Saint-Étienne
mercredi 22 mai 2024
14:10
Soutenez IF

Laurent Wauquiez : « Des preuves d’amour pour Saint-Etienne Métropole »

0
3216 vues

Laurent Wauquiez a effectué une visite inattendue ce vendredi sur le territoire de Saint-Etienne Métropole. Rencontre de terrain autour de nouveaux équipements subventionnés par le conseil régional. A Saint-Chamond pour la nouvelle maison de santé de Fonsala et à Firminy pour le centre de supervision urbain (vidéoprotection municipale). Mais par-dessus tout, un « protocole de coopération », présenté comme « unique » à ce stade signé avec Saint-Etienne Métropole. Soit 45 M€ supplémentaires sur 4 ans accordés spécifiquement par la Région. De quoi démontrer qu’un seul de ses 400 000 habitants échappe officiellement à son amour…    

Laurent Wauquiez déambulant dans les couloirs de la nouvelle Maison de santé de Saint-Chamond. ©If Média / Xavier Alix

Non, assure-t-il : il n’était pas là en tant que futur candidat assumé à la Présidentielle. Mais oui, comme héraut assumé d’un message fort envoyé au territoire de Saint-Etienne Métropole selon lequel l’affaire révélée par Médiapart et son volet particulier entre lui et Gaël Perdriau, n’ont jamais impacté, ni même menacé ses décisions financières vis-à-vis de l’intercommunalité. L’éclatement de l’affaire de chantage à la vidéo intime puis la publication des propos du président de Saint-Etienne Métropole ayant débouché sur son retrait total, étaient intervenus alors que s’engageaient les négociations du CPER, contrat plan Etat Région dont les financements croisés sont capitaux pour les investissements intercommunaux. Une visite de trois heures donc, pour exprimer « de l’amour et des preuves d’amour » pour l’agglomération stéphanoise, en a-t-il lui-même conclu devant la presse locale à son issue. C’est sur le ton de l’évidence que l’a clamé aujourd’hui Laurent Wauquiez : « Les habitants de Saint-Etienne Métropole n’ont pas à payer pour les agissements d’une seule personne. »  

Il n’a jamais été question que nos financements soient remis en cause par l’affaire. Nous n’avons jamais été « blacklistés ».

Sylvie Fayolle, vice-présidente de Saint-Etienne Métropole et de la Région

« Pourquoi maintenant ? Parce qu’il me fait confiance, après avoir fait confiance à Hervé Reynaud. On discutait déjà beaucoup avant et on discute encore davantage depuis que j’ai pris le relais d’Hervé », rappelle à If Sylvie Fayolle, vice-présidente de Saint-Etienne Métropole au développement durable repreneuse en septembre de l’intérim de la présidence assurée 8 mois durant par le maire de Saint-Chamond. « C’est quelque chose qu’il avait en tête et même temps, je l’ai invité à plusieurs reprises. Voilà, ça a fini par se décider il y a quelques semaines et donc fini par se faire. Mais contrairement à ce qui a été dit à plusieurs reprises, il n’a jamais été question que nos financements soient remis en cause par l’affaire. Nous n’avons jamais été « blacklistés » ». La maire de Saint-Paul-en-Cornillon est aussi une élue de la majorité Wauquiez au conseil régional, sa vice-présidente au Tourisme même. On se souvient qu’elle avait pris la parole en décembre 2022 pour défendre Laurent Wauquiez après le long discours d’attaque/défense de Gaël Perdriau visant ce dernier, précédant son annonce de mise en retrait total de la Métropole.

Peu d’élus Stéphanois « intramuros » présents

A Saint-Chamond, dans la Maison de santé de Fonsala face à son médecin et aux côtés du nouveau maire Axel Dugua. ©If Média / Xavier Alix

Pourtant, bien au-delà des opposants de gauche, des élus stéphanois, sinon de son agglomération, dont certains eux aussi conseillers régionaux de la majorité Wauquiez avaient émis ou témoigné de cette crainte autour des financements en raison de la perte de confiance. Le 1er vice-président de Saint-Etienne Métropole, maire de Saint-Chamond Hervé Reynaud avait déclaré en mars à If Saint-Etienne que « dès septembre, les discussions avec l’Etat et la Région étaient au point mort à cause des accusations sur Gaël Perdriau. La confiance était perdue. Alors, après la publication des propos sur Laurent Wauquiez, nous étions carrément blacklistés. » Laurence Bussière, adjointe au maire de La Fouillouse, conseillère régionale UDI de la majorité Wauquiez ne nie pas la dissonance mais sans expliquer cette dernière, avance un argument calendaire prouvant, à ses yeux, que les intentions de son président sont nettes depuis le début : « Le volet métropolitain du CPER a été signé dès juin dernier avec Saint-Etienne Métropole. Avec Clermont-Ferrand et Grenoble, ce sera en décembre et Lyon, on ne sait pas encore… Alors avec une telle avance sur les autres, parler de sanctions liées à Gaël Perdriau… »

