Saint-Étienne
lundi 22 avril 2024
11:56
Soutenez IF

Succession à Saint-Chamond : ce sera bien Axel Dugua

0
2859 vues

Si ce n’est pas une surprise, c’est par un vote à bulletin secret que la majorité municipale de Saint-Chamond a désigné, samedi matin, son candidat – il doit encore être officiellement élu en conseil municipal le lundi 23 octobre – à la succession du maire Hervé Reynaud. Le jeune adjoint aux sports Axel Dugua devrait donc succéder à ce dernier, élu sénateur fin septembre.   

Axel Dugua estime que sa jeunesse est un mauvais procès au regard de son parcours. ©If Média / Xavier Alix

Il ne devait en rester qu’un. Il y en avait quatre au départ. De là à en déduire que samedi a vu l’épilogue d’un mortel « combat » fratricide… Ce lundi matin en conférence de presse, le maire de Saint-Chamond Hervé Reynaud et au moins deux de ces candidats déclarés, Axel Dugua, adjoint aux sports et Régis Cadegros, 1er adjoint aux finances, assuraient évidemment tous les trois que cette guerre de palais n’a pas eu lieu. Cela malgré les « entreprises de déstabilisation de notre opposition locale qui a cherché à diviser dans la presse et nous dire qui il fallait désigner ». Et aussi, ajoute Hervé Reynaud, plus mystérieux, ces « tentatives d’ingérence, via des coups de fils passés aux élus il y a plusieurs mois et à nouveau récemment pour leur dire ce qu’ils avaient à faire. Là, de la part de forces politiques qui dépassent largement le contexte de Saint-Chamond… » Et dont il ne lèvera bien sûr pas l’anonymat. La vraie lutte de pouvoir s’est arrêtée à ça, martèle le nouveau sénateur LR qui connait sa dernière semaine en tant que maire de Saint-Chamond, après avoir ses deux sélections successives en 2014 puis en 2020.

La lettre de démission est prête et sera adressée à la préfecture dès aujourd’hui. Le lundi 23 octobre, Hervé Reynaud ne sera plus un élu municipal couramiaud et donc absent de la séance du conseil entièrement consacrée au sujet : l’élection du nouveau maire par tous les élus oui. Mais derrière aussi, en conséquence, les délibérations de désignation dans des instances ainsi que le repositionnement des 11 adjoints. Juliette Boulliat, 21 ans, étudiante en administration des entreprises, en position non élective sur la liste d’Hervé Reynaud au soir des élections de 2020, va le remplacer numériquement dans la majorité. Ayant officiellement annoncé aux élus de sa majorité son intention de candidater au Sénat en novembre 2022, le futur ex-maire de Saint-Chamond avait demandé à ceux souhaitant lui succéder de l’exprimer fin janvier, dans le souci « d’éviter une candidature de dernière minute dévastatrice ». Régis Cadegros, 72 ans, 1er adjoint en charge des finances, Andonella Fléchet, 61 ans, adjointe en charge de la vie associative, Jean-Luc Degraix, 53 ans, en charge de l’urbanisme et donc Axel Dugua, 28 ans, adjoint aux sports avaient manifesté leur intérêt.   

« Un écart de plus d’une voix » avec Jean-Luc Degraix

Le maire de Saint-Chamond avait officiellement adoubé ce dernier dès le lendemain des Sénatoriales même si sa préférence était connue depuis longtemps. « J’ai donné un avis », souligne-t-il, basé sur l’appréciation qu’Axel Dugua représente le mieux l’avenir, la continuité de notre projet actuel et la capacité à fédérer autour. Un « avis » à défaut, assure-t-il, d’un commandement visant ainsi à contredire l’idée circulant que les choses auraient été infiniment moins sereines et bien reçues en coulisses… Conseil avisé ou consigne, son positionnement, forcément, n’a pas manqué de poids. Il ne l’a cependant pas concrétisé dans l’urne samedi matin. C’est en effet un vote à bulletin secret interne à la majorité (33 votants, tous présents), à la demande de Jean-Luc Degraix, auquel le maire n’a pas participé mais assisté qui a, samedi matin, désigné selon « un écart » à l’ampleur non précisée « mais de plus d’une voix » Axel Dugua au détriment du premier cité. Régis Cadegros et Andonella Fléchet s’étant en effet finalement mis hors-jeu depuis quelques temps déjà.

