion aux Législatives 2022 où Axel Dugua, candidat des LR est arrivé 3e). Régis Cadegros leur a répliqué que les choses s’étaient justement et, au contraire, faites démocratiquement : « Nous n’avons aucune leçon de démocratie à recevoir de votre part. »

La « légitime » déception de Jean-Luc Degraix

Jean-Luc Degraix, 53 ans, adjoint à l’urbanisme de Saint-Chamond (ici en juillet 2022 avec une Dup à la main) estimait sa candidature légitime au regard de son expérience. ©If Média / Xavier Alix

Avant le vote, Jean-Luc Degraix est intervenu. Intervention plus que scrutée qui a toutefois mis fin aux éventuelles craintes d’une candidature qui aurait fait fi du vote interne à la majorité. Les propos de l’adjoint laissent cependant entendre que le vécu de ces derniers mois laissera des traces : « Majorité ou habitants, nous n’étions pas preneurs du départ d’Hervé Reynaud. Notre modèle politique était simple, efficace, avec son leader, son équipe, ses projets. Ce choix personnel s’est imposé à nous. J’ai fait acte de candidature en raison d’une expérience comme élu depuis 2009, d’abord dans les rangs de l’opposition avant de participer activement à la victoire 2014. Une candidature basée sur des compétences, l’expérience de dossiers majeurs, ceux de l’urbanisme, de l’habitat au sein de Saint-Etienne Métropole. Saint-Chamond reste une terre de défis, mon engagement, ma passion intacte. Je savais d’emblée que je n’avais pas le soutien du maire sortant. Je n’ai pas renoncé car je m’estime légitime. Mais j’ai un devoir de responsabilité et ai accepté le choix de l’équipe. »

Je savais d’emblée que je n’avais pas le soutien du maire sortant. Je n’ai pas renoncé car je m’estime légitime. Mais j’ai un devoir de responsabilité et ai accepté le choix de l’équipe.

Jean-Luc Degraix, adjoint à l’urbanisme

Jean-Luc Degraix confiait n’avoir pas répondu à la presse au sujet de sa volonté de succéder au maire pas plus qu’à la suite du résultat du vote interne à la majorité afin de ne pas casser sa « cohésion » : « J’ai fait une campagne pour un projet que je souhaitais porter et non contre d’autres candidats collègues. » Toutefois, « la prise de position public du maire au lendemain de son élection au Sénat a forcément amené une forme de pression : comment contredire le maire ? » Jean-Luc Degraix révélait alors que 15 membres de la majorité avaient voté en sa faveur et 18 pour Axel Dugua. « Un résultat serré qui m’amène à exprimer une légitime déception. Et maintenant ? Il faut composer sans faire la politique du pire. Je fais le choix de ne pas me présenter et de respecter ma parole à l’issue du vote. La parole est d’or. » Son objectif est désormais davantage « la défense de l’intérêt général, conformément à mon engagement jusqu’en 2026 sur la liste d’Hervé Reynaud. Je n’abandonne pas le navire au milieu gué. »

Axel Dugua déjà candidat déclaré pour 2026

Intervention applaudie, suivie du vote : 31 voix de la majorité ont voté pour Axel Dugua, du coup officiellement maire. Il en manquait donc deux : un blanc et un nul puisque griffonnant sur le bulletin le non candidat Jean-Luc Degraix… Pour le reste, les délégations actuellement confiées aux élus de la majorité, conseillers ou adjoints, restent inchangées. A une exception près : conseiller délégué aux jardins familiaux et ouvriers et aux relations avec le monde agricole, Daniel Fayolle se voit ajouter la délégation aux sports, jusque-là dévolu au nouveau maire. Un nouveau maire allumé d’emblée par les trois groupes d’opposition avant et après son intervention de prise de fonction. Lui-même cherchant – pour assoir d’emblée aussi son autorité ? – à couper court à ces prises des paroles. Échanges tendus donc avec des reproches mutuels sur la manière des uns et des autres d’intervenir, de s’adresser ou de se… couper. Mais aussi sur du fond : gestion des conseils de quartiers ou encore accusations, là aussi mutuelles de mensonges sur des dépenses publics de bouche (à l’occasion des vœux, soirée post conseil entre membres de la majorité) qui n’auraient pas lieu d’être selon Isabelle Surply…   

J’ai conscience que je n’ai pas la même légitimité que la maire élu au suffrage universel en 2020. Cela me donne une énergie supplémentaire et je donne rendez-vous aux prochaines élections.

Axel Dugua

Entre, Axel Dugua avait fait part « de son émotion, de sa fierté. Il s’agit avant tout d’une charge que j’entends assumer avec vous tous. (…) Je mettrai tout en œuvre pour gagner la confiance de ceux qui n’ont pas voté pour moi. La confiance, Hervé Reynaud me l’a accordée dès 2014, à 19 ans, d’abord en tant que délégué jeunesse puis en 2020 comme adjoint aux sports. » Comme Régis Cadegros plus tôt, il rendait hommage à Hervé Reynaud : « Un bon maire, un grand maire, malgré les dires ; aimé et respecté de ses concitoyens qui l’ont élu en 2020 dès le 1er tour. La ville est sur les bons rails et je vais poursuivre ce travail, le plan de mandat sera scrupuleusement poursuivi. » S’adressant à chaque membre de son équipe ayant une délégation : « Je veux maintenant parler d’avenir : la rénovation énergétique des bâtiments, de l’Hôtel dieu, la concertation sur Notre Dame, la poursuite de la rénovation urbaine, le futur centre social d’Izieux/Le Creux, le renouveau du complexe Vincendon, des écoles de Chavanne, du Châtelard… Et tout le quotidien (…) avec cet objectif permanent de lien social. »

Autre sujet d’avenir, déjà tranché : « J’ai conscience que je n’ai pas la même légitimité que la maire élu au suffrage universel en 2020. Cela me donne une énergie supplémentaire et je donne rendez-vous aux prochaines élections, en 2026, pour amener à la victoire la majorité qui travaille autour de moi. » Jean-Luc Degraix et 14 autres élus seront-il de la liste ?

Partagez
Signaler une erreur

    Signaler une erreur

    J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

    Laisser un commentaire
    Recevoir la newsletter
    IF Saint-Étienne