Saint-Étienne
mercredi 29 mai 2024
14:42
Soutenez IF

Présidence de Saint-Étienne Métropole : Sylvie Fayolle va reprendre l’intérim

0
3500 vues

Depuis le « retrait total » du maire de Saint-Etienne de la présidence de l’agglomération il y a 9 mois, Hervé Reynaud, 1er vice-président assurait un intérim consensuel. Mais le maire de Saint-Chamond, est candidat LR tête de liste aux Sénatoriales. Il a de très, très fortes chances d’être élu. Ce qui posait depuis l’épineuse question de sa succession, sinon d’un retour, légalement sans obstacles, de Gaël Perdriau dans le contexte plus que tendu de l’affaire de chantage à la vidéo intime. Le débat est tranché selon le maire stéphanois lui-même : la 2e vice-présidente Sylvie Fayolle reprendra l’intérim à partir d’octobre. Contactée par If, elle confirme.

Sylvie Fayolle, maire de Saint-Paul-en-Cornillon et 2e vice-président de Saint-Etienne Métropole

Il ne reviendra pas aux manettes. Au moins pas tout de suite. Quelques semaines avant la trêve estivale, Gérard Tardy, maire de Lorette, avait envoyé un long courrier aux ses collègues élus de Métropole pour signifier qui lui semblait inimaginable de voir Gaël Perdriau reprendre les rênes de l’agglomération et souhaitant l’organisation d’éléctions. Apparemment, la « sollicitation morale » de la part d’un des élus les plus véhéments contre le président de l’agglomération depuis l’éclatement de « l’affaire » n’était finalement pas nécessaire. Dans le cadre du développement de l’affaire de chantage à la vidéo intime et des parutions de Médiapart, contrairement à sa municipalité qu’il continue de directement gérer et représenter, le maire de Saint-Etienne avait annoncé le 8 décembre 2022 au début d’une séance du conseil communautaire et à la surprise générale se mettre en « retrait total » de la présidence. Une position qui ne correspond à aucun cadre juridique.

Pas plus que les vœux ayant appelé à sa démission votés à une large majorité par les maires et l’assemblée ne l’obligent à le faire. Il y a 9 mois, Gaël Perdriau avait alors, dans la foulée de son annonce fracassante, confier ses pouvoirs opérationnels à son 1er vice-président, Hervé Reynaud, maire de Saint-Chamond. Celui-ci avait quelques jours avant définitivement lâché Gaël Perdriau, appelant à sa démission, comme la plupart des personnalités LR de la Loire, à la suite de la publication de Mediapart sur les propos tenus à l’égard de Laurent Wauquiez. Il avait assuré n’avoir pas été prévenu de cette décision et la découvrir lui aussi en direct. Hervé Reynaud avait alors notamment dû s’atteler à négocier le fameux CPER avec Laurent Wauquiez, capital pour les investissements publics de Métropole sur le mandat en cours et même au-delà. Son intention de briguer un mandat de sénateur (les Sénatoriales ont lieu le 24 septembre) était alors déjà connue.

« La loi prévoit ce genre de situation »

En tant que tête de liste de la droite – on peut l’apparenter aux LR au regard de sa composition et de ses soutiens, même si elle est officiellement « divers droite » -, ne pas voir le maire de Saint-Chamond s’installer dans un fauteuil du Palais du Luxembourg serait une énorme surprise au regard de la particularité de ces élections. Évidence que, dans un communiqué transmis hier soir aux rédactions locales, Gaël Perdriau rappelle : « L’élection d’Hervé Reynaud, maire de Saint-Chamond, 1er vice-président de Saint-Étienne Métropole, 1er vice-président du conseil départemental de la Loire, président de l’AMF 42, président d’Epora, président du Syndicat du Gier, vice-président d’Habitat et Métropole, comme sénateur de la Loire, le 24 septembre prochain, ne fait aucun doute. » Non cumul oblige, il a selon Gaël Perdriau, « déjà choisi de démissionner de la mairie de Saint-Chamond et, par ricochet, de Saint-Étienne Métropole, afin de respecter la loi sur le cumul des mandats, mais souhaite conserver, en revanche, son mandat de conseiller départemental ».

Les élus du conseil métropolitain ont élu les vice-présidents nominativement dans un ordre du tableau permettant de répondre à toutes les situations.

Le maire de Saint-Étienne, président de Saint-Étienne Métropole « remercie Hervé Reynaud d’avoir assumé la responsabilité de sa fonction de 1er vice-président et les délégations de signature et de pouvoir ». Il ajoute : « Soucieux que Saint-Étienne Métropole garde toute son efficacité tant dans l’action au service de ses habitants que dans la réalisation du projet métropolitain 2020 – 2026 voté à l’unanimité, et ceci dans un climat de travail continu et de sérénité, il convient d’anticiper le départ d’Hervé Reynaud de la métropole stéphanoise. » Or, « afin d’éviter toute période de flottement, de flou, ou d’hésitation », Gaël Perdriau « rappelle que la loi prévoit ce genre de situation. En effet, en 2020, les élus du conseil métropolitain ont élu les vice-présidents nominativement dans un ordre du tableau permettant de répondre à toutes les situations quelles qu’elles soient ».