Hervé Reynaud, maire pour quelques jours encore et son 1er adjoint Régis Cadegros entourant le prochain maire. ©If Média / Xavier Alix

Présent ce lundi matin, l’adjoint aux finances, « maire intérimaire » jusqu’au soir du 23 octobre, assure n’en avoir pas fait une maladie et même vite fait évoluer sa position. Dès lors qu’il a eu l’assurance que d’autres collègues étaient motivés pour reprendre de suite le flambeau : « Je me sentais légitime en tant que 1er adjoint afin d’achever le mandat mais avec des élus prêts à y aller dès maintenant et à enchaîner (Axel Dugua est en effet déjà positionné comme le candidat naturalisé de la droite en 2026), ce n’était pas nécessaire et ça me va : J’aurai 75 ans en 2026. Et il n’y a jamais eu de problème entre moi et le maire… » Pas de souci, pas de rancune potentielle à attendre du côté du perdant du scrutin, assurent aussi les présents à la conférence de presse. Nous n’avons pas réussi à obtenir la confirmation de Jean-Luc Degraix sollicité dans la foulée. A travers des déclarations publiées dans Le Progrès, la veille du vote, les groupes d’oppositions écologiste, divers gauche et d’extrême droite, avaient, eux, estimé cavalière la démarche d’adoubement préalable d’Hervé Reynaud, la qualifiant respectivement de « forcing », de « politique bulldozer » ou encore d’un acte « effectué en dépit du bon sens ».

Une jeunesse cible des critiques

Les écologistes voyant dans Axel Dugua un « Reynaud bis » en manque criant de rodage, « dépourvu d’expérience citoyenne autre que politicienne », estime Christiane Massardier (groupe divers gauche) et dont on ne connait pas « ce qu’il pense, quelle société il voudrait ». Le jeune âge de l’adjoint aux sports – délégation « qui ne se confie à Saint-Chamond qu’à quelqu’un de très solide », l’appuie Hervé Reynaud –, 28 ans est évidemment pris pour la cible. « La valeur n’attend pas le nombre des années », rétorque le très probable prochain maire qui, avant l’hôtel de ville, comme son futur prédécesseur s’est préalablement essayé aux urnes en tant que candidat LR dans la 3e circonscription. C’était en 2022. Il avait été éliminé au 1er tour avec 13,52 % des voix, loin derrière le podium et loin devant le 5e candidat (sur 14). Elu municipal depuis 2014 et ses 19 ans, Axel Dugua défend son « expérience citoyenne réelle », qu’il s’agisse de la vie quotidienne, de ses réseaux ou encore du tissu économique, lui qui a mis très tôt, dit-il, les mains dans le cambouis en tant qu’employé dès 18 ans, du groupe Bouygues Energies dans la maintenance industrielle.

Contrairement à ce que disent les rumeurs, tout se passe bien entre nous dans la majorité ces derniers mois.

Axel Dugua

Activité pour laquelle il travaille comme technicien supérieur mais désormais en disponibilité après avoir eu cependant le temps d’intervenir dans « des centaines de boites en France et à l’étranger ». Cette expérience a débouché sur une activité, toujours en cours, mais qu’il va stopper de professeur intervenant extérieur en maintenance industrielle. D’abord au lycée stéphanois Etienne-Mimard puis au lycée professionnel couramiaud de Sainte-Marie La Grand’ Grange – dont il a été diplômé avant l’Irup – depuis 2022. Fils de boulangers-pâtissiers de la place Saint-Pierre à Saint-Chamond, Axel Dugua rappelle son expérience dans l’arbitrage au sein de la Fédération française de football (FFF) en tant qu’acteur et formateur. Politiquement, il a été attaché parlementaire pendant un an de l’ancien sénateur LR Bernard Bonne, président des jeunes LR Loire de 2017 à 2021 et en est le délégué actuel dans la 3e circonscription.