Le volet métropolitain du CPER a été signé dès juin. Avec Clermont-Ferrand et Grenoble, ce sera en décembre et Lyon, on ne sait pas encore… Alors avec une telle avance, parler de sanctions liées à Gaël Perdriau…

Laurence Bussière, adjointe de La Fouillouse, conseillère régionale UDI de la majorité Wauquiez

De gauche, de droite, un peu du centre aussi, les élus métropolitains, conseillers ou maires du Gier, du sud Forez, de l’Ondaine, au premier rang desquels Julien Luya premier magistrat de Firminy, le président du Département Georges Ziegler ou encore le tout juste ex député et « conseiller spécial » de Laurent Wauquiez, Dino Cinieri étaient venus en nombre clamer et assister à l’officialisation d’une « réconciliation » qui n’aurait donc en fait pas lieu d’être. Le mot a été prononcé à plusieurs reprises dans différents discours. Peut-être fallait-il l’interpréter avec le « ré » en moins ? De nombreux élus de Métropole donc mais très peu de Stéphanois, dans le sens intramuros en revanche. A l’exception notable, du moins selon notre observation, de Nicole Peycelon et Robert Karulak, adjoints de Gaël Perdriau mais de la dizaine d’élus de la majorité réclamant sa mise en retrait totale à la mairie, sinon sa démission depuis 14 mois… La première est élue de la majorité régionale, le second 13e vice-président de Saint-Etienne Métropole. Pourtant, « l’ensemble de l’exécutif de Saint-Etienne Métropole a bien été invité », souligne à If Sylvie Fayolle.

Saint-Chamond puis Firminy au programme

Le nouveau CSU de Firminy dont la création a été en partie subventionnée par la Région. ©If Média / Xavier Alix

La tournée de Laurent Wauquiez donnait d’abord rendez-vous à Saint-Chamond pour inaugurer la transformation, à l’initiative de la municipalité l’ancienne Poste du quartier de Fonsala en Maison de santé où travaillent désormais un médecin généraliste et six infirmières dans 233 m2 flambants neufs. Un investissement subventionné par la Région à hauteur de 185 000 € (sur 371 000 €). Appréciant le résultat – « c’est impeccable, vous avez bien bossé, on n’a pas payé pour rien ! » –, s’entretenant avec le personnel puis les curieux à l’extérieur, le président, à l’instar de la sécurité, assume totalement le fait de sortir des compétences dévolues à sa collectivité : « Face à leurs problématiques, les Français se fichent bien du Code des collectivités locales, des répartitions de compétences. Nous allons d’ailleurs tester – mais pas dans la Loire – l’idée de salarier directement des médecins (piste écartée par le Département de la Loire, Ndlr). Les maisons et centres de santé sont la solution pour attirer les professions médicales de nos jours. Alors, oui on les encourage ces structures, la Région est celle de France où il y en a le plus avec 300 : il faut bien répondre aux besoins parce que l’Etat ne le fait pas. »

Face à leurs problématiques, les Français se fichent bien du Code des collectivités locales, des répartitions de compétences.

Laurent Wauquiez

Avant d’ajouter : « On est dans un quartier de 9 000 habitants devenu désert médical, car ce n’est évidemment pas une problématique limitée au rural. Le médecin qui a intégré cette maison a près de 2 000 patients à elle toute seule ! » Avec l’aide de l’hôpital de Saint-Chamond et de la municipalité via Régis Cadegros, médecin lui-même et 1er adjoint, une prospection pour en recruter deux autres est en cours. Etape suivante : Firminy. La municipalité de Julien Luya, depuis son élection en 2020 a fortement appuyé sur le développement de sa police municipale comme prévu dans son programme. Sept agents de plus (ils sont 12 désormais), nouveaux équipements et centre de supervision urbain (CSU) entièrement neuf allant avec une extension du réseau de caméras de vidéoprotection. 2 M€ d’investissements à ce jour, en grande partie subventionnés par des financements extérieurs comme ces 205 000 € de la Région. Là aussi, Laurent Wauquiez salue le résultat, et encourage la piste de sa mutualisation intercommunale à l’échelle de toute la vallée de l’Ondaine, en cours d’étude. Nous reviendrons plus précisément sur ce sujet en temps voulu dans nos colonnes.

« Le signe de la confiance retrouvée »

Dernière étape à la mairie de Firminy où a été annoncée la rallonge de 45 M€ hors CPER pour la Métropole. ©If Média / Xavier Alix

Dernière étape : la mairie appelouse. « Où est Georges ? Il faut que Georges (Ziegler, Ndlr) soit avec nous », lance Laurent Wauquiez en montant sur l’estrade, juste avant une nouvelle salve de discours aux côtés donc du président du Département, de Dino Cinieri, Julien Luya et Sylvie Fayolle. Cette fois, le sujet dépasse allégrement ceux des capitales de l’Ondaine et du Gier, aussi illustrateurs qu’il soient des problématiques nationales. Là, c’est tout Saint-Etienne Métropole qui est sur la table et avec, l’annonce d’une rallonge financière pour l’intercommunalité, « unique », du moins à ce stade, hors cadre habituel et baptisé « Protocole de coopération entre la Région et Saint-Etienne Métropole ». Soit 45 M€* (lire son détail ci-dessous) en plus pour le territoire – hors CPER ! – de la part de la Région étalés sur 4 ans. Qualifiée par deux fois de « redoutable négociatrice » par son président, la nouvelle 1ère vice-présidente de Sem Sylvie Fayolle considère son déplacement comme « un signe fort. On a besoin de toi physiquement et financièrement. C’est le signe de la confiance retrouvée pour le territoire. On va avancer et changer l’image de la Métropole, c’est le plus important ».

