Saint-Étienne
mercredi 24 juillet 2024
23:24
Soutenez IF

Voici 31 projets dans la Loire qui bénéficient de France 2030

0
2683 vues

Lors de vœux au monde économique, le préfet de la Loire, Alexandre Rochatte a souhaité mettre en avant le programme d’Etat de soutien financier à l’innovation des entreprises « France 2030 ». Un dispositif dont les entreprises ligériennes ne profiteraient pas assez. Parce que pas assez adapté au tissu économique local, clamait la CPME en juillet. Faute d’une foule de candidatures, ajoute, lui, le préfet qui précise d’ailleurs que la tendance commence cependant à sérieusement s’inverser à force d’en faire la publicité…

La distribution de trophées symboliques jeudi dernier à la CCI visait à concourir à la visibilité du dispositif d’Etat, peu candidaté dans la Loire. Photo transmise par la préfecture.

Il y a l’échelle France. « Avec France 2030, nous consacrons un total de 54 Md€ de financement public en soutien à l’économie innovante. A ce stade (fin novembre, Ndlr), 50 % des fonds ont été versé à des TPE et PME ; à 50 % hors d’Ile-de-France », comptabilisait Alexandre Rochatte, préfet de la Loire à l’occasion des vœux de la CCI, de la CMA et de la Chambre d’agriculture jeudi dernier. Il y a l’échelle régionale : 5,6 Md€ déjà obtenus en Auvergne-Rhône-Alpes fin novembre : assez conforme à ce que représente la région vis-à-vis de la France. Et il y a, enfin, l’échelle départementale : dans la Loire, 47 M€ obtenus auprès de l’Etat par 42 projets différents, toujours fin novembre… Soit moins de 1 % du total décroché par les entreprises qu’Auvergne Rhône-Alpes. C’est loin, très loin de la proportion que représente l’économie ligérienne au sein de la région.

Pourquoi ? Parce que France 2030 – à ne pas confondre avec le plan France Relance né du Covid et auquel il a succédé – n’est pas assez en phase, assurait en juillet au préfet la CPME 42, lors d’une visite chez Linamar, avec le tissu économique local, caractérisé par ses PME et l’omniprésence de la sous-traitance industrielle. Certes, mais c’est aussi parce que les candidats manquent, met dans la balance le préfet de la Loire. « Les entreprises de la Loire ne frappent pas suffisamment à la porte. On l’a bien compris et nos services s’activent depuis cet été pour aller les chercher. La « pente » était trop légère mais elle est ainsi devenue très forte désormais. Nous finirons en conséquence, par augmenter considérablement la proportion des Ligériens parmi les lauréats. » Le démarchage semble en effet porter ses fruits : entre le 30 septembre et le 31 octobre, le nombre d’entreprises candidates a bondi de 28 % dans la Loire. Jeudi, la préfecture a profité des vœux au monde économique pour en refaire la publicité avec une petite cérémonie symbolique de remise de trophées pour 25 des 42 projets lauréats.

Nous avons sollicité les services de l’Etat pour obtenir une liste détaillée des projets retenus jusque-là. Elle nous en a communiqué 31 : les 11 manquants attendent le courrier officiel de Matignon pour pouvoir l’être. 31 projets pour 35 structures citées (c’est parfois partenarial). Pour leur grande majorité, il s’agit d’entreprises (26 sur 35) même si des collectivités locales, des établissements d’Etat, des établissements d’enseignement supérieur sont donc aussi du lot mais le sont pour générer de l’activité économique. Voici ces projets, thématique par thématique.    

Des chefs d’entreprises récipiendaires des trophées Loire du dispositif France 2030 entre Irène Breuil (CCI) à gauche, et Alexandre Rochatte, à droite, jeudi dernier aux vœux adressés au monde économique. Photo transmise par la préfecture.

