Saint-Étienne
dimanche 29 janvier 2023
17:32
Soutenez IF

Cité du design 2025 : quatre ans et 60 millions d’euros pour rendre le quartier aux Stéphanois

0
4204 vues

Après 18 concertations publiques qui ont réuni 225 participants dont 35 commerçants, la Ville de Saint-Etienne est en mesure de dresser les contours donnés par les habitants, pour le projet Cité du design 2025. Au-delà même du site, c’est un ensemble de quartiers qui devrait changer de visage.

Voici à quoi pourrait ressembler le quartier d’ici trois ans.

Exit le snobisme culturel ! C’est l’une des orientations exprimée par les Stéphanois concernant le projet Cité du design 2025. Il faut dire que depuis son inauguration en 2009, les habitants n’ont jamais réussi à s’approprier le site. Manque de convivialité, manifestations culturelles élitistes, pas d’animations… Désormais l’objectif est clair ! « Le but est de ramener des loisirs, des lieux de détente, de façon à gagner en attractivité pour les Stéphanois, explique Jean-Pierre Berger, 1er adjoint à la mairie de Saint-Etienne. Jusqu’alors, c’était un peu la Cité interdite. Cela doit devenir un lieu de destination ». Pour ce faire, les travaux commenceront en début d’année sur certains bâtiments, pour un projet entièrement finalisé début 2026.

Connexion à la ville

Comme évoqué lors de la précédente conférence de presse sur le sujet, le site de la Cité du design comptera cinq entrées d’ici 2025 : par la place Carnot, via le boulevard Jules Janin, par la passerelle qui partira du parc François Mitterrand, via l’espace Nelson Mandela et enfin par l’entrée actuelle. « L’ambition est de relier ce quartier au cœur de la ville, précise Jean-Pierre Berger. C’est pourquoi la Cité sera végétalisée, et les parcs seront reliés entre eux par des cheminements piétons, afin de créer des balades ». En effet, de ces concertations menées avec les Stéphanois ressort un désir de voir le quartier se végétaliser davantage. C’est très certainement ce qu’il adviendra également du parking de la place Carnot. « Nous savons maintenant l’état d’esprit que les Stéphanois veulent donner à ces espaces », estime Charles Dallara, adjoint municipal chargé des parcs, jardins, et forêts communales.

La Cité du design de nuit, version 2025. ©Saguez & Partners

Lieu de vie

« Côté loisirs, il y a l’arrivée d’un hôtel, de cafés restaurants, de boutiques, alors qu’une halle sera préservée et dédiée à l’événementiel », explique Jean-Pierre Berger. Un projet de concept store a d’ailleurs été proposée à la municipalité par des entrepreneurs stéphanois, concernant le bâtiment 207. « Ce projet impliquerait une boulangerie innovante via le sourçage de ses produits, son concept, qui se localiserait au rez-de-chaussée, détaille Marc Chassaubéné, adjoint à la culture. Puis, au premier étage se trouveraient une librairie, un disquaire, avec un barber shop. Et enfin, au dernier étage, il y aurait un restaurant gastronomique ». Un bâtiment qui se situe face à la Fabuleuse Cantine, qui, elle aussi, verra son environnement changer. En effet, la cour sera davantage aménagée pour pouvoir profiter des soirées estivales, avec une scène à l’extérieur. Une mise en lumière de ce patrimoine a aussi été avancée par les Stéphanois, via un système d’éclairages Led.

Le design comme moteur

Au cœur de la Cité du design et dans les parcs autour, les habitants ont fait part de leur souhait d’avoir davantage d’assises et de tables, qui fleuriront donc un peu partout. Bien sûr, le site conservera ses missions initiales d’école, de culture, et d’accompagnement des porteurs de projet. Il bénéficiera en revanche de fonctions supplémentaires. « Nous avons débuté un cycle d’expositions, avec celle dédiée aux jeux vidéo, puis aux flops du design, et au vélo, indique Marc Chassaubéné. Ces propositions n’étaient pas élitistes et je crois qu’il faut arrêter le snobisme culturel. S’adresser au grand public est une vraie volonté ». C’est aussi pourquoi la Galerie nationale du design prendra place sur plus de 1 000 mètres carrés. « Ce sera le seul lieu dédié à l’histoire du design en France. Il va permettre d’expliquer ce qu’est le design et en quoi il impacte nos vies, poursuit-il. C’est la première chose que l’on aurait dû faire ».

Agora(phobe)

Quant à La Platine, l’installation d’un tiers-lieu socioculturel pour remplacer le (feu) restaurant et la Serre est toujours d’actualité. Les élus souhaitent qu’ils soient dans l’esprit de celui qui verra le jour à Beaulieu. Un espace qui va également mêler les compétences des médiathèques et qui pourra donner lieu à des ponts avec la Fête du livre. En revanche, les Stéphanois s’accordent visiblement pour dire que le bâtiment obstrue un peu la vue et l’entrée sur la Cité du design. Ils souhaiteraient ainsi y voir une ouverture centrale, avec une sorte de vue traversante. Une modification qui nécessiterait l’accord de l’architecte à l’origine du bâtiment. Au total, l’ensemble des travaux qui seront réalisés au cœur du site, et à ses alentours, nécessitera une enveloppe de 60 millions d’euros, dont 35 millions seront supportés par la Métropole. Le reste, pour la quasi totalité, sera issu d’investissements privés. Avec pour ambition de conserver l’ensemble de la propriété des murs.

Partagez
Signaler une erreur

    Signaler une erreur
    J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

    Laisser un commentaire
    Sur Android
    Sur iOS
    S'inscrire à la Newsletter