Saint-Étienne
jeudi 29 février 2024
09:27
Soutenez IF

Pour une fois, la Loire se fera volontiers croquer à Paris

0
1151 vues

Comme If vous l’indiquait en septembre dernier, pour la première fois, le Département de la Loire a décidé de se payer un stand au Salon de l’agriculture qui se déroule du 24 février au 3 mars 2024 à Paris Expo Porte de Versailles. Une opération promotion réclamée depuis longtemps par la Chambre d’agriculture. Elle n’a pas été obtenue cette année par hasard…

Derrière ses classiques auxquels elle ne coupe pas, la Loire aura une grande diversité de produits à faire valoir. ©If Saint-Etienne/JT

Relégués à leur immobilisme les hérauts de l’esprit « beauseigne ». Le président du Département de la Loire le clame haut et fort : à l’heure de l’hyper communication, il est grand temps que ce département se vante. Et rayon agriculture, il y a, parait-il largement de quoi. « Il faut le dire quand nous sommes champions, appuie Georges Ziegler. Et nos produits agricoles sont parmi les meilleurs, peut-être même les meilleurs ! » Ce lundi 12 février, aux côtés de la Chambre d’agriculture, en présence de parlementaires et de nombreux agriculteurs, le Département de la Loire a officiellement présenté sa présence au Salon de l’agriculture. Son stand y sera une première. L’incontournable événement national se déroulera du 24 février au 3 mars à Paris Expo Porte de Versailles. Et les 80 m2 loués 180 000 € se situeront hall 7, près de l’entrée, parmi 23 autres qui constituent la ferme Auvergne-Rhône-Alpes.  

« Cela fait 17 ans que j’essaie de convaincre, en sourit Raymond Vial, président de la Chambre d’agriculture de la Loire. Enfin ! Ce qui n’empêchait pas la Loire d’être déjà présente via des étudiants, des éleveurs au concours, pour certains depuis des générations, voire des stands d’agriculteurs. » En moyenne, « je dirais une dizaine d’agriculteurs en activité par édition mais cette présence n’est pas toujours évidente à suivre. » En lice aussi pour les concours allant avec l’événement, les produits de l’agriculture ligérienne. Et toujours davantage : sur une petite centaine ayant tenté la lumière en 2023, 27 ont été primés. Si notre agriculture ne cesse de diversifier ses débouchés, Raymond Vial a rappelé le tableau : « La Loire a toujours et les gardera pour toujours deux piliers : l’élevage laitier et l’élevage viande bovine. Il convient de souligner qu’avec 49 ans d’âge moyen par agriculteur, nous avons le 4e département le plus jeune de France. Notre politique d’installation est très active.»

Des atouts et des marchés

Résultat : une centaine d’installations par an, à 30 % féminine, à 40 % dans un cadre familial, à un âge moyen de 30 ans. « Beaucoup de ces nouveaux installés décident de transformer, de vendre directement tout ou une partie de leurs productions, note encore Raymond Vial. Une présence accrue à Paris, c’est une exposition sans équivalent à de nouvelles opportunités de marchés. Je tiens, aussi, à souligner l’importance de l’industrie agro-alimentaire dans la Loire (159 sites industriels, Ndlr) et sans laquelle l’activité agricole ne pourrait être. » Rappelons toutefois que les chiffres de la Loire ont beau être au-dessus des ratios nationaux et régionaux, la centaine d’installations par an est à mettre en balance avec environ 200 départs. Selon le recensement agricole décennale publié par la Draaf, en 2020, on comptait 4 056 exploitations dans le département contre 5 701 en 2010, 8 098 en 2000… Comme nous l’indiquions il y a un an, la surface agricole utile est, elle, passée de 261 586 ha en 1988 (pour 12 450 exploitations) dans la Loire à 233 553 ha en 2010…

Une partie des 19 agriculteurs présents sur le stand de la Loire se présentant à Saint-Etienne ce lundi. ©If Média/Xavier Alix