Volet spécifique dit « régionalisé »

France 2030 Régionalisé « conjugue », précise la préfecture Loire « France 2030 » et le soutien à ce programme d’Etat « des acteurs en régions, comme la connaissance des réalités territoriales et la proximité avec les acteurs économiques locaux ». Via ce volet spécifique, l’État et la Région additionnent des moyens financiers destinés aux entreprises, aidées, aussi dans une moindre mesure par d’autres collectivités locales. Lors de la dernière vague annoncée fin octobre, 7 projets collaboratifs de R&D régionaux, aussi appelés « i-Démo » pouvaient ainsi se partager 9 M€ dont 4,1M€ de l’Etat, 4,1 M€ de la Région, 558 000 de Grenoble Alpes Métropole, 275 000 de Saint-Etienne Métropole. Parmi les 7 projets, le suivant a été placé sur la scène jeudi dernier :

  • Consortiums I Demo régionalisé (Saint-Etienne ; Andrézieux-Bouthéon) : Visioshape, Manutech USD, Ireis (R&D d’HEF) ainsi que l’université Jean Monnet sont partenaires pour mener à bien une recherche devant déboucher sur « une prestation de découpe et de façonnage de verre innovante ».

Une PME de la Loire avait été aussi annoncée comme lauréate début octobre dans le cadre de ce même volet. Elle a été aussi mise en avant jeudi dernier :  

  • Boa Concept (Saint-Etienne). Le concepteur et fabricant de modules intelligents pour la logistique est lauréat pour la création de son « robot de picking », équipé d’un système de vision innovant. Innovation découlant logiquement du rachat de Roboptic, devenue sa filiale spécialisée dans la mise au point de solutions alliant robotique et optique.

Décarbonation de l’industrie  

  • Cummins Meritor (Saint-Etienne). Site stéphanois historique de sous-traitance automobile, ayant changé de mains à plusieurs reprises mais des mains depuis longtemps américaines. Il est spécialisé dans la production d’essieux et de freins et mise, comme beaucoup sur le développement des véhicules électriques. Ici, l’aide apportée dans le cadre de France 2030 appuie la décarbonation de ses procédés.
  • SAM Outillage (Saint-Etienne), acteur bien connu et emblématique de Saint-Etienne, producteur « leader » des outils intelligents, utiles à la transformation numérique des industries et de la réparation automobile (clés mécatroniques, rangement intelligent, outils connectés…). Lauréat d’un appel à projets visant à financer des actions rapides de réduction de la consommation d’énergies fossiles « dans des petits sites industriels »
  • Sofidel (Roanne), produit et commercialise du papier tissu à usage hygiénique et domestique : essuie tout, papier toilette, mouchoir, bobine… 2e producteur européen sur le marché du papier tissu. « Le développement durable est totalement intégré dans la stratégie du groupe et est un levier de compétitivité », décrit la communication de la préfecture reprenant sans doute celle de Sofidel. Le site roannais du groupe est lauréat d’un appel à projets pour le changement d’une machine à ouate.
  • Vérallia (Saint-Romaine-le-Puy). Le site forézien du groupe « leader européen et troisième producteur mondial de l’emballage en verre pour les boissons et les produits alimentaires » est lauréat d’un appel à projets pour la « récupération des chaleurs fatales et installation four électrique ».

Electronique et robotique

  • Di-Analyse Signal et SA Redex (Roanne). Basées à Roanne, les deux entreprises développent « une IA au service de la surveillance et du diagnostic des machines », permettant « la maintenance prédictive ». Lauréat au titre du dispositif « Solution pour l’industrie du futur ».
  • Qiova (Andrézieux Bouthéon). Créee en 2011, elle conçoit et fournit « des solutions innovantes à haut débit pour le marquage laser (micro-codes, marquage direct sur verre) et le micro-usinage ». Lauréate « industrie du futur » avec le projet SM4RT.PR0D décrit comme visant à « lever les verrous permettant à l’industrie manufacturière d’être plus efficiente et compétitive immédiatement, en contribuant à une adoption plus large du traitement laser de la matière. Il ambitionne de mettre à la portée de chacun un outil de production d’ultra-précision adapté à la production de masse ». 