« Il a la hauteur de vue nécessaire »

« La légitimité, elle s’acquiert ainsi, en travaillant. Quant aux rumeurs, aux déclarations de certains dans les journaux ou entendues dans la rue, contrairement à ce qu’elles disent, tout se passe bien entre nous dans la majorité ces derniers mois », argue-t-il. Avant de poursuivre : « Les habitants sont unanimes sur ce que nous faisons depuis 10 ans et nous allons continuer dans ce sens. Le plan pluriannuel d’investissement est là. C’est avec beaucoup d’enthousiasme et des ambitions plus pour Saint-Chamond que personnelles que je souhaite succéder à Hervé Reynaud. » Le dernier cité appuie les propos de son dauphin : « Axel est déjà reconnu dans les milieux associatif et économique, pas que de Saint-Chamond mais à l’échelle du sud Loire. Il est d’ici, c’est un concentré de Saint-Chamond ! Il a ça dans le sang, dispose des réseaux et il a des capacités à fédérer. Enfin non, nous ne sommes pas les même : nous avons des formations et des parcours très différents. » 

Il est d’ici, c’est un concentré de Saint-Chamond ! Il a ça dans le sang, dispose des réseaux et il a des capacités à fédérer.

Hervé Reynaud

Lui avait 39 ans quand il fut élu maire mais un certain socialiste Jacques Badet en avait 33 au moment de succéder à l’éternel Antoine Pinay, âgé de seulement 38 ans à son premier mandat en 1929, extrêmement jeune pour le poste dans le contexte de son époque. « La maturité d’Axel ne fait aucun doute. Il a la hauteur de vue nécessaire malgré son âge », ajoute, de son côté, Régis Cadegros. Le 23 octobre, il est très probable que, symboliquement, les oppositions envoient leurs candidats. Mais plus probable encore qu’Axel Dugua soit élu en tant qu’unique candidat de la majorité sauf… énorme coup de théâtre. N’importe quel élu peut se présenter et le vote de samedi matin de la majorité n’a aucune valeur légale pour l’empêcher. Il était, rappelons à bulletin, secret. Celui du prochain conseil le sera aussi. C’est de toute façon « la règle », précise Hervé Reynaud.

Saint-Chamond veut continuer à peser

Certes, il n’y a plus à convaincre voisins et partenaires de financer une Arena métropolitaine à 30 M€ implantée sur son territoire. Mais à propos d’arène, si en changeant de maire, la seconde ville du département en termes de population, gagne un parlementaire en influence, plus localement elle « perd » aussi un 1er vice-président aux finances au conseil départemental, un président de l’AMF 42, un président d’Epora, un 1er vice-président à Saint-Etienne Métropole ainsi qu’un président du Syndicat intercommunal du Pays du Gier (SIGP). Pour ce qui est d’Epora, de l’AMF 42 et du conseil départemental, on devrait en savoir davantage cette fin de semaine sur les successeurs d’Hervé Reynaud. Et il est déjà acquis Axel Dugua ne sera « que » vice-président du SIGP. En revanche, le futur maire ne sera pas du tout présent à l’Assemblée métropolitaine parce que non fléché, comme cela le réclame, lors des élections municipales de 2020. C’est d’ailleurs Bruno Changeat, adjoint en charge du développement durable qui va remplacer numériquement Hervé Reynaud à l’agglo.

Régis Cadegros, futur vice-président de Métropole ?

Pas d’inquiétudes pour autant, estime Hervé Reynaud, vis-à-vis du poids couramiaud dans la gouvernance métropolitaine. Déjà, « parce que restent Andonella Fléchet, vice-présidente à l’assainissement, Jean-Luc Degraix, conseiller délégué à l’urbanisme de Gilles Artigues, Stéphanie Calaciura déléguée à la culture auprès de Marc Chassaubéné, Jean-Paul Rivat, délégué à la voirie auprès de Vincent Bony ainsi qu’Aline Mouseghian, déléguée à l’attractivité auprès de Nora Berroukeche ». Ensuite, « parce que j’ai proposé que Régis Cadegros, actuel délégué de Denis Barriol aux ressources humaines, prenne la vice-présidence vacante (Hervé Reynaud était en charge de l’administration générale, des marchés publics et grands projets d’aménagement, Ndlr). » D’autre part, avant son départ Hervé Reynaud a demandé la création d’un « statut d’invité », apparemment validé, au bureau des maires de la Métropole pour Alex Dugua mais aussi les maires de Saint-Héand et de Saint-Christo-en-Jarez dans le même cas de figure à la suite d’une succession en cours de mandat.

Partagez
Signaler une erreur

    Signaler une erreur

    J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

    Laisser un commentaire
    Recevoir la newsletter
    IF Saint-Étienne