« L’intérêt général doit primer »

Déjà 9 mois que Gaël Perdriau s’est placé en retrait total de Métropole. ©If Média / Xavier Alix

« Dans un souci d’efficacité, de pérennité de l’action, et de sérénité, l’ordre du tableau, ainsi décidé et voté démocratiquement par les élus du conseil métropolitain », il doit donc être respecté comme le prévoit le droit commun, argue Gaël Perdriau. En conséquence, celui affirme donc dans son communiqué hier soir qu’il n’y a pas de débat puisque selon lui, « c’est donc Sylvie Fayolle, actuellement 2e vice-présidente (au développement durable, Ndlr) qui assurera, à la suite de la démission d’Hervé Reynaud, élu sénateur de la Loire, les fonctions de 1ère vice-présidente ». Cela, dit encore le communiqué, alors que Sylvie Fayolle a pourtant « pu avoir des propos sévères à l’encontre de Gaël Perdriau ou encore qu’elle soit vice-présidente (au tourisme, Ndlr) auprès de Laurent Wauquiez à la Région Auvergne Rhône-Alpes, avec lequel les échanges et les relations de travail ne sont pas toujours simples, ajoute Gaël Perdriau, l’intérêt général pour la Métropole stéphanoise doit primer avec pour seul objectif la réalisation du projet métropolitain 2020 – 2026 voté à l’unanimité, le développement du territoire et le bien-être des habitants. »

Bien que Sylvie Fayolle ait pu avoir des propos sévères à l’encontre de Gaël Perdriau ou encore qu’elle soit vice-présidente auprès de Laurent Wauquiez à la Région, l’intérêt général doit primer.

Sylvie Fayolle, effectivement proche soutien de Laurent Wauquiez, bien que non encartée chez les LR, avait fait partie des élus appelant à sa démission début décembre, comme Hervé Reynaud. Puis avait fermement défendu le président de la Région, attaqué dans le long discours de défense de Gaël Perdriau le 8 décembre. Ce qui n’empêche pas Gaël Perdriau de lui accorder « toute sa confiance » et même de saluer les compétences de la maire de Saint-Paul-en-Cornillon : « Depuis 2014, au côté de Gaël Perdriau, Sylvie Fayolle a démontré son engagement, ses compétences, sa force de travail et sa détermination à faire avancer les dossiers, à remplir ses missions, parfois les plus complexes, au service de la métropole stéphanoise et de ses habitants. » Le communiqué de Gaël Perdriau, bien que ce dernier y soit désigné à la troisième personne, est écrit sur un ton et avec des considérations assez personnelles. C’est pourquoi nous lui en attribuons la seule paternité. Mais il est en fait bel et bien issu des réunions du bureau des maires et des vice-présidents de la Métropole tenus hier.

« Oui, je suis un soutien de Laurent Wauquiez »

Cette décision a fait un très très large consensus au sein des élus présents hier après-midi.

Sylvie Fayolle, 2e vice-présidente de Saint-Etienne Métropole

C’est ce qu’a expliqué ce matin à If Saint-Etienne Sylvie Fayolle, elle-même, que nous avons sollicitée et qui confirme, du coup, la décision : « Notre 1er vice-président Hervé Reynaud et qui, soulignons-le, le reste jusqu’à nouvel ordre, il présidera d’ailleurs la séance du conseil du 28 septembre quel que ce soit le résultat des Sénatoriales, avait promis un échange politique sur ce sujet à la rentrée. C’est fait et je reprendrai donc sa charge s’il est élu et démissionne. Cette décision a fait un très très large consensus au sein des élus présents hier après-midi. Oui, je suis un soutien de Laurent Wauquiez, oui, je dis toujours franchement ce que je pense. Mais désormais, l’important est de poursuivre sur cette présidence intérimaire dans une esprit qui reste consensuel et permet donc d’avancer sur les dossiers et l’intérêt commun. » Pour une information complète de nos lecteurs, nous avions aussi sollicité ce matin Hervé Reynaud, ainsi que d’autres élus de Métropole mais nous n’avons pas réussi à échanger avec eux avant nos contraintes de parution.

A l’exception de Gérard Tardy : « Sur le choix de Sylvie Fayolle en soi, je n’ai rien à en redire et elle a mon soutien. » Mais le maire de Lorette n’en démord pas : « Cette désignation aurait dû faire l’objet d’une élection spécifique à bulletin secrets et non pas d’une simple délibération à voter comme me l’a indiqué Hervé Reynaud au prochain conseil. D’autre part, il faut que Gaël Perdriau se montre logique, il n’est pas franc du collier : un retrait, ça n’a rien de légal, s’il avait un peu de vertu, il démissionnerait, point. Rappelons qu’il a été désavoué et appelé à la démission par cette assemblée et son bureau à plusieurs reprises. Car continuer en sous-main, en éminence grise, à tout diriger comme il le fait, c’est intolérable. Hervé Reynaud à ce sujet a été le petit doigt sur la couture du pantalon de Gaël Perdriau. Et je crains que cela continue avec Sylvie Fayolle, sous la pression du principe de faire avancer la collectivité. » Gérard Tardy estime que l’affaire illustre la déliquescence, le marasme de la République française, déçu de la non réaction du gouvernement à l’envoie de la copie de son courrier adressé en juin aux élus métropolitains réclamant une intervention vis-à-vis de ce vide juridique…

Partagez
Signaler une erreur

    Signaler une erreur

    J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

    Laisser un commentaire
    Recevoir la newsletter
    IF Saint-Étienne