Santé

  • MGA Medtech (Roanne/Mably). Filiale de MGA Technologies, « spécialiste de la conception et de la réalisation de moyens d’assemblage et de contrôle en milieux propres » travaillant pour « des industries pharmaceutiques, biotechnologies et médicales d’Auvergne-Rhône-Alpes » ayant « développé plus de 1 000 machines essentiellement destinées à l’assemblage, aux process stériles, au contrôle et à des applications spéciales de conditionnement. » Le petit groupe rhodanien qui comptait déjà un centre R&D à Roanne – MGA MedTech – avait lancé la construction l’an passé d’un nouveau site de conception et production à Mably. Investissement lauréat de l’appel à projets « Industrialisation et capacité de santé ».
  • Laboratoire Hubert Curien (Saint-Etienne). Le réputé laboratoire de l’université Jean-Monnet spécialisé dans l’optique et les lasers de haute précision est lauréat de l’appel à manifestation d’intérêts (AMI) « Biothérapies et bioprodution des thérapies innovantes ».
  • CHU de Saint Etienne. Le Centre hospitalier universitaire ligérien est, lui, lauréat pour son « projet d’accompagnement et soutien à la constitution d’entrepôts de données de santé hospitaliers ».

R&D et filières

  • Woodtechno (Saint-Etienne). Startup créée fin 2021 par José Brunet et Frédéric Becquart, enseignant chercheur au laboratoire Ingénieur des matériaux polymères à Saint-Étienne qui travaille sur la production de granulés avec un nouveau procédé.
  • Dervaux (Chambon-Feugerolles). Entreprise historique de la métallurgie ligérienne spécialisée dans les accessoires pour lignes aériennes transportant du courant à haute tension. Elle est lauréate pour son projet innovant de « câbles intelligents ».
  • Linamar (Saint-Chamond). Le groupe international canadien, sous-traitant automobile, compte une implantation de taille à Saint-Chamond, à Novaciéries, y menant des activités diversifiées et fabricant à l’échelle mondiale de produits de pointe pour la propulsion, la traction et l’alimentation des véhicules.
  • SFH (Saint-Etienne). Entreprise de construction de centrales hydrauliques haute pression et de valorisation des copeaux d’usinage, qui s’engage à mettre en place une politique plus écologique. Premier lauréat dans la Loire. Son projet est lauréat « dans le champ des innovations de rupture ».
  • Sigvaris (Saint-Just-Saint-Rambert). Le bien connu « leader mondial des bas de compressions médicales » est Lauréat i-Démo – soutien aux projets structurants de R&D.

Industrie créative

  • Cité du design et école d’art et de design (Saint-Etienne). Le projet lauréat place « le design au service des autres industries, industries culturelles et créatives en premier lieu, et filières stratégiques de notre tissu économique ».
  • Neyret textile identification (Saint-Etienne). L’entreprise familiale centenaire, tournée vers la fabrication d’étiquettes et de rubans pour l’industrie du luxe est lauréate de l’appel à projets « volet culture » visant à « placer la France à nouveau en tête de la production des contenus culturels et créatifs ».