Autre message positif que souhaitait véhiculer Raymond Vial : la montée en gamme d’une « agriculture propre », assure-t-il à l’image des zooms réalisés par le film Ceux qui nous nourrissent diffusée hier au Méliès Saint-François devant une salle pleine avec l’appui du Département. « Cela se voit avec nos bâtiments agricoles même si, bien sûr, on pourra toujours me trouver des contre-exemples. Mais la dynamique est là. Nous sommes aussi un fleuron de la récupération de pneus usagés, de plastique en général. Ce n’est pas innocent si le préfet a pu constater que nous étions le département où les pneus avaient le moins brûlés lors des dernières mobilisations. » Bref, la séquence était clairement plus à la démonstration des atouts positifs de l’agriculture ligérienne qu’à un étalage revendicatif aussi légitime qu’il soit. Si le président du Département le « souhaite » mais ne peut pas garantir le même stand à chaque édition d’ici la fin du mandat actuel, serrage financier oblige, pourquoi s’est-il décidé à le faire cette année ? Pas en raison des mobilisations récentes en tout cas puisque c’était acté depuis au moins 5 mois.

Etroitement lié à la démarche d’attractivité

« La Haute-Loire et l’Ardèche s’y sont mises en 2023 et désormais, quasiment tous les Départements de la région, si ce n’est tous, ont un pavillon. Disons que les planètes étaient parfaitement alignées pour nous en 2024 », constate Chantal Brosse, vice-présidente du Département à l’agriculture. « Ces dernières années, nos produits sont de plus en plus variés et innovants. On voit une montée en compétences. Les aspirations des consommateurs correspondent de plus en plus à ce que nous pouvons proposer. Et il y a, bien sûr, une cohérence avec la démarche d’attractivité globale lancée par le Département. » Ce n’est pas pour rien que Véronique Chaverot, vice-présidente du Département chargée de l’attractivité et du tourisme, était aussi à la cérémonie de présentation. Et que l’Agence de développement touristique de la Loire (ADT) sera du voyage, documentations à l’appui pour vanter la qualité de vie du département. L’investissement dans le Salon de l’agriculture est un élément comme d’autres d’une démarche d’attractivité cherchant aussi bien le chaland, le touriste que le nouvel habitant.  

Il y a, bien sûr, une cohérence avec la démarche d’attractivité globale lancée par le Département.

Chantal Brosse, vice-présidente du Département à l’agriculture

L’organisation ligérienne au sein de l’événement national est appuyée par Loire Actions (ex-association de la Foire économique) ainsi que Destination Saint-Etienne (ex Marcon Co) pour tout ce qui touche à la dégustation et aux commandes en résultant. Les visiteurs du Salon de l’agriculture pourront en effet chaque jour y déguster des planches – initiative de nos voisins du nord de la Saône-et-Loire qui a davantage inspiré la Loire que le salariat des médecins – présentant un patchwork de ces fameux produits ligériens. 700 sont prévues avec un espace restauration sur place. Du 24 février au 3 mars, neuf jours durant, 19 producteurs ligériens se relaieront sur le stand pour animer, donner les explications et un supplément de promotion. Les grands classiques seront évidemment de la partie : Fourme de Montbrison, Brique du Forez, vins de nos trois vignobles (côtes-roannaises, côtes-du-forez, saint-joseph/condrieu et vins de Pays).

Glace parfum… Fourme de Montbrison !

Avec des irruptions à attendre de la part de la Rigotte de Condrieu, histoire de rappeler d’où vient son lait et une grande partie de ses producteurs même si les tenants du fromage à cheval sur deux départements, resteront fidèles au stand qu’ils ont en commun avec ceux du Picodon. Comme le clame son slogan pour l’occasion, Casino mis à part (mais pas de côté, son logo sera symboliquement affiché), la Loire est pour une fois volontiers prête à se faire croquer à Paris. Parfois de manière plus étonnante : les yahourts, on connaissait déjà. Moins les tisanes du Forez, crème caramel (matière première partie par fournie par Nigay), fromages couramiauds et autres pâtes de fruits 100 % de chez nous. Mais nous avouons avoir été particulièrement estomaqués en apprenant l’existence d’une glace parfum… Fourme de Montbrison !

Partagez
Signaler une erreur

    Signaler une erreur

    J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

    Laisser un commentaire
    Recevoir la newsletter
    IF Saint-Étienne