Ce n’est pas à ses habitants de payer les pots cassés de cette histoire lamentable. (…) Je n’ai jamais eu l’intention de pénaliser qui que ce soit. Ce territoire, je l’aime.

Laurent Wauquiez

A l’adresse de Gaël Perdriau dont il a pointé les « invectives », les « ingratitudes » passées sur les financements accordés, Laurent Wauquiez estime que ces 45 M€ permettront – entre autres – de rééquilibrer une politique métropolitaine qu’il considère comme jusque-là profitable avant tout à Saint-Etienne, sans pour autant pénaliser la ville centre qui lui est chère pour une foule de raisons et pas que le foot. « Nous savons tous le contexte de ma visite. Malgré la période difficile, les élus de Saint-Etienne Métropole ont fait bloc, tenu bon. D’une adversité peut sortir du bon ! Ce n’est pas à ses habitants de payer les pots cassés de cette histoire lamentable. Pas plus que ses entrepreneurs remarquables. Je n’ai jamais eu l’intention de pénaliser qui que ce soit. Ce territoire, je l’aime, c’est mon territoire de cœur, d’où ce geste supplémentaire. La Haute-Loire et l’agglomération stéphanoise sont intimement mêlées, leur population aussi. Ici, c’est mon « territoire grand frère » (Sic), j’y suis profondément attaché et non, la Région ne va pas vous abandonner ! Alors tournons la page. » Ce n’est sans doute pas la fin du livre pour autant.

* Une enveloppe supplémentaire de 45 M€ pour Métropole

Cette somme, étalée sur 4 ans, est présentée, à ce stade, comme « unique » même si Laurent Wauquiez ne s’interdit pas, dit-il, l’idée de dupliquer un accord analogue, sous une forme ou une autre, avec les autres métropoles de la Région mais via un principe d’adaptation pragmatique : « Je pense, par exemple, à la candidature de Clermont-Ferrand comme capitale culturelle de la culture. » Ces 45 M€ s’ajoutent au volet métropolitain du CPER et à celui mobilité encore à venir. 150 M€ seront donc injectés sur Saint-Etienne Métropole jusqu’en 2027 par la Région en attendant les sommes du volet mobilité du CPER. Sur ces 45 M €, seuls 31 M€ ont été détaillés vendredi. Nous n’avons pas obtenu, malgré nos demandes, de précision sur l’utilisation des 14 autres millions, la Région étant « tributaires des demandes de subventions de projets des communes pour les 4 ans à venir ».

« Projets soutenus à titre d’exemples (liste non exhaustive) » :

  • Aménagement du territoire : en particulier sur des équipements de proximité et sur des infrastructures sportives avec pour objectif de soutenir au minimum un projet sur chaque commune (environ 15 M€).
  • Sécurité : une enveloppe pour financer 600 caméras supplémentaires, une enveloppe d’1 M€ pour les équipements de polices municipales, une présence renforcée de la SUGE sur la ligne Saint-Etienne/Lyon (environ 3 M€).
  • Santé : financement de 5 nouvelles maisons de santé, implantation d’un IRM à Firminy, augmentation de 44 places en 1ère année d’études d’infirmiers (environ 3 M€) à Saint-Etienne.
  • Relocalisation : soutien renforcé aux projets de développement économique et de relocalisation (environ 10 M€). Il s’agit du pack reloc, évoqué à plusieurs reprises dans nos colonnes, s’ajoutant bel et bien aux fonds déjà obtenus et à obtenir de manière standard par les entreprises ligériennes.

« Ces investissements viendront s’ajouter au Plan Marshall 2 (modernisation et renforcement de la performance énergétique de tous les lycées), mais également à l’accélération de l’amélioration de la desserte de l’étoile ferroviaire stéphanoise, dans le cadre du grand plan régional mobilité 2035, ainsi que du soutien renforcé au pôle universitaire stéphanois, en particulier sur les filières d’ingénierie », précise la Région dont le président a beaucoup insisté sur ses capacités financières retrouvées grâce aux économies de gestion, de fonctionnement à Lyon, faisant d’elle « la mieux gérée des 13 de France contre la 11e avant 2016 ».

Partagez
Signaler une erreur

    Signaler une erreur

    J'accepte de transmettre les informations personnelles saisies ci-dessus afin que mon signalement soit traité par IF MEDIA.

    Laisser un commentaire
    Recevoir la newsletter
    IF Saint-Étienne