Véhicules de demain et transports

  • Mines Saint-Etienne/Institut Télécom (Saint-Etienne). Lauréat d’un appel à projets pour une recherche et développement sur les batteries en vue de pouvoir produire en France, à l’horizon 2030, près de 2 millions de véhicules électriques et hybrides efficaces.
  • Techniques de surfaces (Andrézieux-Bouthéon). Les établissements Techniques Surfaces sont les filiales de façonnage du groupe HEF. Celle d’Andrézieux-Bouthéon est lauréate pour son « soutien aux projets d’investissement pour produire les véhicules routiers de demain et leurs composants ».
  • Walor LCF (Le Chambon-Feugerolles). Ce sous-traitant automobile spécialisé dans la forge, le décolletage et l’usinage est lauréat sur l’appel à projets « soutien aux projets d’investissement pour produire les véhicules routiers de demain et leurs composants » en raison de son investissement dans une « production d’arbres de direction pour véhicules électriques ».
  • Atomelec / e-Totem (Saint-Bonnet-le-Château et Saint-Etienne). Spécialisée dans la tôlerie fine de précision électronique, Atomelec est lauréate pour la production par sa filiale e-Totem de bornes de recharge voitures électriques en ayant répondu à l’appel à projets « Soutien aux projets d’investissement pour produire les véhicules routiers de demain et leurs composants », volet 3 : « production des infrastructures de recharges et d’avitaillement pour les véhicules électriques ».
  • Safran (Roche-la-Molière). Le site rouchon du « deuxième équipementier aéronautique mondial » qu’est Safran aerosystems, est lauréat pour un appel à projet autour de « la réalisation d’un avion bas carbone ». Pas plus de précisions.  

Nucléaire

  • IRUP-ISTP (Saint-Etienne). Les deux établissements qui ne font qu’un et formant des techniciens (IRUP) et des ingénieurs (ISTP) sont lauréats pour le développement de leurs formations aux métiers du nucléaire, à la suite de l’AMI (Appel à manifestation d’intérêt) « Compétences et métiers d’avenir ».
  • Siléane (Saint-Etienne). La référence stéphanoise de la robotique dans « la conception, réalisation, fabrication, commercialisation et rénovation d’équipements articulés ». Elle est « spécialisée dans l’automatisation du geste en contexte aléatoire (robots intelligents) ». Notamment pour le secteur du nucléaire pour le tri des déchets. Pas de précision ici, sur le projet qui lui a permis d’être lauréate.
  • Technetics group (Saint-Etienne). Avec 13 sites de fabrication dont son siège stéphanois et plus de 1 000 employés dans le monde, Technetics Group se décrit comme « le premier fabricant et concepteur de solutions d’étanchéité et de composants critiques dans le monde, incluant des sous-systèmes et assemblages ». Le groupe est lauréat vis-à-vis d’un projet contribuant à « faire émerger en France d’ici 2030 des réacteurs nucléaires de petite taille, innovants et avec une meilleure gestion des déchets ».

Ville durable et bâtiments innovants

  • L’Epase (Saint-Etienne). L’Etablissement public d’aménagement de Saint-Etienne (Epase), au financement et à la gouvernance partagés entre l’Etat et les collectivités locales est lauréat pour son projet de réhabilitation du quartier Neyron à Saint-Etienne.
  • Etablissements Faure et Fils (Saint-Chamond). L’entreprise familiale couramiaude métallurgique (chaudronnerie, usinage, soudage, montage et gestion de projet) installée à Novaciéries est lauréate pour un projet « Tase », Technologies avancées pour les systèmes énergétiques.
  • Seignol (Saint-Priest-la-Prugne). La scierie / fabricante de palettes des Monts de la Madeleine est décrite par la préfecture comme « un des plus gros lauréats dans la Loire pour le développement de la solution bois dans la construction ».
  • Ossabois (Noirétable) et ses partenaires. Le constructeur de maisons en bois du Haut forez est lauréat d’un appel à projets pour « sécuriser l’accès aux matières premières, notamment dans les matériaux durables ».
  • Département de la Loire et partenaires. La collectivité est lauréate pour son projet Loire Connect TID déposé dans le cadre Territoires intelligents et durables. Il s’agit d’une « sélection de démonstrateurs d’intelligence artificielle frugale dédiés à la décarbonation et à la transition énergétique des territoires (DIAT) ».
Partagez
Signaler une erreur

    Signaler une erreur

    J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

    Laisser un commentaire
    Recevoir la newsletter
    IF Saint-Étienne